Les journalistes de Paris-Match devraient lire les blogs de Médiapart....

Donc, Paris-Match s'est fait piéger. Paris-Match ne connaissait pas le négationniste Hervé Ryssen. D'où je conclus que Paris-Match devrait lire les billets de blog de Médiapart, et notamment ceux de Lancêtre.Le 1 er décembre dernier, je publiais, en effet, un billet dans lequel je signalais la présence d'Hervé Ryssen parmi les manifestants...

Hervé Ryssen jubile, bien évidemment:

tweet-ryssen

Cela étant, cette photographie de "une" dit un certain nombre de vérités sur les "gilets jaunes", en tout cas sur ceux qui ont manifesté à Paris, place de l'Etoile:

1) leur forte infiltration par l'extrême-droite, notamment par les négationnistes. En choisissant un gilet jaune au hasard, Paris-Match risquait plus de tomber sur un militant d'extrême-droite que sur un syndicaliste, ou un militant de gauche...

C'est sur ce point que mon billet du 1 er décembre attirait l'attention.

gilets-jaunes-demoncratie-lancetre

Et j'intégrais à ce billet une vidéo montrant Hervé Ryssen faisant le pitre dans la manifestation:

Gilets jaunes : Hervé Ryssen troll la police ! © Berbère2souche

Hervé Ryssen, dans ces manifestations, n'est pas un négationniste isolé.

Des "gilets jaunes" se sont fait complaisamment photographier avec le négationniste Dieudonné, venu leur rendre visite sur un barrage.

Pas n'importe quels "gilets jaunes", mais un organisateur de barrages.

dieudonne-gilets-jaunes-selfie

D'autres "gilets jaunes", dans les Ardennes, acceptent d'être représentés par un personnage qui fait des quenelles sur un monument dédié aux victimes de l'antisémitisme.

Un des leaders des gilets jaunes en France photographié avec Dieudonné. © i24NEWS Français

On a vu, à Paris, des pancartes caractéristiques des intégristes catholiques, dénonçant la "démoncratie".

Ces gens ne sont pas éjectés des manifestations, mais accueillis à bras ouverts.

2) l'omniprésence des drapeaux tricolores, comme de la Marseillaise, caractéristiques des manifestations de droite et d'extrême-droite.

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/011218/les-gilets-jaunes-ne-connaissent-ni-la-butte-rouge-ni-la-chanson-de-craonne

3) la tentative de dialogue, et de fraternisation, avec les CRS et les gendarmes mobiles. 

Dans les cortèges de gilets jaunes, on entend : "la police, avec nous !" , et non, comme dans les manifestations contre la loi travail, "Tout le monde déteste la police !".

Ces tentatives de fraternisation, c'est très exactement ce que montre cette photographie.

Et , là encore, c'est caractéristique de l'extrême-droite.

Après la couverture de Paris-Match, il devient difficile de nier la présence, dans ce mouvement, de l'extrême-droite la plus radicale.

Jamais on n'aurait pu voir de pareils individus dans les manifestations contre la loi "travail", ni dans les manifestations syndicales.

Que seraient-ils venus y faire ?

Et, s'ils étaient venus, ils auraient été évidemment éjectés.

Qui imagine Martinez se faisant photographier avec Dieudonné ?

Par contre, dans des manifestations aux mots d'ordre vagues, qui dénoncent "les taxes" et "les impôts", sans autre précision, éléments de langage traditionnels de la droite, dans des rassemblements d'où sont impitoyablement bannies toutes les références aux traditions du mouvement ouvrier (ni Internationale, ni drapeaux rouges, ni appel à la grève, ni référence à la lutte des classes), sur des ronds-points où l'on agite frénétiquement des drapeaux tricolores en braillant qu'on veut voir un sang impur abreuver nos sillons, l'extrême-droite se retrouve comme un poisson dans l'eau...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.