France 2019 : Ce qu'il faut savoir sur la Coupe du Monde Féminine de la FIFA

Vingt-quatre équipes participeront au tournoi de l'an prochain en France, qui se déroulera du 7 juin au 7 juillet. Dans neuf villes hôtes, 52 matches seront disputés pour déterminer le vainqueur.

 

Qui sont les favoris ? Qui sont les joueurs à surveiller ? Comment la fille de Bob Marley a-t-elle aidé la Jamaïque en finale ? Voici ce que vous devez savoir au sujet d'un événement considéré comme la Coupe du Monde Féminine de la FIFA la plus compétitive à ce jour.

Les favoris, des adversaires de taille

Adversaire, football féminin © Julien Manival Adversaire, football féminin © Julien Manival

Vingt-trois équipes se sont qualifiées et la France s'est assurée une place d'hôte.

En tant que champions en titre et numéro un mondial au classement de la FIFA, les États-Unis sont les favoris pour conserver la couronne qu'ils ont remportée au Canada il y a quatre ans. La victoire permettrait de remporter un quatrième titre en huit tournois et consoliderait le statut du pays comme le plus titré de l'histoire de la compétition.

La route vers la France a été facile pour les Etats-Unis, qui ont battu le Mexique 6:0, le Panama 5:0 et Trinité-et-Tobago 7:0 avant de battre la Jamaïque 6:0 en demi-finale du Championnat féminin de la CONCACAF pour se qualifier. Une victoire de 2 à 0 sur le Canada en finale a permis de remporter un huitième titre régional - aucun autre pays n'en a remporté plus de deux.

Seules quatre nations ont remporté le tournoi depuis sa création en 1991 et l'Allemagne, double championne du monde en titre, est une nouvelle fois en lice pour la médaille d'or à Rio 2016, après sa défaite en demi-finale de 2015. Mais la défaite contre la France et les Etats-Unis à la She Believes Cup 2018 a semé le doute.

 

Les Françaises, quant à elles, pourraient suivre leurs homologues masculins en 1998 et devenir championnes du monde à domicile. Il s'agirait d'un premier trophée international majeur pour l'équipe qui est classée quatrième au monde. Le Japon, l'Angleterre et le Brésil, champions 2011, seront d'autres pays à surveiller.

 

 

Les premières fois : Reggae Girlz

 

La Jamaïque est la première équipe des Caraïbes à se qualifier pour le plus grand événement du football féminin et la Reggae Girlz l'a fait avec l'aide de Cedella, la fille de Marley.

Il y a 8 ans, la Fédération jamaïcaine de football (JFF) a réduit le financement de son équipe féminine, la laissant sans classement mondial de la FIFA en raison de trois ans d'inactivité.

Mais en 2014, Cedella a contribué à redresser la situation de l'équipe en devenant ambassadrice et en parrainant l'équipe par l'entremise de la Fondation Bob Marley.

"L'entraîneur-chef Hue Menzie a déclaré après que la Reggae Girlz se soit qualifiée aux tirs au but contre le Panama aux tirs au but lors des éliminatoires du Championnat féminin de Concacaf pour la troisième place.

 

Les joueurs : la plus grande vise un prix qui lui a échappé.

 

Les États-Unis possèdent une mine de talents. Deux Américaines étaient en lice pour le Ballon d'Or féminin inaugural, l'attaquante Lindsey Horan et la milieu de terrain Megan Rapinoe, tandis que l'attaquante Mallory Pugh, 20 ans, la sixième plus jeune buteuse de l'histoire de son pays, était attendue avec beaucoup d'enthousiasme.

L'Angleterre avait également deux joueuses qui figuraient sur la liste des finalistes du Ballon d'Or et si les Anglaises - classées troisièmes au monde - doivent remporter le tournoi pour la première fois, Fran Kirby et Lucy Bronze devront briller.

Bien sûr, il y a Marta, 32 ans. Aucun joueur n'a marqué plus de buts en Coupe du Monde Féminine de la FIFA. La Brésilienne, six fois Joueuse de l'Année de la FIFA et surnommée par Pelé "Pelé en jupe", est considérée comme la plus grande joueuse de l'histoire, mais un trophée lui a échappé : la Coupe du Monde.

A Dzsenifer Marozsan, l'Allemagne a un capitaine qui s'est classé troisième aux deux prix Fifa's Best et au premier Ballon d'Or féminin. Le meneur de jeu est la clé des espoirs de l'Allemagne, avec un but et trois passes décisives en quatre matches de qualification pour France 2019.

Autre joueuse lyonnaise à surveiller : Amadine Henry, capitaine de France, qui a tout pour elle avec son club qui a remporté le double championnat et la Ligue des champions la saison dernière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.