JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

700 Billets

10 Éditions

Billet de blog 7 oct. 2015

OURANOS ou les trois fonctions de la religion dans l’État, de Jean Monod

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Couverture OURANOS OU LES TROIS FONCTIONS DE LA RELIGION DANS L’ÉTAT © Jean Monod chez ABC’éditions

Lettre à nos amis lecteurs que révoltent ces temps de pillages troubles et tragiques à la fois...

Vous refusez au moins autant que nous ces titans de l’ultra-libéralisme qui dévorent nos enfants, les enlèvent, les expulsent, les enferment, les abandonnent, les persécutent, les torturent avec les jeunes, les habitants, les travailleurs, les femmes de tous les continents, et les font mourir de faim, de froid ou de désespoir. C’est sans frontières que les populations ont besoin de tous et de chacun. Les images, les témoignages, la parole, mais aussi les écrits portent ces luttes. En nous. Une des formes de ces luttes est muette et discrète, elle consiste à tenir coûte que coûte, vaille que vaille, et aider à se maintenir digne et droite une pensée lucide, juste et forte dressée, même nue, même fragilisée, face aux prétendues fatalités des systèmes dominants actuels.

Voilà notre situation...

© 

 Auteurs, lecteurs, illustrateurs, maquettistes, nous avons tous besoin d’outils et d’énergies toujours recommencés.  Tenir. Jusqu’au prochain titre, seulement tenir... Tous. Et vous et nous. Il ne s’agit pas d’une coquetterie ou d’une lubie littéraire de notre part, mais d’une réelle nécessité pour les éléments que nous sommes, afin de continuer à vivre debout. Ensemble. Sans dépendre d’aucune subvention et encore moins de prêts dits conventionnels, en réalité ultra-conditionnés par les lois de la grande distribution, et nous ne parlerons même pas ici de ces plus ou moins douteuses collectes présumées « solidaires » qui ne font jamais que le jeu des seules banques.

L’achat d’un titre ou deux de notre catalogue par chacun de nos amis peut aider à tenir.

La publication d’OURANOS ou les trois fonctions de la religion dans l’État, collection ÉCLIPSES dirigée par Jean Monod est une réelle nécessité pour les militants des droits humains, pour la presse d’idées libre et pour nos sociétés que les doctrines dominantes maintiennent aliénées.

© 

 « L’État est la conscience des soumis » !... Car nos aliénations s’entretiennent de peurs sourdes, certes, alimentées entre nous, mais qu’ont cependant fabriquées les instances au pouvoir. À coups de précarité, de pauvreté et de mesures sécuritaires, les pouvoirs en place nous privent de notre conscience propre, de notre lien aux autres, de notre indépendance de pensée. De notre esprit. Ce fameux sens spirituel, personnel et libre, dégagé des rites, des rituels et des pratiques des clans, des sectes et des Églises. Voilà ce qu’avec nous dit en substance Jean Monod.

Une véritable religion d’État se construit donc sous nos yeux avec les murs qui enferment les peuples. Dans tous les pays, les maîtres de l’armement sont en même temps les maîtres des organes d’informations (Dassault et Lagardère, s’il faut les nommer, en fRance). L’ignorer ou le nier c’est collaborer de fait aux horreurs des génocides et des ethnocides, des écocides en cours. Là-dessus, une multitude de forces armées et tout un arsenal de lois liberticides viennent prolonger une série multiséculaire de mensonges et d’omissions par lesquels l’histoire officielle a de longue date travesti notre actualité et notre histoire[1].

© 

4e de couverure d'OURANOS ou les trois fonctions de la religion dans l’État, de Jean Monod © ABC’éditions Ah Bienvenus Clandestins !

© 

Lire le livre de Jean Monod est un sursaut sain et salutaire. Il y va de la transformation des approches et des points de vue par lesquels nous abordons ces questions. Bref, je le redis, c’est une réelle nécessité, intellectuelle et morale. Résolument pré-révolutionnaire.

Comme éditeur, j’ai eu la primeur de lire ces pages que m’a confiées leur auteur, je me dois de faire connaître ces informations à tous ceux que j’aime, à tous les amis et aux amis de mes amis lecteurs. Je cours le risque financier. Vous pouvez m’aider à le dépasser en vous impliquant dans cette lecture à partager autour de nous. Favorisez l’achat du livre. Facilitez-en la lecture.

Si chacun de vous achète le livre, le lit, le diffuse, en parle autour de lui et en reprend au moins quelques grandes lignes pour le faire connaître, ce livre aura la chance d’exister dans le cadre si étroit des gens qui s’informent des luttes qui sont nôtres pour des sociétés autonomes ; ABC’éditions pourra équilibrer ses budgets et mieux continuer son activité éditoriale ; la relation directe tant désirée entre auteurs et lecteurs s’en trouvera améliorée malgré les difficultés.

© 

ABC’éditions est son propre diffuseur. Autant dire que je n’ai que vous, amis lecteurs, pour engager le second titre et la publication du prochain volume de Perséphone captive d’Hadès. Il nous faut sortir de l’enfer, de l’enfermement. Face à la sclérose qui menace, la contribution de chacun s’impose pour satisfaire cette nécessité intellectuelle et morale des temps présents. Échapper aux lois du marché.

Le 13 juillet dernier, la signature du troisième mémorandum à Bruxelles par Tsipras montre à quel point la direction des partis ne récupère jamais les énergies populaires que pour mieux servir aux pouvoirs dominants l’obéissance pieds et poings liés de leurs peuples face aux menées ultra-libérales qui maintiennent les rennes du pouvoir.

À l’heure où s’effondrent les espérances aux partis de gauche, la participation de chacun à des projets d’information s’impose comme la dernière alternative possible au nom des peuples sans frontières... et pour eux ! C’est une dernière chance, un sursaut de courage et de dignité face à l’écrasement des autorités financières sous lesquelles nous croulons tous, les uns après les autres. C’est par là que nous pourrons en sortir : par les solidarités élémentaires entre gens qui portent d’autres programmes que ceux des puissances institutionnalisées et des systèmes en place.

© 

 Il s’agit de nous tous. Ceux qui engageront un peu de temps et quelques euros à l’achat, à la lecture et à la diffusion de cet ouvrage primordial en conforteront sa réelle importance historique. C’est certain. Le courage de la vérité. Michel Foucault dans sa dernière conférence parlait à ce sujet de Parrésia. Ici, la conscience du vrai est plus que jamais d’actualité, décisive, même, et, on ne peut en douter, pour l’avenir très proche. Vous et nous en déciderons par la suite que nous saurons accorder à ces belles pages et à l’ordonnancement de telles pensées qui font l’honneur de la part humaine dans cette société.

Merci à tous.                                                         

Jean-Jacques M’µ pour www.abceditions.net

Gourdon, le 5 octobre 2015


[1] Non, les ancêtres en métropole ne sont pas Gaulois, mais d’origines plurielles ;

non il n’y a pas eu découverte d’un nouveau monde, mais conquête de pays habités, en Afrique comme aux “Amériques” ;

non, il n’y a pas eu révolution démocratique, mais instauration progressive au pouvoir d’une bourgeoisie industrielle à travers un exode rural qui, au long du 19e siècle, va transformer l’asservissement de la main d’œuvre de terrien à ouvrier ;

non il n’y a pas eu abolition de l’esclavage, mais remplacement d’un mode de fabrication par un autre mode de production, plus industriel, déclaré « moderne » (sic), etc.

Dans ce livre, Jean Monod confirme notre volonté de se réapproprier réellement l’histoire, à partir des récits, des écrits et des omissions, des points aveugles. Jean Monod, avec nous, refuse l’histoire mythifiée, la sacralisation des États.

Notice libraire OURANOS ou les trois fonctions de la religion dans l’État © Jean Monod, collection Éclipses, chez ABC’éditions

Notice libraire OURANOS ou les trois fonctions de la religion dans l’État, verso © Jean Monod, collection Éclipses, chez ABC’éditions

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre