«L'état d'exception dans lequel nous vivons»

Une journée critique de l'institution judiciaire s'est tenue le 25 mars dernier, à la Bourse du travail de Saint-Denis. Pour celles et ceux qui n'ont pas pu y assister, les interventions ont été filmées.

Comme nous l'avions signalé dans un précédent billet, la journée «Farce doit rester à la justice» a rassemblé le 25 mars de nombreux intervenants travaillant avec l'institution judiciaire, mais aussi des historiens, des syndicalistes, des artistes, des inculpés, des proches de victimes de violences policières. Nous avons pu assister à l'ensemble de ces présentations, très denses sur un plan conceptuel et fortement en résonance avec l'actualité.

La salle manquait d'éclairage, mais les propos ont tout de même pu être captés et seront publiés au fil du mois d'avril de façon intégrale sur le site de Lundimatin. Nous vous proposons de visionner ici les vidéos du premier acte intitulé «L'état d'exception dans lequel nous vivons», ainsi qu'un résumé qui donne un panorama des principaux thèmes abordés lors de cette journée.

L'ÉTAT D'EXCEPTION DANS LEQUEL NOUS VIVONS
Images : Agiti Films / source

Toutes ces vidéos sont mises en contexte dans l'édition n°141 de Lundimatin :
Vanessa Codaccioni - La justice d’exception
Laurence Blisson - Les dérives de la législation antiterroriste
Aïnoha Pascual - Le contentieux ordinaire de l’état d’urgence
Kamel Daoudi - Assigné à résidence depuis 10 ans

25 mars 2018 - Bourse du travail de Saint-Denis © Tlm dlT


25 mars 2018 - Bourse du travail de Saint-Denis © Tlm dlT

25 mars 2018 - Bourse du travail de Saint-Denis © Tlm dlT

25mars 2018 - Bourse du travail de Saint-Denis © Tlm dlT

 

FARCE DOIT RESTER À LA JUSTICE, LA VIOLENCE QUOTIDIENNE D'UNE INSTITUTION [RÉSUMÉ]
Images : Agiti Films / Montage : Doc du Réel / source

Farce doit rester à la justice - La violence quotidienne d’une institution

25 mars 2018 - Bourse du travail de Saint-Denis © DOC du réel

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.