Peut-on enseigner la philosophie à des lycéens lorsqu'on menace de violer un enfant ?

Après avoir mis en cause un forum de discussion sur lequel se rencontraient des internautes qui procédaient à des opérations de harcèlement en ligne, notamment sexistes, la journaliste Nadia Daam a elle-même été victime de propos orduriers, ainsi que de menaces de mort et de viol.Elle a porté plainte.L'un de ses agresseurs prépare l''agrégation de philosophie...

On trouvera un compte-rendu du procès de ce jeune homme dans cet article du Huffington Post, dont j'extrais ces quelques lignes:

Mercredi soir, un malaise s'est installé au tribunal correctionnel de Rennes quand le président a lu le long message posté sur le forum Blabla 18/25 du site jeuxvideo.com. Parmi des termes orduriers, grossiers et menaçants écrits en novembre 2017 par cet étudiant de 27 ans qui s'apprête à passer l'agrégation de philosophie, ceci: "j'aimerais baiser son cadavre pendant que son mec regarde". Le texte comportait également des menaces de viol envers la fille de la journaliste.

Aucun organe de presse, à ma connaissance, n'a reproduit intégralement le long message posté par cet internaute, apparemment délirant, insoutenable, oeuvre d'un psychopathe.

Lors du procès, l'auteur de ce texte effarant n'a manifesté aucun regret, aucun remords, tentant de présenter son "oeuvre" comme de la littérature...

Il a finalement été condamné à cinq mois de prison avec sursis, peine qui paraît bien légère.

Mais surtout (toujours d'après l'article du Huffington post mis en lien):

Le procureur Jean-Pierre Ollivaux a confié son inquiétude à l'encontre du prévenu qui souhaite devenir enseignant, demandant comme peine complémentaire une interdiction pendant dix ans d'un contact habituel avec des mineurs, ce qui n'a pas été retenu par le juge. "C'est une intelligence qui se déploie pour humilier un être humain", avait expliqué le procureur.

Le condamné, manifestement inconscient de la gravité de ce qu'il écrit, absolument impénitent, a décidé...

De faire appel !

Il appartiendra donc à la Cour d'appel de décider, au-delà de la sanction pénale, si un type qui menace de violer le cadavre d'une journaliste, puis de violer sa fille de onze ans, parce qu'il n'a pas apprécié l'une de ses chroniques, peut être autorisé, en cas de réussite à l'agrégation, à enseigner la philosophie à des lycéens.

J'avais déjà consacré deux billets à cette affaire de cyber-harcèlement contre Nadia Daam:

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/031117/nadia-daam-injuriee-et-menacee-partir-dun-forum-que-remerciait-melenchon

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/251117/injures-et-menaces-contre-nadia-daam-un-membre-du-forum-18-25-sexplique

On trouvera également  ici le compte-rendu d'un procès, en juillet 2018, contre un autre des harceleurs de Nadia Daam, qui proposait, tranquillement, toujours sur le même forum ( les "kheys" sont le surnom que se donnent entre eux les participants aux discussions de ce forum):

"Il faut la tuer, je le cris (sic) haut et fort ! Il faut la tuer les kheys, cette sale féministe de merde !! [...] Si nous n’arrivons pas à l’avoir, il faudra s’attaquer à sa famille. 

Allons venger nos frères tombés au combat. Pour le plan, je suis sur Paris, j’ai une voiture. Il manque plus qu’un khey armé avec des cagoules."

On voit par là le niveau de violence organisée qui s'est déployée contre Nadia Daam.

Encore n'a-t-elle porté plainte que  contre les internautes les plus violents...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.