Encore une grossière manipulation d'un «État Voyou»?

 Cameroun : La justice, indépendante jusqu’au bout::Cameroon

Mon Père, Pierre Désiré Engo, est victime d'une incarcération arbitraire et de procès kafkaïens à répétition au Cameroun depuis septembre 1999.

 

Il se trouve que dans la dernière parodie de procès en cours, qui s'est notamment tenue aujourd'hui mardi 08 avril, et vient d'être renvoyée au jeudi 24 avril, la supposée partie civile (la CNPS) ne s'est comme son habitude pas présentée.

C'est toujours ainsi que procède cette machine judiciaire au Cameroun.

Généralement l'État du Cameroun, constatant l'absence de témoins après le renvoi consécutif de deux ou trois audiences, en vient toujours à agiter - comme l'a fait l'accusation ce jour - un supposé rapport commis par des experts judiciaires choisis au hasard à l'étranger (de préférence à la réputation établie, sachant pertinemment que personne au Cameroun n'ira vérifier l'authenticité ni la véracité des faits allégués).

 

Ainsi aujourd'hui ce sont les noms du Juge Edith BOIZETTE (cela aurait aussi pu être Eva Joly !) et d'un policier judiciaire dénommé "Gérard" qui ont été avancés par l'accusation. Tous les deux ont ou auraient appartenu au Pôle financier de Paris. Les Juges de Yaoundé ont brandi leurs noms pour donner un semblant de crédibilité à une invraisemblable accusation de transfert de 25 milliards de FCFA sur le compte bancaire que mon père détenait effectivement à l'agence internationale du Crédit Lyonnais de Paris (sise au numéro 55 Avenue des Champs E lysées, Compte numéro 0000174721H, Code Guichet 00693, Code Banque 30002 ; IBAN FR65 3000 2006 9300 0017 4721 H54), à l'époque où il était encore Directeur Général de la Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale du Cameroun(CNPS). De ce compte (fermé depuis 2000) transitaient essentiellement ses frais de mission, virés par le Trésor Public du Cameroun, lorsqu'il séjournait officiellement en Europe.

 

L'occasion nous est ainsi donnée, nous ses ayants-droits Français- de confondre (enfin) l'État du Cameroun.Nous allons donc officiellement solliciter les autorités bancaires, judiciaires et policières françaises agitées par l'accusation camerounaise dans ce contentieux.; afin notamment qu'elles puissent infirmer ou confirmer le grossier montage effectué par le Tribunal Criminel Spécial au Cameroun. Ce sera surtout l'occasion de tordre définitivement le cou à cette manipulation officielle orchestrée par un "État voyou", en apportant de manière formelle des éléments d’appréciation sur l'existence ou non existence d'un rapport rédigé et signé par Mme Edith BOIZETTE concernant de supposés transferts bancaires frauduleux effectués en France par Pierre Désiré Engo

 

La vie et l'honneur d'un homme innocent, âgé de 73 ans - et qui à déjà passé 14 interminables années dans le mouroir carcéral de Yaoundé - en dépendent grandement!


Il va évidemment sans dire que la confirmation ou l'infirmation formelle de Mme BOIZETTE – à défaut de servir efficacement pour la défense de Pierre Désiré Engo devant le Tribunal Criminel Spécial de Yaoundé – sera surtout jointe à la plainte encours en France au Cabinet Lombard Baratelli & Associés contre l'État du Cameroun, et singulièrement la Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale (CNPS), dans le cadre de ces interminables "procès à tiroirs".

Pour terminer, je tiens à préciser qu'un Avis de la Commission des Droit de l'Homme des Nations Unis rendu le 22 juillet 2009(CCPR/C/96/D/1397/2005) avait déjà reconnu le caractère arbitraire de l'incarcération de mon père Pierre Désiré Engo au Cameroun, et en appelait à sa libération immédiate.

Les 25 milliards de Fcfa, plus vraisemblablement dans ma calebasse aborigène

 

"Cameroun - Tribunal Criminel Spécial: Le parquet demande la libération de Pierre Désiré Engo", Dixit Eitel Elessa Mbassi, Quotidien Le Jour, Yaoundé, 25 Avril 2014

http://www.cameroon-info.net/stories/0,61134,@,cameroun-tribunal-criminel-special-le-parquet-demande-la-liberation-de-pierre-de.html

Petit rectificatif: Pierre Désiré Engo est né le 01 août 1941...aura donc bientôt 73 ans (et non 74 comme mentionné par l'auteur)...et a été ministre de l'économie et du plan sous Ahmadou Ahidjo puis Paul BIYA...

Un petit billet d'humour camerounais:

Je détiens bien les 25 milliards de FCA mentionnés par l'accusation dans ce nouveau procès kafkaïen. Ils sont dans ma petite calebasse aborigène ramenée du Queensland...(un certain journal l'anecdote du Cameroun avait même fait état de 100 milliards de Fcfa que je détiendrais dans mon compte en Australie).

Quant au fameux capitaine français Philippe Gérard affecté pour la circonstance à la brigade financière de Paris, il s'agirait plus vraisemblablement d'un personnage de pure fiction, fruit dans cette cabale judiciaire de l'imagination très fertile de Jean Foumane Akame (conseiller juridique du Président Paul BIYA), et de ses proches Ngalle Miano et Ntibane Bruno pendant leurs «escapades» parisiennes baptisées pompeusement «commissions rogatoires» de l’Hôtel Méridien Porte Maillot ...

Je les garde bien au frais -les 25 milliards de Fcfa- et sous mon lit.

Raison pour laquelle le Tribunal Criminel Spécial (TCS) de Yaoundé n'a toujours pas pu en avoir la moindre trace, depuis 1999 tout de même!

Mon pauvre Cameroun, ils t'ont vraiment fait toucher le fond!

Joël Didier Engo

 

 



 Me Alexis Bayebec, avocat de Pierre Désiré Engo: «Ce procès n’a pas été précédé d’information judiciaire».

http://www.cameroon-info.net/stories/0,60889,@,cameroun-au-tribunal-la-defense-demande-la-mise-en-liberte-de-pierre-desire-engo.html



Affaire CNPS : Pierre Désiré Engo au tribunal sans avoir été mis en examen, par Michel Biem Tong, Journaliste

http://www.camer.be/32930/13:1/cameroun--affaire-cnps-pierre-desire-engo-au-tribunal-sans-avoir-ete-mis-en-examen-cameroon.html

 

L’éternel Procès en Sorcellerie contre Pierre Désiré ENGO et sa famille

 

http://engojoeldidier.wordpress.com/2008/06/20/leternel-proces-en-sorcellerie-contre-pierre-desire-engo-et-sa-famille/


PLUS C'EST GROS ET MIEUX ÇA PASSE!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.