La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

546 Billets

29 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2021

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Fausses nouvelles sur vaccins anti-Covid : pourquoi nous dépublions plusieurs billets

Ces derniers jours, trois billets du Club traitant des vaccins contre le Covid ont été dépubliés par la rédaction. Deux de ces billets sont parus sur le blog du sociologue Laurent Mucchielli, un autre sur celui du journaliste François Gerald. Publiés dans l’espace participatif du journal où la modération se fait a posteriori, ils contreviennent à notre charte de participation en diffusant de fausses nouvelles. Explications.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Ces derniers jours, trois billets du Club traitant des vaccins contre le Covid ont été dépubliés par la rédaction. Deux de ces billets sont parus sur le blog du sociologue Laurent Mucchielli, un autre sur celui du journaliste François Gerald. Ils contreviennent à notre charte de participation en diffusant de fausses nouvelles. Pour rappel, le Club est un espace de contributions personnelles sans modération ni filtrage des contributions en amont de leur publication.

Le 4 août dernier, nous avions déjà détaillé les raisons qui nous ont poussés à dépublier un billet de Laurent Mucchielli sur la « mortalité inédite » des vaccins contre le Covid. Nous dépublions trois nouveaux billets pour des raisons presque identiques. Par souci de transparence vis-à-vis de nos lecteurs, nous nous en expliquons une fois encore.

Deux billets reprennent les calculs de Laurent Mucchielli qui assimile à des effets indésirables avérés les décès signalés au système de pharmacovigilance.

Plus de 50 millions de Français ont été vaccinés contre le Covid en quelques mois. Parmi tous ces Français, certains ont connu des problèmes de santé graves ou inattendus, parfois fatals, dans les jours, les semaines ou les mois suivant leur vaccination : accidents cardiaques, vasculaires, respiratoires, maladies neurologiques, etc.

Leur signalement sur le portail de signalement des événements sanitaires indésirables, accessible aux patients comme aux professionnels de santé, participent de la surveillance renforcée, évidemment nécessaire, des vaccins anti-Covid.

Assimiler ces signalements à des effets indésirables avérés est une opération de désinformation visant à décrédibiliser le principe même de la pharmacovigilance, garante de la santé publique.

Au 30 septembre, près de 100 000 signalements d’événements indésirables ont été enregistrés. La pharmacovigilance doit ensuite déterminer s’il existe un lien de causalité avec les vaccins.

Il y a deux niveaux d’analyse de ces signalements. Le premier relève des Centres régionaux de pharmacovigilance qui enquêtent sur les signalements qu’ils jugent d’intérêt. Ce niveau d’enquête permet de repérer les événements indésirables rares.

Le deuxième niveau d’analyse relève de la pharmaco-épidémiologie : Epi-Phare, qui associe l’Agence nationale de sécurité des médicaments et l’Assurance-maladie, exploite le Système national des données de santé, qui comprend les données anonymisées des hôpitaux et de l’assurance des 67 millions d’assurés sociaux en France depuis 2006.

La pharmacovigilance a permis de repérer un lien avéré entre le vaccin anti-Covid-19 Astra Zeneca et l’apparition de thromboses particulières rares (lire l’article de Rozenn Le Saint ici). En tout, 13 décès ont été rapportés en France des suites d’une thrombose atypique, après une vaccination Astra Zeneca.

Elle a encore permis d’exclure un éventuel lien entre le vaccin Pfizer et la survenue d’événements cardiovasculaires graves dans les 14 jours suivant la vaccination. 

La pharmacovigilance permet aussi de vérifier l’efficacité des produits de santé : Epi-phare vient de publier une étude qui estime à plus de 90 % l’efficacité des vaccins Pfizer, Astra Zeneca et Moderna contre les formes graves de Covid chez les Français de 50 ans et plus.

Les systèmes de pharmacovigilance des différents pays se complètent et se renforcent entre eux : la Suède, la Norvège et la Finlande ont repéré un possible risque accru de péricardites et de myocardites, la plupart sans gravité, associé au vaccin Moderna. Par prudence, la Haute Autorité de santé française vient d’annoncer la suspension de ce vaccin dans l’attente d’un avis de l’Agence européenne du médicament qui doit étudier les différentes remontées de pharmacovigilance.

Un troisième billet dépublié présentait la vaccination contre le Covid comme « une expérimentation médicale sur les êtres humains », dont le risque ne serait pas assez contrôlé. Tous les vaccins anti-Covid, avant d’obtenir leur autorisation de mise sur le marché (AMM), ont fait l’objet d’études cliniques sur des dizaines de milliers de volontaires qui ont démontré une efficacité très importante contre les formes graves de Covid et un bon niveau de sécurité.

Face à un virus qui a tué 4,5 millions de personnes dans le monde, les agences du médicament du monde entier ont eu recours à des procédures accélérées de mise sur le marché. En France, l’ANSM a accordé une autorisation de mise sur le marché conditionnelle justifiée par « un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponibles. Cela est possible uniquement si les bénéfices de la disponibilité immédiate du médicament l’emportent sur le risque inhérent au fait que toutes les données ne sont pas encore disponibles » (lire l’article de Rozenn Le Saint sur les fausses informations sur les vaccins).

La phase 3 des essais cliniques se poursuit : l’état de santé des personnes qui ont participé aux essais cliniques fait l’objet de bilans intermédiaires pour s’assurer de l’innocuité et l’efficacité du produit à plus long terme. Aux États-Unis, le vaccin Pfizer, administré depuis décembre 2020, a été complètement approuvé.

Pour tout vaccin ou médicament, les études cliniques ne sont cependant pas suffisantes pour repérer d’éventuels effets indésirables rares ou à plus long terme. Les systèmes de pharmacovigilance prennent donc le relais pour s’assurer de la sécurité des produits de santé en vie réelle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI