Mercredi, 20h. «En direct de Mediapart»: quel avenir pour les services publics?

Ces trente dernières années en France, la politique de service public a conduit à creuser les fractures territoriales et sociales du pays, a éloigné l’État des citoyens et a adopté une vision purement gestionnaire. Face à un tel bilan et à dix jours des élections législatives, Mediapart réunit des agents et des élus qui se mobilisent pour réduire le fossé avec les usagers et des universitaires qui s’interrogent sur les moyens de reconstruire un service public de nouveau centré sur ses fonctions premières : citoyennes, économiques et territoriales. Avant cela, retour sur la controverse autour du festival afro-féministe Nyansapo.

Les services publics ont longtemps fait la force et la réputation de la France. Ses grandes entreprises publiques (SNCF, EDF, GDF, La Poste) et ses services de proximité (écoles, hôpitaux, inspection du travail, services sociaux) ont modelé un État très présent, mais aussi acteur de l’aménagement du territoire et de la citoyenneté. 

Après trente ans de politique de redéfinition de ces services publics, marquée à la fois par une obsession comptable et par une volonté de « normalisation » passant par l’entrée de ces services dans une logique marchande allant jusqu’à la privatisation, le bilan est particulièrement négatif. La politique de service public a conduit à creuser les fractures territoriales, sociales et politiques du pays, a éloigné l’État des citoyens et a adopté une vision purement gestionnaire. Tous ses services se retrouvent désormais déstabilisés, ne sachant plus à quel modèle ils se réfèrent ni quelles missions leur sont confiées. 

Face à un tel bilan, les agents se mobilisent pour réduire le fossé entre le service public et ses usagers, tandis que des chercheurs et des citoyens s’interrogent sur les moyens de reconstruire un service public moderne, mais de nouveau centré sur ses fonctions citoyennes, économiques et territoriales. Cette reconstruction d’un nouveau service public pourrait alors passer par des formes inédites d’organisation et par une volonté réelle d’innovation, loin du seul usage d’Internet, présenté comme le grand vecteur de modernisation mais perçu par les usagers comme une forme supplémentaire d'éloignement et de déshumanisation.

Chaque mercredi de 20 heures à 22 h 30, l'émission « En direct de Mediapart » est diffusée en direct et en accès libre sur notre site, ainsi que sur YouTube, Facebook, Dailymotion et Periscope. Voici le programme complet du 31 mai.

  • 20 heures-20 h 30. L’hebdo

Animé par Jade Lindgaard

Retour sur la controverse autour du festival afro-féministe Nyansapo (lire notamment ce billet pour en savoir plus), avec : 
Kiyémis, blogueuse afro-féministe
Sophie Wahnich, historienne spécialiste de la révolution française

Et notre chronique L'air de la campagne spéciale élections législatives, à dix jours du premier tour.

  • 20 h 30-22 h 30. Les grands débats

Soirée animée par Joseph Confavreux, Romaric Godin et Manuel Jardinaud

1. Déconstruction et reconstruction des services publics

Raymond Avrillier, ancien élu écologiste au conseil municipal de Grenoble et administrateur de la régie municipale des eaux. A co-écrit le livre-enquête Le système Carignon (La Découverte, 1999).
Benjamin Coriat
, professeur d'économie à l'université Paris 13. A dirigé l'ouvrage collectif Le Retour des communs (Les liens qui libèrent, 2015).
François Taulelle, géographe, professeur à Institut national universitaire Jean-François-Champollion. A codirigé l'ouvrage collectif Services publics et territoires (Presses universitaires de Rennes, à paraître en 2017).

2. Des services qui s’éloignent du public

Gaëlle Differ, secrétaire fédérale Sud-PTT
Didier Dubasque, ancien président de l'Anas, l'Association nationale des assistants de service social
Étienne Lejeune, premier adjoint au maire PS de La Souterraine (Creuse), fief de l'usine en sursis GM&S
Nicolas Thirion, secrétaire national de la CGT finances publiques

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.