Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1413 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2022

La fièvre n'atténue pas les traits difficiles chez la plupart des enfants autistes

Sujet brûlant : Seuls 3 des 141 enfants autistes sont devenus moins irritables lorsqu'ils avaient de la fièvre. La plupart des enfants autistes, comme leurs pairs non autistes, deviennent moins sociaux, moins communicatifs et plus irritables lorsqu'ils ont de la fièvre.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

spectrumnews.org Traduction de " Fever doesn’t ease challenging traits in most autistic children"

La fièvre n'atténue pas les traits de caractère difficiles chez la plupart des enfants autistes

 
par Angie Voyles Askham / 17 mai 2022

Ebénisterie Essaouira (Maroc)

La plupart des enfants autistes, comme leurs pairs non autistes, deviennent moins sociaux, moins communicatifs et plus irritables lorsqu'ils ont de la fièvre, selon une nouvelle étude non publiée.

Les chercheurs ont présenté ces résultats le 12 mai lors de la réunion annuelle 2022 de l'International Society for Autism Research. (...)

Bien que les enfants malades soient souvent fatigués et grognons, des rapports anecdotiques ont suggéré que la fièvre atténue les difficultés de comportement chez certains enfants autistes. Selon une étude de 2017, jusqu'à 17 % des enfants autistes deviennent plus calmes et plus sociaux lorsqu'ils ont de la fièvre.

Mais cette étude peut avoir été biaisée par la constatation d'une amélioration des comportements, explique Catherine Lord, professeure émérite de psychiatrie et d'éducation à l'Université de Californie à Los Angeles, qui a dirigé cette étude ainsi que la nouvelle. Les parents participants savaient que les chercheurs étudiaient les changements de comportement pendant la fièvre et ont peut-être été plus enclins à percevoir et à signaler les effets, dit-elle.

Dans la nouvelle étude, Lord et ses collègues ont conçu une application pour recueillir des données - de manière moins biaisée - auprès de 141 enfants autistes et 103 enfants non autistes âgés de 2 à 7 ans.

L'équipe a constaté que la plupart des enfants étaient moins heureux, actifs et sociaux lorsqu'ils avaient de la fièvre que lorsqu'ils étaient en bonne santé, et que les changements négatifs étaient plus prononcés chez les enfants autistes.

Cela ne signifie pas que certains enfants autistes n'améliorent pas leur comportement lorsqu'ils ont de la fièvre, a déclaré Katherine Byrne, étudiante diplômée dans le laboratoire de Lord, qui a présenté les travaux de l'étude. Cependant, dit-elle, "la nature de ce phénomène n'est pas encore bien comprise et il n'est probablement pas la norme pour la plupart des enfants autistes."

Lord, Byrne et leurs collègues ont demandé aux parents de signaler le comportement et la température de leurs enfants à l'aide d'une application pour téléphone portable trois fois par semaine, indépendamment de l'état de santé de l'enfant. Ils ont également demandé aux parents de noter dans l'application tout événement sortant de l'ordinaire, qu'il s'agisse d'un enfant qui a de la fièvre ou d'un voyage. Par conséquent, selon Lord, les parents n'étaient pas informés pour rechercher spécifiquement les changements de comportement accompagnant une fièvre, contrairement à l'étude précédente.

La majorité des parents ont signalé des comportements plus négatifs pendant la fièvre, mais ils n'ont pas signalé de tels changements de comportement lors de maladies non fébriles, a constaté l'équipe.

"Ce qui se passe pendant la fièvre est ce qui contribue à ces changements de comportement", a déclaré Byrne lors d'une présentation enregistrée de ces travaux.

Il convient toutefois de noter que trois enfants autistes se sont démarqués de la tendance : leurs parents ont signalé moins d'irritabilité et d'autres comportements améliorés pendant la fièvre - ce qui suggère qu'il pourrait y avoir un sous-ensemble d'enfants autistes qui ont cette réponse atypique, disent les chercheurs. Mais il n'y avait pas de similitudes évidentes entre les enfants qui présentaient ces améliorations.

"Il est toujours difficile de généraliser à partir d'un échantillon de trois personnes", a déclaré Lord.

Les futures études portant sur les liens potentiels entre la fièvre et l'atténuation des comportements difficiles chez les autistes doivent aller au-delà de la simple réduction des biais méthodologiques, dit-elle.

"Si vous voulez vraiment savoir qui cela affecte, vous allez devoir avoir un échantillon vraiment important".

Lire d'autres rapports de la réunion annuelle 2022 de l'International Society for Autism Research.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)


8 janvier 2020 - L'effet immunitaire de la fièvre sur le cerveau atténue les traits de l'autisme

Une molécule immunitaire produite pendant la fièvre peut temporairement atténuer les problèmes de comportement chez certains enfants autistes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger