Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

1040 Billets

4 Éditions

Billet de blog 19 nov. 2018

Une bouffée d'oxygène en ces temps moisis

«8, avenue Lénine. Heureuse comme une Rom en France». Le beau documentaire de Valérie Mitteaux et Anna Pitoun, retrace sur quinze ans le parcours de Salcuta, rom de Roumanie, femme courageuse et puissante. Les réalisatrices montrent par l'exemple qu'un autre discours est possible : celui de la volonté d'accueillir. Revigorant.

Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Salcuta. 8, avenue Lénine

8, avenue Lénine à Achères (Yvelines). Cette adresse, les enfants s’aperçoivent qu’ils l’ignorent au moment d’envoyer une carte postale à leur mère : c’est la leur. Encore trop fraîche pour leur mémoire, une adresse banale de la grande couronne, l’ancienne banlieue rouge. Gabi et Denisa sont en vacances chez des amis, leur mère Salcuta est restée à la maison : le frère et la sœur lui écrivent sur un coin de table. Scène de la vie ordinaire en été. Ordinaire, ou presque.

Le film 8, avenue Lénine débute sur des images d’archives, une vidéo de 2003 que Valérie Mitteaux et Anna Pitoun ont réalisée lors de la destruction du campement où vivaient Salcuta et ses enfants. On y voit Gabi et Denisa sortir de la caravane 55, embrasser leur mère et se rendre à l’école où les attend de pied ferme leur institutrice. Puis il y a ces images terribles des bulldozers avec leurs griffes articulées dépeçant les caravanes les unes après les autres sur ordre de la Préfecture, les policiers bousculant des Achérois venus protester en vain contre cette expulsion jetant des hommes, des femmes et des enfants à la rue. Scène ordinaire de la vie des familles roms pauvres en France.

Pas si ordinaire. Car, à Achères en 2003, il y a le maire communiste, l’institutrice, et un groupe d’habitants qui sont décidés à ne pas laisser faire ça, pas chez eux. Impuissants à empêcher les expulsions, ils refusent cependant que les enfants et leurs familles retrouvent l’errance forcée, la vie sans domicile et subissent les effets désastreux de l’interruption de scolarité. Gabi et Denisa continueront d’aller à l’école comme tous les écoliers de France. Sur un terrain de la ville situé 8, avenue Lénine, le maire fait installer des caravanes neuves où Salcuta et ses enfants vivront avec un certain confort, l’eau courante et l’électricité, le temps que les papiers se fassent, que la situation de Salcuta se stabilise, qu’elle puisse travailler et, enfin, s’installer dans un appartement.

Valérie Mitteaux et Anna Pitoun ont filmé sur quinze ans Salcuta, Gabi et Denisa que, veuve, elle élève seule. Le grand intérêt de ce documentaire est de montrer par l’exemple que la volonté politique d’un élu de terrain, soutenu par un groupe actif de voisins et d’amis, peut en moins de dix ans, faire passer une famille d’une situation de détresse économique et sociale et d’exclusion à la vie « comme tout le monde ». Cette sacro-sainte « intégration » dont on nous rebat les oreilles, surtout pour reprocher aux familles roms pauvres de la refuser et ainsi justifier leur mise au ban, elle est donc, évidemment, possible à cette condition qu’elle soit voulue par ceux et celles qui en détiennent la clé. L’aide ici, est locale, très individualisée et la solidarité est particulièrement efficace car nul n’a rien à gagner à maintenir la famille dans la misère, bien au contraire. On observe, en passant que, malgré les discours discriminatoires tenus à l’encontre des roms roumains jusqu’au plus haut niveau de l’État, propos que les réalisatrices s’attachent à rappeler en voix off, l’aide apportée aux Roms d’Achères n’empêche pas Alain Outreman d’être réélu jusqu’à la vague droitière qui emporte une bonne partie des maires de l’ex-banlieue rouge en 2014.

Le film a aussi le mérite de laisser la parole à Salcuta et à ses enfants. Salcuta raconte la vie en Roumanie, son exil, son attachement à la France et surtout à la ville qui l’a accueillie sans oublier ni renier ses origines. Avec ses enfants, elle parle de leur rapport aux traditions et à la terre des ancêtres où est enterré son mari. On la suit sur la route la ramenant dans son village natal, où deux vieilles roumaines sur le pas de leur porte marmonnent des propos peu amènes, illustrant en quelques mots l’antitsiganisme trop bien ancré dans la population. Salcuta, femme courageuse qui a choisi le départ plutôt que la mort lente dans une région d’Europe frappée par la pauvreté et que l’on voit apprendre le français, travailler, s’engager dans l’action syndicale, regretter de ne pouvoir encore voter dans ce pays d’immigration qui est maintenant le sien. Le film ne cache rien non plus des difficultés rencontrées, celles de toutes les familles avec en plus les préjugés tenaces défavorables aux Roms, qui peuvent faire d’une simple visite chez le médecin une épreuve terriblement injuste.

On voudrait que ce beau documentaire ne soit plus reçu comme le récit d’une sorte de miracle dans un contexte où la romaphobie est l’expression quotidienne d’un racisme banalisé. On voudrait que dans ce pays, il n’y ait plus besoin de tant d’énergie, de lutte et d’obstination pour obtenir ce qui devrait être si simple : l’accueil de familles qui ne souhaitent que vivre ici, parmi les autres. 8, avenue Lénine, loin de tout misérabilisme, montre qu’un autre discours est possible, celui de la volonté d’accueillir et que, à refuser l’exclusion et les discriminations, chacun s’en trouve grandi.

Interview des réalisatrices par Cédric Lépine (2015)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt