Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1309 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

Le régime alimentaire est impliqué dans le lien entre l'autisme et le microbiome

Présentation d'une étude australienne sur le microbiome : elle attribue les caractéristiques du microbiome des enfants autistes à leur sélectivité alimentaire qui se traduit par un régime peu varié.

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

the-scientist.com Traduction de "Diet Implicated in Autism-Microbiome Link" par Ruth Williams Nov 11, 2021

Le régime alimentaire est impliqué dans le lien entre l'autisme et le microbiome

Il a été suggéré que le microbiome intestinal influençait divers problèmes de santé humaine, dont les troubles du spectre de l'autisme. Cela a conduit à des propositions selon lesquelles la modification du microbiome - que ce soit par l'alimentation, les probiotiques ou le transfert fécal - pourrait atténuer les symptômes. Une étude publiée dans Cell aujourd'hui (11 novembre) renverse toutefois cette idée. Selon l'article, ce ne sont pas les microbes intestinaux qui influencent le comportement des personnes atteintes de troubles du spectre de l'autisme (TSA), mais plutôt le comportement alimentaire de ces personnes qui détermine la composition de leur microbiome intestinal. Si ces conclusions font douter du potentiel des traitements des TSA par manipulation du microbiome, tout le monde n'est pas prêt à jeter les bactéries avec l'eau du bain.

Kevin Mitchell, neurobiologiste du développement et généticien au Trinity College de Dublin, qui n'a pas participé à l'étude, explique qu'il a longtemps eu des doutes sur la contribution des microbes intestinaux aux TSA, et que lorsqu'il a lu l'étude de Cell, il s'est réjoui "parce que cela confirme essentiellement mes attentes". À savoir que le microbiome a beaucoup moins d'influence sur les symptômes des TSA que ce que la littérature abondante voudrait faire croire.

Bien que certains patients autistes aient des problèmes gastro-intestinaux et des microbes intestinaux déséquilibrés, ou dysbiose, les preuves que cela contribue aux symptômes des TSA ne sont pas convaincantes, explique la coauteure de l'étude, Chloe Yap, clinicienne scientifique dans le laboratoire du neurogénéticien Jake Gratten au Mater Research Institute de l'Université du Queensland. Par exemple, les études animales montrant que le transfert de certains microbes à des souris peut atténuer les comportements semblables à ceux des TSA sont difficiles à interpréter, dit Yap, car "les rongeurs ne sont pas atteints d'autisme."

"Il y a des choses que nous pouvons mesurer [chez les animaux] et que les gens prétendent relier à l'autisme d'une manière ou d'une autre", dit Mitchell, "mais la base de preuves pour cela est très mince."

Quant aux études et aux essais sur les humains, selon Yap, ils ont généralement été "de petite taille et peu puissants et... les résultats sont en fait assez incohérents."

Pour clarifier la question, Yap, Gratten et leurs collègues sont en quelque sorte revenus à l'essentiel, en se demandant s'il existe un lien entre les profils microbiens intestinaux et diverses mesures cliniques des TSA. L'équipe a utilisé un séquençage de l'ADN à la pointe de la technologie pour cataloguer la présence, les proportions et la diversité des espèces microbiennes dans les échantillons de selles de 247 enfants, 99 avec et 148 sans diagnostic d'autisme. Ils ont également "eu accès à des données très approfondies auxquelles de nombreuses autres études n'ont pas eu accès", explique Gratten, "notamment des données cliniques, des données sur le régime alimentaire et des données génétiques, ce qui nous a permis d'obtenir une vue très complète des facteurs susceptibles d'influencer le microbiome."

Armés de ces données, dit Yap, ils ont pu se demander : "pour un trait de caractère donné, dans quelle mesure le microbiome dans son ensemble est-il associé à ce trait ?" Les profils généraux des microbiomes des participants se sont révélés fortement liés à des caractéristiques telles que l'âge, le régime alimentaire et la consistance des selles, explique Yap, mais l'association avec le diagnostic de TSA lui-même était ténue.

En examinant spécifiquement la diversité du microbiome, l'équipe a trouvé une forte corrélation positive avec un régime alimentaire varié. Il est important de noter que ce lien existait indépendamment du diagnostic de TSA, même si les enfants autistes étaient plus susceptibles d'avoir un régime alimentaire restreint et de mauvaise qualité que les enfants non diagnostiqués. L'équipe a également constaté que ce régime semblait être déterminé par certains traits associés aux TSA, notamment les comportements restreints et répétitifs et la sensibilité sensorielle.

Cela "a du sens", dit Yap, "parce que si vous aimez faire des choses encore et encore, alors peut-être que cela concerne aussi la nourriture, et que vous aimez manger la même chose encore et encore." De même, en ce qui concerne la sensibilité sensorielle, elle ajoute qu'un enfant "peut ne pas aimer le son [d'un certain aliment] lorsqu'il le croque, ou la sensation qu'il procure dans sa bouche".

Dans l'ensemble, selon les auteurs, les résultats soutiennent un modèle selon lequel les comportements répétitifs et la sensibilité sensorielle associés aux TSA entraînent une diversité alimentaire limitée et, par conséquent, une diversité bactérienne limitée dans l'intestin.

Dessin humoristique du modèle proposé par les auteurs de l'étude © Chloe Yap

"C'est la diversité alimentaire réduite qui entraîne des changements dans le microbiome et non l'inverse", affirme Gratten.

Jane Foster, de l'université McMaster (Ontario), qui étudie notamment les interactions entre l'intestin et le cerveau dans le développement neurologique et ne faisait pas partie de l'équipe de recherche, a un avis différent. "Leur suggestion selon laquelle une alimentation peu diversifiée pourrait entraîner une faible diversité du microbiome est tout à fait valable, mais cela ne signifie pas que le microbiome n'influence pas le développement cérébral de ces enfants", affirme-t-elle. En effet, les auteurs reconnaissent qu'ils ne peuvent pas exclure la possibilité que le microbiome, influencé par le régime alimentaire, puisse à son tour affecter le comportement.

Mme Foster ajoute que "la conception, l'analyse et l'approche [de l'étude] sont excellentes", et elle est d'accord avec la principale conclusion de l'étude. Cependant, la conclusion des auteurs est "un peu plus sceptique que la position que j'aurais adoptée", dit-elle.

Selon Mme Foster, étant donné que certains résultats potentiellement positifs ont été observés dans le cadre d'essais, il n'est pas nécessaire d'abandonner complètement la possibilité de thérapies par manipulation microbienne. Ce qu'il faut, c'est mieux comprendre quels enfants, le cas échéant, sont les plus susceptibles de bénéficier d'une intervention sur le microbiome.

En fin de compte, dit Foster, les auteurs "ont fourni le cadre pour que d'autres chercheurs aillent au-delà de leurs observations", et leur modèle "est une suggestion à tester".


8 nov. 2021

Des doutes subsistent quant au rôle des microbes intestinaux dans l'autisme

Les traitements microbiens de l'autisme, autrefois marginaux, tels que les transplantations fécales et les pilules probiotiques, font l'objet d'une attention et d'un financement scientifiques sérieux.Cependant, la question de savoir si le microbiome a un effet direct sur les caractéristiques de l'autisme reste ouverte.

L'étude de Cell n'était pas encore parue, mais il en est fait état dans l'article :

  • Les nouvelles données non publiées suggèrent que l'alimentation pourrait être la principale raison. Dans ce travail, les chercheurs ont analysé des échantillons de selles et des informations sur le régime alimentaire de 247 participants à l'Australian Autism Biobank. Ils ont constaté des différences minimes entre les microbiomes de 99 autistes et de 97 personnes non apparentées non autistes ou entre 51 autistes et leurs frères et sœurs non autistes. Cependant, ils ont également déterminé qu'un diagnostic d'autisme est associé à un régime alimentaire restreint, qui est à son tour lié à un microbiome moins diversifié et pourrait expliquer les différences microbiennes dans cette population. "En résumé, un régime alimentaire restreint est à l'origine de faibles associations entre l'autisme et le microbiome", a déclaré le chercheur principal Jake Gratten, chef de groupe et chercheur principal au Mater Research Institute de l'université du Queensland, lorsqu'il a présenté les résultats lors d'une conférence de la Fondation Simons en mai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO