Pour gagner une "guerre de communication", vive la censure !

Un premier billet, rédigé par un parfait inconnu, est immédiatement sélectionné pour se trouver à la Une de médiapart. Tout à fait banal, dés lors que ce billet, dont l'auteur, anonyme, prétend parler au nom des populations des quartiers populaires, dénonce d'incessantes violences policières. Peut-on commenter ? Hors de question !

Je reproduis donc ici mon commentaire, publié sous ce billet.

Immédiatement après la publication de ce commentaire, l'auteur a décidé de fermer son billet aux commentaires, et de faire ainsi disparaître mon point de vue...

Sans commentaires...

laughing

" Un soulèvement populaire survenu à Villeneuve-la-Garenne (banlieue parisienne) la nuit du 19 avril 2020...

Une insurrection... "

Rien que cela ?

laughing

En fait, quelques dizaines d'individus qui ont tiré des feux d'artifices sur la police...

Après un accident, lors duquel aucune violence policière, strictement aucune, n'a été commise.

Pour mémoire: un délinquant multirécidiviste, déjà condamné quatorze fois, qui roulait sans casque, à toute vitesse, sans éclairage, en pleine nuit, a tenté de doubler une voiture de police par la droite, et a percuté une portière qui s'est ouverte à ce moment-là.

Le gars est alors tombé de sa moto, un engin non homologué, qu'il n'avait pas à utiliser en ville.

Le tout, en pleine période de confinement.

Une vidéo montre les flics entourant le blessé, et lui apportant les premiers secours, en attendant l'arrivée de l'ambulance.

Strictement aucun coup n'a été porté à cette "victime", âgée tout de même de trente ans,.

Etre à ce point en-dehors de toute réalité, c'est tout de même inquiétant...

Certaines mères de famille, d'origine maghrébine et comorienne, que j'ai eu à interroger dans les quartiers marseillais pour la rédaction de cet article, ont répondu à la simple question « Que pensez vous des violences policières ? » en défendant la police, à ma grande surprise.

L'auteur du billet va-t-il, confronté à la réalité, à des réactions d'habitantes des "quartiers populaires", se remettre en question, se demander si, peut-être, la vérité ne serait pas plus nuancée que sa vision des choses ?

Pas du tout.

Il en conclut que ces mères de famille ont "un réflexe d'ancien colonisé"...

Rappelons tout de même que, la colonisation s'étant terminée vers 1960, si ces mères de famille ont été colonisées, elles doivent être au moins octogénaires...

Effarant.

Le déni, à l'état pur."

J'ajoute ceci :

Ce qui est évident, c'est que les personnes issues des cités ne se sentent ni protégées, ni écoutées et qu'elles ne disposent pour moyen de se faire entendre que le recours à la violence.

On pourrait aussi considérer que de nombreuses personnes issues des cités aimeraient être protégées contre les violences de bandes qui multiplient les rodéos à moto-cross, mettant ainsi en danger leur sécurité, et celle de leurs enfants...

Reprise de deux commentaires que j'avais publiés sous un article consacré à l'accident d'Argenteuil:

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/strasbourg-deux-enfants-blesses-lors-d-un-rodeo-urbain-1590067566

 strasbourg-moto-cross-enfants-blesses

 Egalement dans l'actualité:

https://www.lalsace.fr/faits-divers-justice/2020/05/20/le-pilote-d-une-motocross-s-encastre-dans-une-voiture

"Le pilote du deux roues, qui roulait sans casque et sur un véhicule non homologué pour circuler sur la voie publique, voulait visiblement se soustraire à un contrôle routier qui se déroulait un peu plus loin dans le même quartier, vers la rue de la Mer Rouge.

Il faisait partie d’un groupe de plusieurs motos et quads qui sillonnaient le quartier à pleine vitesse. Ils seraient visiblement tombé par hasard sur le contrôle.

Voulant sans doute l’éviter, le pilote du deux-roues a foncé à vive allure en direction des Coteaux sur cette route classée en zone 30 km/h. Mais il n’a pas vu qu’au même moment, une voiture quittait le parking de l’hypermarché. Le choc a été particulièrement violent. Les airbags de la Peugeot se sont tous déclenchés et la voiture a terminé sa course sur le trottoir d'en face. Le pilote, lui, était à terre, près de son motocross.

Immédiatement les secours ont été alertés, mais un important dispositif de police a été dépêché sur place (SDI, BAC, police municipale) pour empêcher tout risque de débordement, tandis qu'une trentaine de jeunes des Coteaux étaient déjà en train de se rendre sur les lieux de la collision pour avoir des explications."

Conséquences, comme d'habitude :

"Un policier a été légèrement blessé à la tête et un jeune homme a été interpellé lors d'échauffourées, ce jeudi 21 mai en fin d’après-midi, dans un quartier populaire de Mulhouse (Haut-Rhin), a appris franceinfo de source proche de l’enquête vendredi. Ces troubles se sont produits au lendemain de l’accident d'un jeune homme de 17 ans, gravement blessé après avoir heurté une voiture alors qu’il s’amusait à faire du rodéo, sans casque, avec sa motocross dans le quartier des Côteaux."

(Article de france info)

Autre exemple:

 reims-chauffard-a

(Capture d'écran à partir du site de 20 minutes)

Rouler en ville comme un taré, cela peut aussi tuer...

Et cela tue régulièrement...

Extrait de cet article:

Il n’a pas survécu à ses blessures. Un garçon âgé de 12 ans, renversé par une voiture le 10 octobre dernier à Reims, est mort dans la nuit de mardi à mercredi rapporte le quotidien L'Union.

L’enfant avait été fauché par un véhicule vers 22h50 alors qu’il traversait un boulevard avec son père. Il se trouvait sur un passage protégé quand un 4×4 l’avait percuté.

Le choc avait été si violent que le garçon avait été projeté 50 m plus loin. L’automobiliste avait pris la fuite. Plongée dans le coma, la jeune victime n’a pas survécu à ses graves blessures. 

Depuis, le chauffard a été identifié, et interpellé.

Il s'agit d'un délinquant multirécidiviste, qui était en prison pour d'autres faits lorsqu'il a été identifié.

Le 4 x 4 était un véhicule "à disposition" des membres de différentes bandes d'un quartier sensible de Reims.

Après le choc mortel, non seulement le chauffard a pris la fuite, mais le véhicule a été dissimulé dans un parking, et les amis du chauffard, malgré la mort de ce gamin, ont observé la loi du silence...

Cette violence-là, ces victimes-là, médiapart n'en parle jamais...

Le gamin de douze ans projeté à 50 mètres, alors qu'il traversait sur un passage pour piéton,  par un abruti au volant d'un 4 X 4 n'a jamais eu, et n'aura jamais, la "une" de médiapart.

Pourtant, pour lui aussi, sa famille et ses amis s'étaient rassemblés devant son collège, pour lui rendre un dernier hommage...

valentin-marche-blanche

Par contre, pas d'émeutes, effectivement...

Il serait tout de même grand temps de cesser de considérer comme des victimes, à chaque fois qu'ils causent un accident,  des cinglés qui roulent à toute vitesse, sans casque, sur des motos qui ne devraient pas rouler en ville, ou au volant de bolides automobiles, et qui mettent en danger, non seulement leur propre vie, mais aussi celle des autres.

Sur le même sujet:

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/deux-fillettes-mortes-dans-un-accident-le-proces-d-un-chauffard-a-laon-20190918

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/deux-ans-de-prison-requis-contre-un-chauffard-implique-dans-la-mort-de-deux-fillettes-20190919

accient-laon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.