(Congo) Qu'est-ce que le Pool et ses ressortissants vous ont-ils fait ?

L’idée de la partition ou de la scission du Congo vient du Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU, en 1999.

QU’EST-CE QUE LE POOL ET SES RESSORTISSANTS VOUS ONT-ILS FAIT ?

L’idée de la partition ou de la scission du Congo vient du Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU, en 1999. 

Nos aïeux dansaient au son d’une chanson très vieille, mais qui disait tout :

« Muntu na muntu ka tsina kwandi, kaa Mulari ka tsinandi, tsio Mulari ngudia ngo  eh yayee ! »

(Traduction littérale : « N’importe qui peut danser, mais un Lari n’a pas ce droit. Donc, l’homme Lari est le véritable mal aimé, regardé et considéré comme un véritable ennemi… ») 

Ce qui se passe dans le Sud est symptomatique et est bien en liaison avec cette métaphore. 

Nous avons au Sud du Congo des personnes qui parlent de l’unité du sud du Congo pour faire face à la rudesse et la barbarie des nordistes du système Sassou. Mais, dans le même temps, ces mêmes personnes cultivent une discrimination et une ségrégation tribales contre les ressortissants d’une région composante de ce Sud-Congo qu’elles prétendent unifier. Cette région, c'est le Pool. 

Pour l’instant, cinq régions composent ce Sud-Congo. Si les meneurs de cette unification du Sud-Congo sont d’accord pour la fusion de ces cinq entités humaines, il se trouve que ces mêmes meneurs travaillent à la marginalisation des ressortissants d’une de ces principales régions : le POOL. En ce sens que tout ressortissant de cette région du Pool ne doit et n’a surtout pas le droit d’émettre une quelconque idée ou entreprendre une quelconque initiative allant dans le même sens que les promoteurs de l’unité du Sud-Congo. Tout doit donc être trouvé et produit par les ressortissants des quatre autres régions, moins le POOL qui, lui, doit être considéré comme simple wagon d’un train dont la locomotive ne doit surtout pas être le POOL. C’est une question de leadership. Logique TSP (Tout Sauf le Pool). 

Ce ne sont pas les populations de ces quatre régions qui pratiquent cette marginalisation, cette ségrégation, cette discrimination ou ce régionalisme tribal, mais quelques individus en mal de leadership. Ils ne sont pas nombreux et on peut les compter sur le bout des doigts. Ils pensent que pour avoir perdu le pouvoir en 1997 avec le coup d’Etat de Sassou contre le Président Pascal Lissouba, ils ont donc la légitimité d’être au-devant de la scène et donc les leaders légitimes. Pour ce faire, ils sont obligés de chercher les traitres dans la région martyre qu’ils accusent d’être à l’origine de la chute du président Lissouba : LE POOL. 

Or, le général Mabika qui était allé remettre des chars à Mpila, chez Sassou, en 1997, n’était pas un ressortissant du Pool. M. Tsaty-Mabiala, ministre de la Défense à l’époque des faits, qui avait pactisé avec Sassou contre Lissouba, n’est pas un ressortissant du Pool. M. Mberi Martin, ministre de l’Intérieur qui, lui aussi, était passé avec armes et bagages du côté de Sassou, l’ennemi politique, n’est pas du Pool. M. Pierre Mabiala qui avait déclaré que Sassou doit être tué, n’est-il pas ministre de Sassou aujourd’hui ? Il n’est pas ressortissant du Pool. Dame Claudine Munari, directrice de cabinet du président Lissouba, elle aussi, était partie avec armes et bagages du côté de celui qui les renversait. N’était-elle pas ministre de Sassou ? Est-elle du Pool ? M. Clément Mouamba, Premier ministre de Sassou 2016 à 2021, est-il du Pool ? Je pense que c’est en raison des services rendus, en guise de récompense et de remerciements, qu’ils ont été ou sont nommés ministres dans les différents gouvernements de Sassou. 

Alors, de là à culpabiliser toujours le Pool ou ses leaders, c’est faire preuve d’un machiavélisme éhonté, d’une profonde mauvaise foi et d’une malhonnêteté intellectuelle inqualifiables. 

En vérité, si tous ces gens sont honnêtes, je dis bien HONNÊTES, ils doivent bien reconnaître que l’idée de partition ou de scission du Congo n’émane ni de Boukadia ni de Poaty-Pangou. Rendons à César ce qui est à César. Cette idée de partition ou de scission, née en 1999 du fait des atrocités de la guerre de 1998-2005 dans le Pool, est du défunt Professeur Jean-Pierre MAKOUTA-MBOUKOU avec Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA, dans le cadre du CICOP (Collectif des Intellectuels Congolais Originaires du Pool). 

Lorsque, en 2014, à l’initiative de Modeste Boukadia en compagnie de Robert Poaty-Pangou, l’idée de partition est reprise et émise, les alliés actuels de Robert Poaty-Pangou avaient crié au scandale et avait même dit publiquement que le Nibolek ne partage pas cette initiative et ne participera pas à la partition ou à la scission du pays. Ils sont républicains et démocrates, avaient-ils clamé haut et fort. Ces alliés de Robert Poaty-Pangou qui s’étaient exprimés ainsi, ce sont : Bernard Pongui, John-Binith Dzaba, Gertrude Malalou-Koumba, Marie-Louise Abia Ango, etc., entre autres et pour ne citer que ceux-là. Mais que s’est-il passé depuis pour qu’ils retournent leur veste ? 

Il n’y a pas longtemps, disons l’année dernière (2020), un groupe de ressortissants du Pool avait osé parler de la partition du pays (scission du sud-Congo) comme le fait Robert Poaty-Pangou depuis quelques années. Ils avaient donc adhéré à cette idée. Pour répondre à ces « imposteurs du Pool », l’un des acteurs actuels unificateurs du Sud-Kongo (scission du Congo), John-Binith Dzaba, ancien repris de justice pour escroquerie en bande organisée et actuel patron des « Assises Nationales du Congo », dans un article publié dans son site Internet : « SACER », leur avait demandé d’aller créer la « REPUBLIQUE DU POOL » et que le NIBOLEK n’adhérait pas à cette initiative (sic). Même Alfred Makosso, bras droit de Robert Poaty-Pangou, en date du 16/10/2014, au moment de la rupture entre Boukadia et Poaty-Pangou, avait très fermement interdit à Modeste Boukadia de parler du Kouilou, parce qu’il n’en est pas originaire. 

Aujourd’hui, ceux qui avaient demandé aux « impolis » ou « imposteurs » du Pool d’aller créer leur république du Pool (sic), sont les mêmes à rejoindre Robert Poaty-Pangou. A lui, Robert Poaty-Pangou, ils n’ont pas demandé d’aller créer sa « REPUBLIQUE DU KOUILOU », mais seulement à ceux de la région du Pool. Deux poids, deux mesures ? 

Au regard de ce qui précède, toutes celles et tous ceux qui nous lisent doivent donc bien comprendre qu’il y a un problème entre le NIBOLEK et le POOL. En clair, tout ceci veut dire que toute idée émanant d’un ressortissant du Pool doit être obligatoirement banni, honni, combattu, sauf celle émanant du NIBOLEK ou du KOUILOU, mais surtout pas du POOL. LOGIQUE TSP (Tout Sauf le Pool) cultivée et entretenue par quelques cadres et intellos du Nibolek et du Kouilou.

A ceci, une question alors : Comment parler de l'Union du Sud-Kongo en y incluant le Pool tout en marginalisant ses ressortissants ? Est-ce logique ? 

L’agresseur n’est donc pas le POOL, mais bien les cadres ou intellos NIBOLEK qui, pour cacher leur traitrise et leur incapacité à se comporter en républicains et démocrates, divertissent toujours la galerie en pointant toujours le POOL comme étant le terroir des traitres et des moins que rien. Mais dans ce groupe du NIBOLEK, le meneur dans ce travail de sape et de diabolisation du Pool, c’est la BOUENZA, du moins ses quelques cadres nocifs qu’on peut compter sur le bout des doigts. Ils sont très bien connus. Nous avons cité certains d’entre eux. 

Pour mieux cerner le fond du sujet et bien comprendre ce qui se trame dans l’activisme éhonté de quelques éléments nocifs de la BOUENZA, au nom du NIBOLEK, je ne peux que vous renvoyer au lien ci-dessous sur lequel il suffit de cliquer, et vous cernerez le véritable visage de celles et ceux qui veulent vous rouler dans la farine mais qui, en vérité, travaillent pour le PCT aux côtés de Tsaty-Mabiala, ancien directeur de l’Ecole du Parti du PCT. 

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/120320/tirs-croises-contre-le-pool-reponse-mme-marie-louise-abia-ango

Enfin, voici qu’aujourd’hui l’un de ses parents, ressortissant du Kouilou, M. Anatole Collinet MAKOSSO, est nommé Premier ministre du Congo par Sassou Nguesso. Que va faire, à présent, Robert Poaty-Pangou, l’un des meneurs de la scission et aussi l’un des virulents activistes anti-Pool parmi d’autres du Nibolek ? Mais M. Anatole Collinet MAKOSSO est celui qui, dans deux livres publiés chez L’Harmattan, a nié catégoriquement les massacres dits des « Disparus du Beach » et le « génocide du Pool ». Un négationniste-révisionniste indécrottable. 

Le concernant, je ne pense vraiment pas que les populations de la région du Pool puissent compter sur un tel homme dans la mesure où, même en tant que ministre des enseignements primaire et secondaire, il n’a rien fait pour restaurer les établissements scolaires de la région, ravagés et pulvérisés par les bombardements d’hélicoptères angolais de 1998 à 2005. 

Paris, le 14 mai 2021 

Fwanda MAZALA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.