Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

1311 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 déc. 2020

La psychanalyse dans l'autisme : pourquoi la France a-t-elle une culture aberrante ?

Qu'est-ce qui explique que la psychanalyse soit encore mise en œuvre dans l'autisme en France ? Quelles sont les conséquences de cette survivance dans la vision des mères et dans celle de la pédophilie ?

Jean Vinçot
Association Asperansa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

cambridge.org Traduction de "Psychoanalysis in the treatment of autism: why is France a cultural outlier? | BJPsych Bulletin | Cambridge Core" Publié en ligne par Cambridge University Press:  17 Décembre 2020

D. V. M. Bishop et Joel Swendsen

La psychanalyse dans le traitement de l'autisme : pourquoi la France a-t-elle une culture aberrante ?

© Geluck

La psychanalyse comme intervention pour les troubles du langage chez l'enfant

Il y a toujours eu des différences géographiques dans la pratique de la médecine, même au sein des sociétés occidentales, mais en psychiatrie, notamment en psychiatrie infantile, les variations nationales sont poussées à l'extrême. Le premier auteur a réalisé l'énormité du fossé entre les pratiques françaises et britanniques en 2001, lorsqu'on lui a demandé d'écrire un article pour The Silent Child 1 L'auteur du livre a été décrit comme l'un des psychanalystes pour enfants les plus respectés en France, avec un intérêt particulier pour le langage. Le livre contient une série d'études de cas d'enfants qui n'ont pas fait l'objet d'un diagnostic formel mais qui semblent correspondre aux critères de l'autisme, de la déficience intellectuelle ou de la dyslexie. Comme l'a noté Law2 dans une revue, il n'y avait aucune reconnaissance des développements en matière de cognition sociale et de psycholinguistique du développement. Au contraire, des affirmations sûres ont été faites sur l'état intérieur de l'enfant, et le manque de communication des enfants a généralement été attribué à des causes affectives et motivationnelles liées à des facteurs psychodynamiques, plutôt qu'à des problèmes  de compréhension ou de formulation du langage.

Pour un expert en langage de l'enfant, il est surprenant que l'on puisse imaginer que la psychanalyse, la thérapie par la parole par excellence, puisse aider un enfant souffrant de troubles de la communication. Pourtant, la psychanalyse est toujours prise au sérieux en tant qu'intervention pour l'autisme dans quelques pays, la France étant l'exemple le plus notable. Ceci a été documenté dans un film, Le Mur 3, produit en 2011 par la journaliste Sophie Robert. Dans une série d'entretiens, des psychanalystes pour enfants ont interprété les limites du langage chez leurs jeunes clients à travers la lentille de la théorie psychanalytique. Les parents étaient directement impliqués dans la cause de l'autisme, et les problèmes de communication de l'enfant étaient considérés comme le reflet d'une relation parent-enfant difficile. Quelques citations directes de la transcription anglaise donnent une idée du contenu.

  • "Ce que nous pouvons remarquer lorsque nous nous occupons d'enfants autistes, c'est précisément que les enfants autistes sont malades du langage. Que l'autisme est un moyen de se défendre contre le langage". (Esthela Solano)
  • "Au début, l'enfant pense qu'il est le phallus de sa mère. A savoir qu'il est cet objet qui donnerait tout, remplirait de joie sa mère, la ferait jouir... Le père est là pour interdire et en même temps protéger l'enfant. C'est-à-dire qu'il protège l'enfant du désir incestueux de la mère". (Yann Bogopolsky)

Laurent Danon-Boileau était l'une des personnes interrogées. Il est éclairant de l'entendre décrire une séance avec un enfant autiste ; il ne semble pas voir son rôle comme étant de faciliter le développement de l'enfant, mais plutôt d'adopter un rôle passif et interprétatif.

Le Mur a été choquant pour les experts en autisme hors de France. Bien qu'il existe des psychanalystes pour enfants dans le monde anglophone, ils sont une petite minorité et les recommandations du National Institute for Health and Care Excellence 4[NICE] pour l'intervention dans l'autisme ne font pas mention de cette approche. Au Royaume-Uni, l'autisme est considéré comme une condition neurodéveloppementale dont l'étiologie est principalement génétique, et l'intervention se concentre sur le travail direct avec la communication sociale et le comportement. L'objectif est d'améliorer la trajectoire du développement, plutôt que de chercher à comprendre la signification profonde des symptômes.

Influences culturelles et politiques françaises sur l'acceptation de la psychanalyse

Il est intéressant de réfléchir à la manière dont ces différences dans la pratique sont apparues. Les barrières linguistiques contribuent à empêcher la circulation des idées au-delà des frontières nationales, mais cela ne peut expliquer le statut unique de la psychanalyse en France, où elle est célébrée et protégée.

Houzel 5 , en retraçant l'histoire de la psychanalyse comme traitement de l'autisme, a noté que la société française a "une identité culturelle très marquée qui se traduit par une certaine imperméabilité aux courants de pensée extérieurs" (p. 742). Pour Houzel, lui-même psychanalyste, cela présente certains avantages : "un des avantages est une capacité de résistance à certaines modes sans doute plus grande qu'ailleurs. C'est pourquoi la France reste aujourd'hui un pays où l'application de la psychanalyse au traitement des autistes persiste malgré toutes les attaques qu'elle subit" (p. 742).

Houzel a également noté que les intellectuels français sont attirés par l'abstraction et les théories spéculatives, comme l'illustrent les travaux de Jacques Lacan, qui n'a pas lui-même travaillé avec des enfants mais a développé un système de pensée influent, basé sur la théorie freudienne, avec une touche française spécifique. Son attrait pour les intellectuels français reste un mystère pour ceux d'entre nous qui ont un état d'esprit moins crédule, qui soupçonnent que lorsqu'un auteur écrit de manière obscure, ce n'est pas parce que les idées sont brillantes, mais parce qu'il utilise le verbiage pour cacher une pensée confuse. Comme l'a conclu Billig 6 : "Les auteurs universitaires ne font pas avancer la cause de la critique en plaçant leurs lecteurs dans une position servile où l'autorité doit être prise sur la confiance et où l'obscurité prime sur la clarté" (p. 22).

L'article de Houzel replace le développement de la psychanalyse en France dans un contexte historique et note ses influences culturelles et politiques, mais il souligne également à quel point la psychanalyse, en tant que traitement de l'autisme et des troubles du développement associés, a fait l'objet de critiques répétées au cours des dernières décennies. Certaines organisations de parents ont attaqué la psychanalyse au motif que leurs enfants se voient refuser le type d'interventions qui sont couramment disponibles dans d'autres pays.7 En 2012, un projet de loi a été présenté à l'Assemblée nationale française demandant au gouvernement de "condamner et interdire les pratiques psychanalytiques sous toutes leurs formes concernant le traitement de l'autisme". 8 Parallèlement à ces développements, il y a eu une série de plans nationaux pour l'autisme, à partir de 2005 ; il existe maintenant un financement important de la recherche du point de vue de l'autisme en tant que trouble neurodéveloppemental et un cadre de chercheurs français en autisme de niveau international.9 Pourtant, les psychanalystes français restent politiquement puissants et ont mené une campagne contre ceux qui les contestent, notamment en tentant de poursuivre la réalisatrice Sophie Robert au motif que Le Mur a déformé leurs opinions.87

Interprétations psychanalytiques des facteurs maternels dans l'étiologie

Houzel 5 a suggéré que la principale raison du rejet de la psychanalyse est une croyance erronée selon laquelle la psychanalyse blâme les mères pour les difficultés de leurs enfants. Il a affirmé que ce n'était pas le cas : la psychanalyse ne permet pas d'identifier les étiologies et "sa quête est plus dans le sens du sens que dans celui de la cause" (p. 731).

Soutenir que la psychanalyse n'accuse pas les parents semble fallacieux. Il existe de nombreuses variétés de psychanalystes, et il est vrai que certains, dont la plupart des psychanalystes britanniques, déclarent ouvertement que les parents ne doivent pas être blâmés pour les difficultés de leur enfant10 Néanmoins, en France, le rôle des parents, en particulier des mères, dans la cause des troubles a été une caractéristique essentielle du travail psychanalytique avec les enfants. Briggs11 a noté l'influence du travail de Bruno Bettelheim en France, avec sa vision des mères froides et rejetantes (la "mère réfrigérateur" classique de Kanner) dont l'enfant se retire dans sa coquille. Bates7 a cité de nombreux exemples de mères à qui l'on a dit franchement qu'elles étaient responsables de l'autisme de leur enfant, bien que l'accusation la plus courante soit que les mères étaient trop impliquées et "étouffaient", avec un désir malsain pour l'enfant qui l'empêchait d'avoir une identité distincte. Le Mur, ainsi qu'un film plus récent de Sophie Robert, Le Phallus et le Néant,12 contiennent plusieurs exemples de psychanalystes présentant de tels points de vue.

Bates7 a noté que ces idées tombaient sur un sol fertile en France, car elles cadraient bien avec les notions de mères toxiques déjà approuvées par les psychanalystes français. Plusieurs citations pertinentes de Françoise Dolto, l'une des psychanalystes françaises pour enfants les plus influentes du siècle dernier, peuvent être trouvées sur le site web de Freud Quotidien13, notamment celle sur l'autisme :

  • "L'enfant veut ce qu'il voit que l'adulte veut. S'ils focalisent le désir de l'adulte, la source du désir en eux se tarit et ce qui en reste est infléchi sur leur propre personne matérielle végétative, provoquant l'autisme, c'est-à-dire des troubles de sa référence spatio-temporelle et de la communication. Ces troubles mentaux, conduisant dans le pire des cas à une démence infantile chez un bébé auparavant ouvert et intelligent, s'installent chez l'enfant séparé de toutes ses références. Elle a également été appelée "hospitalisme" qui, à tous les niveaux, selon la durée de la douleur, est en fait une maladie du désir. Si les besoins sont préservés, le désir perd chez cet enfant son vecteur magnétique appelant à la communication. Mais l'" hospitalisme " peut aussi s'observer dans un environnement familial, chez des nourrissons que la mère ou plutôt l'employé névrosé isole de façon obsessionnelle par une possessivité exclusive, ou qui est l'objet de soins parfaits, techniquement parlant, donnés sans joie par un adulte dépressif " (traduit par Julien Basch).

Rejet de la nécessité d'une base de preuves conventionnelle pour la psychanalyse

Houzel a également contourné deux autres objections à la psychanalyse, qui sont particulièrement préoccupantes pour tout observateur impartial de la pédopsychiatrie française. La première est l'absence de toute base de preuve acceptée pour les traitements psychanalytiques. Houzel5 considère les approches comportementales de l'intervention comme de simples modes de pensée réductionnistes, et note qu'elles n'ont pas réussi de manière frappante à faire comprendre la nature ou les causes de l'autisme, ni à créer de meilleurs résultats pour les enfants. Ce point a une certaine justification - les progrès ont certainement été lents et il n'y a pas de remède miracle.14 La différence par rapport à la psychanalyse, cependant, est que ces développements se produisent dans un cadre scientifique qui permet de tester les idées et de rejeter celles où les preuves ne cadrent pas. Popper15 a utilisé la psychanalyse comme l'un de ses exemples classiques de pseudo-science, capable d'expliquer tous les phénomènes mais sans possibilité d'être réfuté : si le cadre scientifique est lui-même rejeté, alors n'importe quel point de vue est aussi valable qu'un autre.

Billig6 a souligné que les partisans de Lacan ont ignoré les tentatives des psychologues expérimentaux d'évaluer son travail, parce qu'ils considéraient la psychologie orthodoxe comme invalide ; pourtant, même considérée dans ses propres termes, la citation des preuves de Lacan était bâclée et inexacte. Sokal et Bricmont16 ont été particulièrement sévères envers Lacan, car il a produit des écrits obscurs avec tous les pièges du langage et des concepts techniques, mais sans signification cohérente. Dans la même veine, Law2 a noté que Danon-Boileau1 ne s'est pas engagé dans une discussion sur la pratique fondée sur des preuves et semble en effet faire une vertu de son manque de lecture dans le domaine. L'impression est que de nombreux psychanalystes français se considèrent comme des penseurs révolutionnaires qui, en rejetant la science dominante, remettent en question les structures de pouvoir conventionnelles de la société. Mais ils ignorent le potentiel d'abus de pouvoir des adultes sur les enfants, qui sont sans défense contre l'interprétation de leurs pensées et motivations en fonction de la théorie non prouvée de l'analyste.

Comptes rendus psychanalytiques sur les relations sexuelles entre adultes et enfants

Un autre type de critique de la psychanalyse française est mis en évidence dans le dernier film de Robert, à savoir qu'elle a été utilisée pour valider l'inceste et la maltraitance des enfants. Freud, et son disciple Lacan, considéraient les enfants comme des êtres sexuels, fortement influencés par le désir érotique d'un parent et préoccupés par les problèmes de castration, d'absence de pénis ou de violence. Étant donné qu'ils sont considérés comme des désirs humains universels, l'inceste et la pédophilie sont considérés comme des phénomènes naturels. Selon ce point de vue, les conflits psychiques sont largement dus à la nécessité de s'adapter aux normes d'une société qui interdit strictement de tels comportements et donc de réprimer les instincts naturels. L'accent mis sur la sexualité des enfants a été l'une des raisons pour lesquelles de nombreux contemporains de Freud ont fini par se détacher de lui;17 il était considéré comme imposant aux autres ses propres vues dogmatiques, issues de son auto-analyse, en traitant des concepts tels que le complexe d'Oedipe et l'anxiété de castration comme universels, au détriment d'autres facteurs de risque non sexuels de troubles mentaux. Dans Le Phallus et le Néant, nous voyons comment ce point de vue peut ouvrir la voie à des relations abusives entre un thérapeute influent et des enfants vulnérables.

Le risque d'abus doit être considéré par rapport à une perspective culturelle française particulière en ce qui concerne l'âge du consentement18. En 1977, un groupe de 60 intellectuels éminents a signé une pétition qui a été publiée dans Le Monde, coïncidant avec le procès de trois hommes accusés d'avoir eu des relations sexuelles avec des enfants de 13 à 14 ans. L'argument avancé dans la pétition était que les enfants avaient la capacité de consentir à des relations sexuelles, et que l'adoption d'un âge de consentement était patriarcale et constituait un déni des droits des enfants. Une pétition similaire a été publiée en 1979, en soutien à un homme jugé pour avoir eu des relations sexuelles avec des filles âgées de six à douze ans. "Le désir et les jeux sexuels ont leur place dans la relation entre les enfants et les adultes" était l'argument avancé, et la pétition réitérait que les droits des enfants étaient violés en leur refusant la satisfaction sexuelle.

L'un des signataires de la pétition de 1977 était Françoise Dolto, une psychanalyste très médiatisée qui est régulièrement apparue dans une émission de radio entre 1976 et 1978, où elle répondait aux questions des parents. En 1979, elle a été interviewée par le magazine Choisir sur le thème de l'inceste ; une transcription est disponible en ligne.19 Ses réponses indiquent qu'elle considère les enfants comme des participants volontaires à l'activité sexuelle qui doivent assumer la responsabilité de leurs actes. Le même site web a rapporté des citations d'un livre de 1999, L'Enfant, le Juge et la Psychanalyste, dans lequel Dolto a discuté avec la juge Andrée Ruffo des implications juridiques des relations sexuelles entre adultes et enfants. Dolto a recommandé que les enfants apprennent très tôt que tout contact sexuel avec un adulte est illégal, afin qu'il n'y ait aucun doute sur leur complicité s'ils s'engagent dans de telles activités :

  • "Si les enfants savaient que la loi interdit la vie privée sexuelle entre adultes et enfants, eh bien, à partir du moment où un adulte lui demande, si elle accepte, cela fait d'elle une complice, elle n'a pas à se plaindre" (traduction des auteurs).

Dolto continue d'être tenue en haute estime en France. Non seulement Paris a donné son nom à une rue, mais en 2018, le gouvernement a imprimé un timbre postal spécial en son honneur. Le Phallus et le Néant montre clairement à quel point son héritage perdure, les personnes interrogées affirmant que les enfants sont des êtres sexuels capables de se comporter de manière provocante envers leurs parents, qui doivent réprimer leur "pulsion pédophile intérieure".

Un tel discours n'est pas seulement symbolique : il a des conséquences réelles pour les enfants.

Le malaise croissant de la société française quant au statut culte de la psychanalyse a atteint son paroxysme cette année avec la publication d'un livre Le Consentement de Vanessa Springora,20 qui décrit comment, à l'âge de 14 ans, elle a été entraînée dans une relation sexuelle avec un célèbre écrivain de 50 ans, Gabriel Matzneff. Matzneff était l'un des signataires de la pétition de 1977 pour la dépénalisation de la pédophilie. Il s'est défendu en affirmant que sa relation avec l'adolescente Springora et d'autres personnes de son âge était une relation amoureuse.

Il ne fait aucun doute que de nombreux psychanalystes pour enfants seraient horrifiés à l'idée que leurs méthodes soient utilisées pour défendre l'inceste et la maltraitance des enfants. Le problème, cependant, est que si quelqu'un était enclin à la pédophilie, alors la version de la psychanalyse de Dolto pourrait sembler très attrayante, car elle promeut l'idée que les relations sexuelles entre adultes et enfants, bien qu'interdites par la société, sont un aspect naturel et donc irréprochable de la condition humaine. La psychanalyse peut apporter une respectabilité professionnelle, un bon revenu et un accès aux enfants vulnérables. Nous devons être clairs : nous ne disons pas que ces opinions sont communes aux psychanalystes français pour enfants. Néanmoins, tant que le mouvement psychanalytique en France ne fixe pas de limites à ce qui peut être considéré comme de la psychanalyse, il court le risque de porter préjudice aux enfants, ainsi qu'à sa profession.

"CRA hors des HP" d'après Plonk et Replonk

Pérennité de la psychanalyse dans la vie politique et universitaire française

La question clé n'est plus de savoir comment la France est arrivée à ce point, mais plutôt comment elle ne semble pas pouvoir le dépasser complètement. Si la psychanalyse est aujourd'hui marginale en France pour l'ensemble de la psychiatrie, il en va autrement pour la sous-discipline de la pédopsychiatrie qui a été dominée par cette orientation pendant des décennies. En 2012, la Haute Autorité de Santé française a mis en œuvre des recommandations pour le traitement de l'autisme, mais elles n'étaient pas obligatoires et des thérapies psychanalytiques inefficaces ont continué à être proposées aux personnes autistes.21 Même si les nouvelles générations de médecins sont formées à des traitements fondés sur des preuves, les générations plus anciennes qui ont été formées à considérer la psychanalyse comme un traitement viable de l'autisme sont toujours en exercice. Cette présence est visible à tous les niveaux du système de santé français, y compris dans les hôpitaux publics, les cliniques et les cabinets privés. Le plus grand problème en France concerne peut-être la formation des psychologues cliniciens. Les psychologues sont dix fois plus nombreux que les psychiatres et ils occupent un grand nombre de postes dans les cliniques et les hôpitaux traitant des enfants autistes. Le deuxième auteur, expert pour le Conseil National des Universités, a récemment présenté une critique scientifique de la psychanalyse ainsi qu'une analyse quantitative de la formation reçue par les psychologues cliniciens dans les universités françaises.22 Cette analyse a démontré que sur les 26 universités chargées de la formation des psychologues cliniciens, la moitié dispensent encore une formation psychanalytique substantielle. Dans neuf de ces universités, la formation dispensée en psychologie clinique est exclusivement d'orientation psychanalytique. Les cliniciens formés dans ces établissements ne sont pas systématiquement exposés à des approches fondées sur des données probantes dans le traitement de l'autisme (ou d'autres troubles psychiques, d'ailleurs), et aucun examen national ou critère d'autorisation professionnelle ne les oblige à suivre une telle formation avant d'occuper des postes dans les hôpitaux de tout le pays. Le gouvernement français et les présidents des universités ont fermé les yeux sur ce monopole psychanalytique dans les établissements d'enseignement supérieur.

En résumé, la défense de la psychanalyse comme traitement de l'autisme repose sur l'idée que le choix d'une forme de thérapie plutôt qu'une autre est purement dû à des préférences culturelles et à la mode. Cependant, une enquête plus approfondie révèle que la psychanalyse est qualitativement différente des autres formes de thérapie. Non seulement elle est dépourvue de toute preuve d'efficacité, mais elle est si mal définie qu'on ne sait pas très bien à quoi ressembleraient ces preuves. Elle n'est légitimée que parce qu'elle est promue par des figures d'autorité et entretenue par des cercles de pouvoir et d'influence. En outre, dans ses formes les plus extrêmes, elle peut causer des dommages aux parents, en particulier aux mères, qui sont diabolisées à la fois parce qu'elles sont trop impliquées et trop éloignées de leurs enfants, et aux enfants eux-mêmes, qui sont considérés comme des séducteurs plutôt que comme des victimes lorsqu'ils ont des relations sexuelles avec des adultes.
À propos des auteurs

Dorothy Bishop, M.A., M.Phil., D.Phil., est professeure de neuropsychologie du développement au département de psychologie de l'université d'Oxford, au Royaume-Uni. Joel Swendsen, M.A., Ph.D., est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, France.

Références

  1. Danon-Boileau, L. The Silent Child: Exploring the World of Children who Do Not Speak. Oxford University Press, 2001.Google Scholar
  2.  Law, J. The silent child: exploring the world of children who do not speak. Int J Lang Commun Disord 2003; 38(1): 115–6.Google Scholar
  3.  Robert, S. Le Mur, ou la psychanalyse à l’épreuve de l'autisme. Océan Invisible Productions, 2011 (https://www.dailymotion.co/ide/16d4fv).Google Scholar
  4.  National Institute for Health and Care Excellence. Autism Spectrum Disorder in Under 19s: Support and Management (Clinical Guideline CG170). NICE, 2013.Google Scholar
  5.  Houzel, D. Autism and psychoanalysis in the French context. Int J Psychoanal 2018; 99(3): 725–45.CrossRefGoogle Scholar
  6.  Billig, M. Lacan's misuse of psychology: evidence, rhetoric and the mirror stage. Theory Cult Soc 2006; 23(4): 1–26.CrossRefGoogle Scholar
  7.  Bates, R. France's autism controversy and the historical role of psychoanalysis in the diagnosis and treatment of autistic children. Nottingham French Stud 2020; 59(2): 221–35.CrossRefGoogle Scholar
  8.  Fasquelle, D. Propositions de loi, 4211, Visant l'arrêt des pratiques psychanalytiques dans l'accompagnement des personnes autistes, la généralisation des méthodes éducatives et comportementales et la réaffectation de tous les financements existants à ces méthodes. Assemblée Nationale, 2012 (http://www.assemblee-nationale.f//roposition/ion4211.asp [refd 29 Apr 2020]).Google Scholar
  9.  Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé. Recherche sur l'Autisme. 2017 (https://itneuro.aviesan.f/oca/tneur/ile/8/ilan.Recherche.AUTISME.12.06.2017.pdf).Google Scholar
  10.  Rhode, M. Object relations approaches to autism. Int J Psychoanal 2018; 99(3): 702–24.Google Scholar
  11. Briggs, J. The Enduring Fortress: The Influence of Bruno Bettelheim in the Politics of Autism in France. Modern Intellectual History, 2019.Google Scholar
  12.  Robert, S. Le Phallus et le Néant. Océan Invisible Productions, 2019 (https://vimeo.co/ndeman/ephallusetleneant).Google Scholar
  13.  Freud Quotidien. Françoise Dolto (https://freudquotidien.wordpress.co/ategor/uteur/rancoise-dolt/.Google Scholar
  14.  Green, J, Garg, S. Annual research review: the state of autism intervention science: progress, target psychological and biological mechanisms and future prospects. J Child Psychol Psychiatry 2018; 59(4): 424–43.CrossRefGoogle ScholarPubMed
  15.  Popper, K . Conjectures and Refutations. Routledge, 1963/2002.Google Scholar
  16.  Sokal, A , Bricmont, J. Intellectual Impostures. Profile Books, 1998.Google Scholar
  17.   Clark, RW . Freud: The Man and the Cause. Jonathan Cape and Weidenfeld & Nicholson, 1980.Google Scholar
  18.  Doezema, M. France, where age of consent is up for debate. The Atlantic 10 March 2018 (https://www.theatlantic.co/nternationa/rchiv/01//rances-existential-crisis-over-sexual-harassment-law/50700/ [refd 29 Apr 2020]).Google Scholar
  19.  Dolto, F. Interview with Choisir Magazine (https://mariannekuhni.co/01///n-psychanalyse-lenfant-porte-la-responsabilite-de-linceste-paterne/979).Google Scholar
  20.  Springora, V. Le Consentement. Grasset, 2020.Google Scholar
  21.  UN Committee on the Rights of the Child. Concluding Observations on the Fifth Periodic Report of France, 29 January 2016 (CRC/C/FRA/CO/5). CRC, 2016 (https://www.refworld.or/oci/6c17fb64.html).Google Scholar
  22.  Swendsen, J. A Scientific View of Psychoanalysis [in French]. 2018 (https://www.youtube.co/atch?v=RBd2sm-0eyM&t=3090s).Google Scholar
Regard scientifique sur la psychanalyse (TenL#58) © La Tronche en Biais

Voir aussi :

La fin sans fin de l’illusion psychanalytique – à partir de l’ouvrage de Jacques Van Rillaer, Freud et Lacan, des charlatans ? Faits et légendes de la psychanalyse

A partir du dernier ouvrage de Jacques Van Rillaer, "Freud et Lacan, des charlatans ? Faits et légendes de la psychanalyse", une analyse du statut actuel de la psychanalyse. Bruxelles, Mardaga, 2019, 276 p.

Melman, Botbol, Dolto, Laznik et compagnie : un anniversaire

2 mars 2017 - En 2014, les associations de Bretagne manifestaient contre un colloque de psychanalyse à Brest. Aujourd'hui, le CRA n'est plus géré par l'HP.. " "L'approche lacano-doltoïenne de l'autisme infantile n'a pas la cote".[Melman]. Encore heureux.

La pédopsychiatrie en danger de mort ? 1/3

29 mai 2016 - Suivant une prise de position solennelle des sommités de la psychiatrie française, il y aurait danger pour leur discipline. Elle est « mise en cause » dans le cadre de la prise en charge de l'autisme. C'est pourtant évident : pourquoi ne pas l'admettre ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
« Une grande purge est en cours à Hong Kong »
Militant hongkongais des droits des travailleurs, Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression qui réduit la société civile au silence. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui, à gauche, célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal
Dans l’ancienne colonie britannique, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B