jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

524 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 mars 2016

Jean Eudes : Le Général Renault chef de l'IGGN ose affimer suicide contre la justice

Le général Renault patron de l'IGGN m'a écrit en décembre 2014 (j'avais gardé ça sous le pied.) que ses hommes ont conclu "suicide" et que la justice indépendante a confirmé "suicide"..... c'est FAUX : la justice n'a pas conclu suicide (la preuve par Humanis). Pourquoi donc la gendarmerie jusqu'au plus haut niveau (Général Renault) a-t-elle tant intérêt à ce fameux suicide ?

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voir aussi  ( le même Général Renault ) :

https://blogs.mediapart.fr/jean63/blog/140316/mort-de-remi-fraisse-les-gendarmes-nont-commis-aucune-faute-professionnelle

_____________

Attention ! NOUVEAU ...

Le général Renault patron de l'IGGN m'a écrit en décembre 2014 (j'avais gardé ça sous le pied.) que ses hommes ont conclu "suicide" et que la justice indépendante a confirmé "suicide"..... c'est FAUX : la justice n'a pas conclu suicide (la preuve par Humanis).

Pourquoi donc la gendarmerie jusqu'au plus haut niveau (Général Renault) a-t-elle tant intérêt à ce fameux suicide ?

Le Concombre dé-Masqué a écrit  ( Il ne va tout même pas connaitre mieux le dossier que moi ) =>

- une 2ème enquête qui se termine par une simple hypothèse retenant le suicide mais excluant, par manque de preuves formelles, l'intervention d'un ou plusieurs tiers.

Mes réponses :

Une simple hypothèse ? NON,  c'est la conclusion de l'enquête de gendarmerie ( c'est leur dernier PV de synthèse D718 bis à D720 en pièces jointes, d'ailleurs retenu par le Général Renault dont je parle plus bas ).

______________________

Pièces jointes : 

1 - PV de synthèse des gendarmes-enquêteurs dans l'instruction de la juge Dournes (c'est leur dernière intervention dans ce dossier ) :

pièces D718 à D742 (pdf, 1.5 MB)

(conclusion en D720 = suicide ... même pas allusion à accident ). 

_____________________

2 - Arrêt de non lieu du juge Colson :

Après avoir bien insisté sur l'anapath positive et le bromazépan (lexomil) il ne tient pas compte de l'absence de recherches importantes  (déclenchement des relais, appels entrants ...etc téléphone disparu, polo quasi intact .. il y a une multitude de points non recherchés ou occultés par les gendarmes), le juge Colson écrit :

arrêt du juge Colson 1
arrêt de non-lieu du juge Colson 2

"Attendu qu'il ne résulte pas de l'information charges suffisantes contre quiconque d'avoir commis les faits d'homicide volontaire visés dans le réquisitoire introductif :

Vu les articles 175 et 177 du code de procédure pémale,

Disons n'y avoir lieu à suivre contre quiconque de ce chef.

Ordonnons le dépot du dossier de la procédure au greffe pour y être repris en cas de survenance de charges nouvelles."

_____________________

3 - Lettre-réponse du général Renault : 2ième et 3ième pièces jointes.

Il écrit : "il ressort que les investigations ont été menées avec professionnalisme et minutie. ....... etc ..... bla blabla  ....

La thèse du suicide qui a été soulevée par les enquêteurs, a été validée en toute indépendance et objectivité par le magistrat, seule autorité habilitée à décider de la qualification des faits" ............. eh bbééééééééééé,  carrément le juge Colson aurait écrit = "Suicide" conformément aux "hypothèses" des gendarmes, ce qu'il n'a pas justement pas fait lors de l'arrêt de non-lieu  ...  c'est encore mieux que tout ce qu'on a lu jusque là."

Lettre du Général Renault (1)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena