Tariq Ramadan accusé de viol: dialoguer ou dépublier ?

La rédaction vient de dépublier un billet d'Utopart, dans lequel celui-ci s'interrogeait sur le silence assourdissant de Médiapart, depuis une semaine, au sujet de graves accusations de viols et de violences récurrentes, d'humiliations sexuelles, portées contre Tariq Ramadan. Nous sommes pourtant de plus en plus nombreux, parmi les abonnés, à nous interroger sur ce silence.

Le billet d'Utopart avait été publié sous un titre volontairement provocateur.

Mais ce titre accrocheur était expliqué dés le chapeau.

Aucune mauvaise interprétation, au premier degré,  n'était donc possible.

Et rien, ensuite, dans le texte du billet, ne contrevenait à la loi de 1881 sur la liberté de la presse, comme le prétend l'annonce qui "justifie" la dépublication.

capture-utopart-plainte-pour-viol-a-28-10-2017-billet-depublie

Ce billet était déjà recommandé par neuf abonnés, au nombre desquels je figurais, et avait amené trente commentaires, au moment de sa dépublication.

Il interpellait la rédaction, et notamment le président de Médiapart, au sujet du silence incompréhensible sur les accusations portées contre Tariq Ramadan, à l'heure où tous les autres organes de presse, depuis une semaine, en parlent:

capture-utopart-plainte-pour-viol-a-28-10-2017

La loi de 1881 interdirait-elle à un lecteur de poser une question au président d'un journal ?

En dépubliant, sans répondre aux questions posées, un billet qui ne contrevenait en rien à la loi, et ne pouvait entraîner aucun dépôt de plainte,la rédaction ne peut que nourrir les inquiétudes, quant à son refus manifeste de traiter l'information lorsqu'il s'agit de Tariq Ramadan.

Rappelons simplement que nous en sommes à la troisième plainte déposée contre cet homme.

Les plaignantes lui reprochent des viols, des actes d'humiliation sexuelle, des coups, des injures...

Médiapart relève, dans un Machoscope, tous les dérapages sexistes de politiciens.

Médiapart, chaque jour, nous informe sur de nouveaux cas de violences sexuelles.

Médiapart a consacré une enquête au long cours, sans hésiter à remonter vingt-cinq ans en arrière, aux propos et gestes déplacés de Jean Lassalle.

Tout cela est bel et bon.

Mais pourquoi ce silence assourdissant, qui devient insoutenable, au sujet des actes reprochés à Tariq Ramadan ?

Pourquoi ce silence au sujet des tombereaux d'injures, sexistes, racistes, antisémites, qui s'abattent sur Henda Ayari, depuis qu'elle a osé déposer une plainte contre Ramadan  ?

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/271017/henda-ayari-temoigne-je-sais-quon-essaiera-de-me-detruire-par-tous-les-moyens

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/261017/les-attaques-contre-henda-ayari-sont-marquees-par-un-violent-antisemitisme

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/10/28/plainte-contre-tariq-ramadan-l-antisemitisme-se-dechaine-envers-henda-ayari_5207247_3224.html

capture-henda-monde-antisemitisme-1

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/241017/tariq-ramadan-accuse-de-viol-par-henda-ayari-la-parole-la-defense

Censurer les abonnés, de plus en plus nombreux, qui posent ces questions, ce n'est pas y répondre.

C'est entretenir le soupçon.

Médiapart remplaçant le dialogue par la censure ?

Quelle déception !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.