Aggravation des traits autistiques avec la vieillesse

La gravité des caractéristiques autistiques augmente de même dans les situations sociales, pour la communication et la souplesse de réflexion. Même dans un groupe où le diagnostic a été tardif. Il y a également un niveau élevé de dépression et d'anxiété.

Two worlds © Luna TMG Two worlds © Luna TMG

Par Rebecca Ann Charlton, The Conversation / 18 Octobre 2016

Si vous parlez d’autisme à la plupart des gens, ils penseront aux enfants, or il s’agit d’un diagnostic à vie. Les enfants autistes deviennent des adultes autistes en grandissant. On connaît peu de choses sur les changements des traits de ce trouble avec l’âge. Cela s’explique par le fait que c’est un trouble relativement nouveau, décrit pour la première fois en 1943, qui n’a pas été régulièrement identifié jusqu’en 1970. C’est seulement maintenant que les personnes qui ont d’abord été diagnostiquées vieillissent, que nous pouvons commencer à savoir si le trouble change sur toute une vie.

On a vu des suggestions selon lesquelles les traits autistiques pourraient faiblir quand les gens vieillissent. Ces études, qui font état d’une baisse des difficultés avec la vieillesse, proviennent souvent des autistes eux-mêmes ou de leurs familles. Mais quelles sont les preuves à l’appui de ces déclarations ? Notre toute dernière étude fournit des éléments de réponse, et soulève aussi quelques questions nouvelles.

Grâce à une collaboration avec l’Autism Diagnostic Research Centre (Centre de Recherche Diagnostique pour l’Autisme) à Southampton, en Grande Bretagne, nous avons évalué 146 adultes qui étaient recommandés au centre pour leur recherche de diagnostic entre 2008 et 2015, et qui ont accepté de participer à l’étude. Ces personnes avaient entre 18 et 74 ans. Une centaine d’entre elles ont reçu le diagnostic d’autisme, et 46 n’ont pas reçu ce diagnostic. Cela nous a donné la possibilité d’explorer les différences subtiles entre les personnes qui reçoivent le diagnostic et celles qui ne l’ont pas, même si elles pouvaient avoir d’autres difficultés du même ordre.

Notre analyse a souligné que la vieillesse et la gravité des traits autistiques étaient liées ; c’est-à-dire que, tandis qu’on vieillit, la gravité des caractéristiques autistiques augmente de même dans les situations sociales, pour la communication et la souplesse de réflexion (avec des capacités comme affronter le changement et engendrer de nouvelles idées ou solutions). Nous avons aussi observé que les autistes plus âgés ont plus tendance que les jeunes à tirer des lois générales à partir des situations ou à préférer avoir un cadre (par exemple, demander à savoir comment s’organisent les comités ou suivre toujours la même routine pour effectuer une tâche).

Ce schéma n’est pas apparu dans le groupe de 46 personnes non autistes. On n’est pas sûr que cette tendance à tirer des lois générales est une « aggravation » de traits autistiques ou une tendance générale parmi les personnes plus âgées.

Stratégies pour la vie

Il est surprenant que les gens qui reçoivent un diagnostic beaucoup plus tard dans la vie aient eu des traits plus sévères, alors qu’on pourrait s’attendre à ce que les personnes ayant des traits sévères aient recherché un diagnostic plus tôt dans leur vie. Nous avons pu constater que les adultes autistes plus âgés réussissaient mieux que les jeunes adultes autistes certains tests cognitifs que nous avions effectués. Le groupe qui avait le diagnostic d’autisme était plus rapide sur les tests mesurant la vitesse de pensée pendant une tâche, et avait de meilleurs résultats avec l’information visuelle et de configuration. Peut-être ces capacités ont-elles aidé les adultes autistes à développer des stratégies au cours de leur vie, qui leur ont permis de mieux affronter leurs difficultés, ce qui expliquerait qu’ils n’aient pas été diagnostiqués avant l’âge adulte.

Quand nous avons comparé le groupe de personnes autistes au groupe sans autisme, nous avons trouvé des taux de dépression et d’anxiété élevés dans les deux groupes. Un tiers des adultes diagnostiqués autistes présentent des niveaux élevés de dépression ou d’anxiété – taux beaucoup plus élevés que dans la population globale. La dépression chez les adultes plus âgés est un facteur de risque pour développer des problèmes de mémoire et de cognition. Étant donné ces taux élevés de dépression chez les personnes autistes, il serait important que les médecins exercent un bon suivi pendant la vieillesse, pour s’assurer que les individus ne courent pas le risque de connaître un déclin cognitif dû à la dépression.

Les personnes présentées dans notre recherche ne sont pas typiquement représentatives des autistes. Ils avaient tous des capacités cognitives moyennes et n’ont pas reçu de diagnostic dans l’enfance, au moment où l’on reconnaît plus souvent l’autisme. Malgré cela, les personnes plus âgées dans l’étude montraient des traits autistiques plus sévères. Cependant, le fait de rapporter plus de problèmes liés à l’autisme peut aussi témoigner d’un changement dans la prise de conscience de soi. Une meilleure conscience de soi est généralement une bonne chose, mais cela peut aussi conduire à se rendre davantage compte de ses propres difficultés.

On ne sait pas très bien encore si les autistes vieillissent de la même manière que les neurotypiques – ce n’est que le début de ce type de recherches, dans la mesure où le trouble est connu depuis assez récemment. Les autistes ont peut-être développé des stratégies qui les aident à vieillir plus facilement, ou ils peuvent se trouver fragilisés face à la dépression et au déclin cognitif. Dans une prochaine étude, nous avons pour but de revoir les personnes après quelques années, de manière à appréhender quels changements se produisent au cours du temps.

Nous méritons tous de vieillir le mieux possible. C’est seulement en comprenant de quelle manière les autistes changent en vieillissant que nous pourrons mettre en place des services pour les accompagner.

Rebecca Ann Charlton est maître de conférences à Goldsmiths, Université de Londres.

Cet article a été initialement publié dans The Conversation. Il a été légèrement modifié pour refléter le style de Spectrum.

 Source : Autism features may be more severe in old age  Traduction par lulamae


Voir aussi Autisme - La génération manquante

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.