jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

511 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 avr. 2016

Lettre au Général Renault, patron de l'IGGN (Inspection Gale de la Gendarmerie)

Dans votre courrier du 17 décembre 2014, en réponse à mon mail, vous m'avez écrit que les gendarmes de la BR de Toulouse St Michel et les adjudants Huot et Cardona de Fronton (31) ont fait des investigations menées avec professionnalisme et minutie .. et que leur conclusion "suicide" concernant les causes de la mort de mon fils ont été validées par la Justice Toulousaine et en Cassation. Mais ce n

jean63
Retraité / investigations et recherche de la vérité partout où elle se cache (où on nous la cache)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon billet relatant le courrier du général Renault (patron de l'IGGN) en réponse à mon mail, en décembre 2014 :

https://blogs.mediapart.fr/jean63/blog/140316/jean-eudes-le-general-renault-chef-de-liggn-ose-affimer-suicide-contre-la-justice

_______________________

Monsieur le Général Renault (IGGN),

Dans votre courrier du 17 décembre 2014, en réponse à mon mail, vous m'avez écrit que les gendarmes de la BR de Toulouse St Michel et les adjudants Huot et Cardona de Fronton (31) ont fait des investigations menées avec professionnalisme et minutie .. et que leur conclusion "suicide" concernant les causes de la mort de mon fils ont été validées par la Justice Toulousaine et en Cassation.

Mais ce n'est pas le cas et je peux le prouver très facilement avec le dossier que je détiens en tant que partie civile.

Moi, j'ai fait une très longue contre-enquête, très MINUTIEUSE.

Je vois deux possibilités :

1 - Soit vous avez écouté sans enquêter ce que vous ont raconté les responsables de la BR et ceux de Fronton + la hiérarchie de la Haute Garonne en poste le 26 septembre 2008.

2 - Soit vous avez pris la peine de regarder (ou fait regarder par vos services de l'IGGN) en détail le dossier d'enquête et dans ce cas vous auriez dû constater les fautes graves qu'ont commises ces spécialistes de la BR, tout particulièrement en ne mettant pas les réponses à réquisitions téléphoniques sur le téléphone portable de mon fils (ni les déclenchements de relais, ni les appels entrants n'ont été versés au dossier alors que les demandes ont bien été rédigées et faxées : PVs et fax dans le dossier).

J'ai pourtant demandé à plusieurs reprises aux juges Martine Dournes puis Philippe Colson de réclamer celà aux enquêteurs, en vain (mon avocat de l'époque m'avait dit parlant de la juge Dournes "elle ne fait pas ce qu'elle veut" !!!!! ah bon ? je croyais les juges INDEPENDANTS).

C'est gravissime car celà aurait déterminé si mon fils conduisait bien sa voiture en arrivant à l'écluse d'embalens le jeudi 25 septembre vers 18h45 ou si elle lui avait été volée par exemple à la sortie de son travail à Ramonville après 17h30 (heure du dernier témoignage de son collègue de bureau qui lui dit "au revoir") et lui a été kidnappé .....

D'ailleurs c'est une information que n'ont pas recherché les gendarmes car ils n'ont pas mis la voiture sous scellé = faute grave  (ce qui aurait permis, avec les prélèvements ADN sur le volant et le levier de vitesse, de savoir qui avait touché ce volant en dernier  .. mon fils ne prêtait pas sa voiture, seul moi-même, je la conduisais rarement lors d'entretiens mécaniques ou de vidanges ).

D'ailleurs il était évident que ce n'était pas mon fils qui conduisait car la dame témoin qui l'a vu arriver seul a décrit avec certitude un homme de 30 à 40 ans (mon fils avait 24 ans et faisait plutôt jeune) avec une veste grise alors que mon fils portait un polo à manches courtes (plusieurs témoignages de collègues de travail) et que sa seule veste était dans son studio. 

Bizaremment les gendarmes ne sont pas allé réinterroger cette dame, ce qui était pourtant prévu par l'adjudant Huot.

J'ai eu l'impression que ces magistrats étaient "aux ordres" de la gendarmerie.

Les autres fautes sont tout aussi gravissimes.

Je peux vous les énumérer : 

- Falsification de documents de téléphonie en remplaçant un 5 par un 6, ce qui n'a pas permis d'avoir le nom d'un abonné appelé pendant 1/2 heure le soir du 26 septembre 2008 par le retraité SNCF Doutres Francis, après le départ des gendarmes, pompiers et pompes funèbres de la voie ferrée avec le corps de mon fils, retraité qui habite avec sa femme et son fils de 40 ans à 2 pas de l'endroit de la découverte du corps au fond de son jardin .. pourquoi ce mystère entretenu ?  : Mdl Philippe Devaux,

- Falsification sur un document de la CPAM d'un nom de médecin (Alary remplacé par Azary) : Mdl Philippe Devaux,

- Falsification : présence soi-disant sur la voie ferrée d'une polaire verte appartenant à mon fils alors que ce tissu de couleur "bleu délavé" pris en photo par les TIC - Major Jean-Paul Voinson et Moret, n'est pas la polaire verte. La preuve : ils ont écrit dans leur rapport D73-D74 concernant cette soi-disant polaire "que nous avons lavé" (quoi ! une pièce mise sous scellé est d'abord lavée par des TIC ? en pièce jointe le  PV mensonger desTIC D73-D74 ) : Voinson et Moret.

Comment cette polaire qui aurait dû être copieusement ensanglantée, quand on voit l'état du corps, aurait été lavée par des TIC ? et bien non, ils ne l'ont pas lavée, car ils l'ont trouvée PROPRE dans la voiture ..

Pire ils ont violé ma propriété car la 205 m'appartenait et ils n'ont pas fait de PV de perquisition dans cette voiture (avec 2 témoins selon la loi). On était pas en état d'urgence que je sache en septembre 2008 !

La liste est très longue et je me réserve de la faire le moment venu pour dénoncer ce sabotage d'enquête, qui, avec ces éléments aurait pris une toute autre direction.

Comment le Colonel Ségura peut-il écrire que le corps était "aux abords des voies" alors que ses propres gendarmes de la BR ont pris des photos où on voit très bien le corps et le bras droit au milieu des 2 voies 1 et 2 !!!!

D'ailleurs, le juge Colson, contraire à ce que vous écrivez, n'a pas conclu à "suicide" (la preuve par le non-lieu D1017-D1018) .

De plus celà a été confirmé par le versement de la part d'Humanis des sommes allouées à la famille en cas de décès (hors suicide) de Jean Eudes LOMBARD (assurance contractée par son employeur Mercator Océan). Les juristes d'Humanis ont bien étudié le dossier et ont conclu que ce n'est pas un suicide.

Quand aux conclusions des gendarmes de la BR Patrick Bégué et Philippe Devaux ( D718 bis à D720 ) comme quoi mon fils se serait jeté sous le train 3630 (TEOZ corail Cerbere-Paris) en fin de matinée  du 26 septembre 2008 vers 11h45 , entre 2 wagons (là où c'est bien caréné et donc impossible de se jeter), sachant q'une 1/2 heure plus tard aucun autre train n'étant passé, le corps est découvert CADAVRE FROID, SEC ET SANS AUCUNE TRACE DE SANG, c'est n'importe quoi (sachant que Voinson a affirmé que la mort remontait à 6 heures minimum, dixit à Zanchetta qui l'a écrit sur sa "chronologie des faits" et déclaré à Bégué dans son audition : "je n'ai jamais vu un corps aussi froid de ma carrière / 20 ans de TIC"... Les jambes découpées un peu en dessous des genoux et le bras droit entier sur l'autre voie (on voit très bien les traces de liens -mon fils ne portait ni montre ni bracelet- mais pas écrit dans le rapport des TIC D73-D74, pas plus que le linge noué entourant le thorax de mon fils) ...

INCOHERENCE TOTALE : 

D'une part le médecin légiste m'a fait une démonstration très douteuse dans le bureau de la juge Martine Dournes, sur le fait que plusieurs trains ayant charrié le corps, celà expliquerait l'absence totale de sang sur le corps et les vêtements restants ( slip et pantalon disparus ). 6 à 7 litres de sang ne s'envolent pas ....

D'autre part les gendarmes Bégué et Devaux concluent que mon fils s'est jeté sous le dernier train de la matinée le TEOZ corail 3630 Cerbere-Paris => aucun  autre train n'a pu donc charrier le corps jusqu'à sa découverte et que le corps soit froid et exsangue 1/2 heure pus tard à midi 10 est tout simplement IMPOSSIBLE.

Donc mon fils a été tué ailleurs que sur la voie ferrée à cet endroit, mais il a surement été mis à découper là, froid et rigide, jeté par 2 personnes sous ce train 3630 il  était mort depuis plus de 6 heures selon Voinson, donc en contradiction avec ses collègues Bégué et Devaux.

Non, ne me sortez pas le coup de l'anapath positive, car il y avait un artefact, le corps était putréfié lors des prélèvements pour analyse anapath le 19 novembre 2008 à l'IML de Rangueil (or la putréfaction crée un artefact disant "vivant" au lieu de "mort" au moment de l'impact, c'est bien connu des médecins légistes, sauf du Dr Costagliola apparemment ).

Je vous demande donc de faire une vraie enquête d'IGGN sur le comportement louche de ces gendarmes de BR qui devraient être exemplaires, Bégué était de mèche avec le vice procureur Boyer pour imposer le suicide sans enquête, c'est tellement évident, qu'ils ont refusé d'envisager que mon fils ait subi une soumission chimique avec ce lexomil qu'il n'avait aucune raison de prendre (il ne prenait jamais de médicaments, jamais de psychotropes ni d'anxyolitiques, pas de consultation de médecin ni de psychiatre sur son relevé CPAM).

Et ce serait un travail minutieux ? 

Tous ses amis, famille et collègues ont dit qu'il allait très bien jusqu'aux derniers témoignages à 17 heures où il a pris un café au soleil avec 2 copains et ils ont parlé de leur ballade dans les Pyrénées du week-end qui arrivait.

Tout prouve que ce n'est pas un suicide et tout oriente vers un crime maquillé en suicide (j'ai la liste de toutes ces preuves).

S'ils ont reçu l'ordre d'étouffer cette affaire, vos gendarmes de BR s'y sont très mal pris.

Bien évidemment si ça avait été un simple accident (corps trouvé "au bord des voies" au petit matin)  je n'aurais pas fait toutes ces recherches qui ont conduit à des aberrations et des tricheries de la part des gendarmes ...  mais ce n'est pas le cas.

C'est tout simplement un assassinat : crime prémédité en bande organisée avec destruction du corps sous un train pour faire croire à un suicide.

Le mobile numéro 1  ? prélèvement des organes car mon fils était sportif et très sain (pas d'alcool, pas de drogues et était du groupe B très rare (3% de la population Française).

Je vous demande donc de faire la lumière sur ce sabotage d'enquête et de désigner les coupables.

Comme vous l'avez compris je suis très déterminé. Il y bientôt 8 ans que je lutte pour la vérité et plus on me ment, plus je suis déterminé.. j'ai tout mon temps et je termine toujours ce que j'ai commencé.

En espérant que vous enquêterez et me répondrez favorablement,

Jean LOMBARD

==========================================

J'ai déjà produit mon 1er mail et la réponse du général Renault en décembre 2014 lors d'échanges sur des commentaires de billets de Joel Martin et du concombre masqué.

Dès qu'il est possible de la joindre ici je la mettrai (là j'ai une erreur 500 .

Je mettrai aussi la conclusion détaillée du Doyen des Juges Colson qui ne suit absolument pas les conclusions des gendarmes sur le suicide, contrairement à ce que dit le Général Renault.

J'attends donc sa réponse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato