Prendre le parti de l'anthropocène !

Assumer le fait que les hommes ont rejeté massivement des gaz à effet de serre dans l'atmosphère en dilapidant en moins de deux cent ans des énergies fossiles que la nature avait mis des millions d'années à fabriquer. Prendre, faire prendre les mesures conservatoires pour que nous ne dépassions pas les 1,5°C de réchauffement moyen à la fin du siècle.

https://centristesinsoumis.wordpress.com/2018/01/15/ebauche-de-programme-de-parti-de-lanthropocene/

[Mis à jour le 20/9/2018] Ce lien est  une synthèse pour cesser d’utiliser les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), c'est-à-dire avoir la lucidité et le courage de les LAISSER DANS LE SOL.

  • Le changement climatique est avéré.
  • Il est dû à l’espèce humaine qui, depuis environ 200 ans, s’est mis à émettre des gaz à effet de serre en quantités de plus en plus massives.
  • Sur la trajectoire actuelle, le risque encouru est cataclysmique pour les générations futures [1].
  • Nous pouvons encore la changer, il n’est pas trop tard. Mais IL Y A URGENCE.
  • Dans ce processus, la technologie est utile, mais secondaire.

L’IMPORTANT est notre capacité à mobiliser l’ENSEMBLE DES CITOYENS DU MONDE. C’est donc un chantier de MÉDIATION PLANÉTAIRE : inventer AU PLUS VITE des modes de vie durables adaptés à cette nouvelle ère géologique que nous avons générée - L’ANTHROPOCÈNE - avec comme principale contrainte :

cesser d’utiliser les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

 

Deux volets sont à conduire en parallèle :

  • le volet limitation : limiter au maximum et AU PLUS VITE nos émissions de gaz à effet de serre pour réduire au maximum le réchauffement climatique (le Zéro Fossile VITE) ;
  • le volet adaptation : nous adapter au changement climatique déjà opéré à cause de la très grande inertie du cycle des émissions de gaz à effet de serre en anticipant au maximum et en renouant avec le lien profond avec la terre et le vivant.

 

Dépasser les constats

Malgré des efforts, des initiatives, les responsables politiques élus, les Institutions, ont bien du mal à sortir de leurs contradictions.

Et par ailleurs, les citoyens militants sont loin d'être assez nombreux ni assez unis pour renverser définitivement le rapport de forces.

En d'autres termes, l'inertie du "business as usual" est en train de gagner. Et la démission de Nicolas Hulot n'en est que le dernier avatar.

Heureusement, ce n'est pas encore inéluctable. Nous pouvons encore faire beaucoup mieux.

Mais pour ce faire, nous devons nous unir le plus largement possible, nous, les citoyens du monde. Exemple : Patrick Cahez nous fait découvrir Jean-Michel Valantin, dans Géopolitique d’une planète déréglée, Le choc de l’Anthropocène (Seuil). Il ne dit pas autre chose :

organiser "une alliance stratégique mondiale pour atténuer les effets de l'Anthropocène".

Nouvelle géopolitique d'un côté, nouvelle approche de l'économie de l'autre avec notamment "Le PIB nous mène dans l’impasse" Par Jean-marc B, dont je retiens "...détruire des forêts tropicales pour y planter du soja transgénique ou des végétaux destinés aux agrocarburants est bon pour le PIB des pays et pour le PIB mondial. Peu importe que ce soit une catastrophe écologique pour la biodiversité et pour le climat et que les peuples indigènes soient chassés manu militari : rien de tout cela n’entre dans le PIB." Faire émerger un nouvel indicateur économique sociétal est donc bien STRATÉGIQUE... La boucle est bouclée, l'économie nous ramène à la géopolitique.

Et comme il n'est pas sûr que ça soit suffisant, mettons tout en œuvre pour gagner la "bataille" culturelle portée par exemple en France par le collectif Le Partage dont certains membres font également partie de l’organisation d’écologie radicale internationale Deep Green Resistance. En effet, elle va jusqu'à remettre en question la notion même de civilisation, de façon très convaincante en s'appuyant sur la pensée de son fondateur Derrick Jensen. Il se termine par la vidéo du documentaire End:Civ - VOSTFR (2011) À VOIR ABSOLUMENT à la mémoire de Qwatsinas et de tous les peuples autochtones opprimés (depuis l'invention de l'agriculture ?).

 

Parlez-en autour de vous

Réunissons-nous dans chaque quartier, chaque village, en ligne, pour trouver le chemin qui nous ramènera sur une trajectoire acceptable pour les générations futures.

Développons notre pouvoir d'agir et stimulons nos intelligences !

Partageons nos actions et nos résultats.

Ce sera long et difficile, mais passionnant, enthousiasmant de chercher et trouver.

Seules les batailles non menées sont perdues d'avance...

[1] Extinction massive des espèces animales comme végétales, pollutions généralisées, augmentation de la température moyenne de la terre, élévation du niveau des océans, destruction de la vie marine par acidification des eaux, aggravation des dégâts des catastrophes climatiques et peut-être de leur nombre, baisse des rendements agricoles, etc. Et plus généralement, épuisement des ressources naturelles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.