Maxime Azadi (son compte Twitter ici) est journaliste et directeur de l'information de l’agence Firat News Agency (ANF), un site d’information des Kurdes en Europe. Selon son avocat Luc Walleyn, joint par Mediapart, il est détenu depuis le 15 décembre dans la prison de Turnhout, au nord d’Anvers. Une requête de mise en liberté doit être examinée vendredi 23 décembre. Les autorités turques lui reprochent des faits qui se seraient produits en Turquie il y a quelques années et réclament son extradition. Dans le cadre des accords judiciaires entre l’Union européenne et la Turquie, les Etats membres sont requis de tenir les personnes concernées par ce type de demande  à disposition des autorités.

Maxime Azadi. Maxime Azadi.

Selon Firat News Agency, l’arrestation du journaliste « est totalement liée à des reportages publiés par notre agence. L’arrestation d’un journaliste dans un pays européen pour ses reportages est une honte au regard de la démocratie et des libertés ». «Nous demandons à la Belgique et à l'Union européenne sa libération immédiate», ajoute l'agence. Une pétition en ce sens a été lancée par des Kurdes vivant en Europe sur le site change.org: elle peut être consultée et signée ici.

Début novembre, la justice belge a renoncé à poursuivre 36 personnalités kurdes, parmi lesquelles des militants et des journalistes, accusés par le pouvoir turc de participation à un groupe terroriste à cause de leurs liens supposés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Mais le ministère public a fait appel de la relaxe.

Journaliste, Maxime Azadi tient depuis octobre 2010 un blog sur Mediapart (à lire ici) consacré à la question kurde et aux dérives autoritaires du pouvoir turc du président Erdogan. Journaliste engagé, il est proche du parti HDP, ce parti de gauche pro-kurde qui a aussi porté les révoltes de la jeunesse turque et dont les principaux dirigeants et parlementaires sont aujourd’hui arrêtés ou sous le coup de poursuites judiciaires en série. Ces derniers mois, depuis la reprise de la guerre dans le kurdistan turc et les offensives militaires lancées par Ankara, Maxime Azadi a abondamment relayé la répression puis les interdictions en cascade des médias kurdes ainsi que l’interdiction professionnelle de fait signifiée à des centaines de journalistes kurdes.

Le black out sur l’information étant presque total au Kurdistan (lire ici l’article de notre correspondant Nicolas Cheviron), le gouvernement turc fait désormais la chasse aux médias kurdes basés en Europe. C’est ainsi qu’il a obtenu de l’organisme français Eutelsat qu’il mette fin en octobre à la diffusion de deux chaînes de télévision kurdes Med Nuçe et Newroz et qu’il engage des poursuites contre des journalistes kurdes basés en Europe.

En septembre, dans le cadre d’un débat organisé par Mediapart et RSF sur les atteintes à la liberté de la presse, la situation de la Turquie avait été longuement évoquée (le débat est à voir ici). Depuis, elle n'a fait qu'empirer, des centaines de médias ayant été interdits. Lire le récent article de Mathieu Magnaudeix: Turquie: le régime se transforme méthodiquement en dictature. Les journalistes de Mediapart demandent la libération de leur confrère Maxime Azadi et rappellent que la Turquie est membre du Conseil de l'Europe et, à ce titre, qu'elle se doit de respecter les droits fondamentaux: la liberté de la presse et la liberté d'expression en font partie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.