Les traumatismes dans les troubles du spectre autistique

Pourquoi y-a-t-il peu de troubles du stress post-traumatique chez les personnes autistes, alors qu'elles subissent beaucoup d'évènements traumatisants ? Comment faire ?

gillberg.blogg.gu.se Traduction de "Trauma in Autism Spectrum Disorders – GILLBERG’S BLOG" par Clare Allely - 22 juin 2019

The Crow © Luna TMG The Crow © Luna TMG
Il y a eu relativement peu d'études portant sur le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et d'autres troubles liés aux traumatismes et aux facteurs de stress chez les personnes autistes. Récemment, Fuld (2018) a souligné que les personnes autistes peuvent être plus à risque de vivre des événements stressants et traumatisants. Un nombre important d'études soutiennent fortement cette thèse. Par exemple, il a été constaté que les femmes adultes autistes signalent des taux significatifs d'abus sexuels avec un taux de prévalence 2 à 3 fois plus élevé que celui de leurs pairs. Bien qu'un certain nombre d'études aient constaté des taux élevés d'abus chez les personnes autistes, des taux étonnamment faibles de SSPT ont été signalés dans ce groupe particulier. Il a été suggéré que certaines des raisons potentielles de ce phénomène pourraient être les difficultés cognitives et linguistiques, la difficulté à comprendre ou à exprimer ce qui s'est passé et/ou l'identification  d'une expérience comme traumatisme chez certaines personnes autistes.

Un nombre croissant d'études ont montré que les événements stressants et traumatisants de la vie sont un facteur de risque potentiel sous-jacent pour la plupart des psychopathologies comorbides que l'on trouve couramment chez les personnes autistes. Il est essentiel de mieux comprendre et de prendre conscience que l'exposition à un événement stressant et potentiellement traumatisant peut se manifester chez les personnes autistes par des symptômes d'agression, des difficultés de concentration, un isolement social, des difficultés relationnelles plus importantes, une régression des compétences de la vie quotidienne et une augmentation du nombre de comportements répétitifs ou stéréotypés. Nombre de ces symptômes sont fréquemment associés aux TSA, et peuvent donc être évalués dans le cadre du diagnostic des TSA plutôt que d'être le résultat d'une exposition à un événement traumatique. Le stress et/ou le traumatisme sous-jacent à ces symptômes continue donc à ne pas être identifiés et traités. Il existe un réel besoin d'outils cliniques validés pour aider à identifier et à examiner les événements traumatisants et stressants de la vie des adultes autistes. Il peut être approprié pour les évaluateurs de devoir rechercher activement des informations qui excluraient toute expérience traumatisante, par opposition à la pratique habituelle qui consiste à les écarter lors de l'évaluation.

L'expérience clinique du travail avec des hommes adultes autistes (avec un QI moyen et de légers déficits d'adaptation), qui sont dans des établissements sécurisés en raison de la violence, semble suggérer que la procédure recommandée par le Manuel de diagnostic - Déficience intellectuelle (DM-ID) peut être utilisée pour identifier et comprendre les traumatismes chez les adultes autistes. Les lignes directrices du DM-ID recommandent d'abord d'identifier les événements traumatisants, puis d'évaluer les changements dans le fonctionnement après exposition à ces événements. Actuellement, il n'existe pas de lignes directrices spécifiques pour l'évaluation des traumatismes chez les personnes autistes. L'expérience clinique indique que l'approche recommandée dans le DM-ID peut être un point de départ utile pour les cliniciens. Cette ligne directrice peut améliorer le signalement des abus et des traumatismes, en particulier si les cliniciens visent à exclure les traumatismes, plutôt que d'adopter l'approche plus traditionnelle qui consiste à statuer dessus étant donné les abus importants qui se produisent chez les personnes autistes et aussi leur sous-identification dans cette population particulière.

Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur l'association entre les traumatismes et les TSA. Les recherches futures pourraient porter sur la perception potentiellement unique des événements traumatiques (en particulier du point de vue social) chez les personnes autistes, ainsi que sur la possibilité et les modalités selon lesquelles les personnes autistes peuvent présenter des symptômes de stress traumatique de manière différente par rapport aux personnes au développement typique et, surtout, sur les critères de diagnostic traditionnels du SSPT. Cette recherche est essentielle à l'identification des traumatismes chez les personnes autistes. Elle permettrait également d'aborder un certain nombre d'autres aspects qui sont actuellement très peu connus. Par exemple, pour voir s'il existe des profils de symptômes uniques chez les personnes autistes et pour contribuer à l'élaboration de stratégies de traitement et de soutien appropriées. En effet, Haruvi-Lamdan et ses collègues (2018) ont récemment souligné qu'il n'existe aucun programme d'intervention qui se concentre sur le ciblage de la comorbidité TSPT-TSA. Il est clair qu'il reste beaucoup de travail à faire dans ce domaine.

RÉFÉRENCES

Barnhill, J., Cooper, S-A., & Fletcher, R. J. (2017). Diagnostic Manual – Intellectual Disability 2 (DM-ID): A Textbook of Diagnosis of Mental Disorders in Persons with Intellectual Disability. National Association for the Dually Diagnosed Press: Kingston, New York.

Fuld, S. (2018). Autism Spectrum Disorder: The Impact of Stressful and Traumatic Life Events and Implications for Clinical Practice. Clinical Social Work Journal, 1-10.

Haruvi-Lamdan, N., Horesh, D., & Golan, O. (2017). PTSD and autism spectrum disorder: Co-morbidity, gaps in research, and potential shared mechanisms. Psychological Trauma, 10(3), 290-299.

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/blog/100220/la-jonction-de-l-autisme-et-du-trauma

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.