Le blog de Boris
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Le blog de Boris
Abonné·e de Mediapart

Demande d'enquête afin d’évaluer les effets des mesures sanitaires sur les enfants

À Grenoble, une pétition a été soumise sur le site de la ville pour demander une « enquête afin d’évaluer les effets des mesures sanitaires sur les enfants à l’école ». Merci de relayer cette pétition à toutes vos connaissances résidant dans cette ville.

Le blog de Boris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« C’est pas difficile, mais c’est dur », ça y est, Le Monde publie enfin un article évoquant les souffrances des enfants face aux mesures sanitaires aberrantes prises pour lutter (avec l’efficacité que l’on sait), contre l’épidémie.

Depuis des mois, nous militons à Grenoble pour qu’une étude soit lancée afin d'évaluer les effets des mesures sanitaires sur les enfants, notamment les écoliers du primaire. À défaut de pouvoir les supprimer, documentons au moins la maltraitance générée par ces mesures. Aucune association de parents d’élèves, tétanisées qu’elles sont à l’idée de questionner ne serait-ce qu’un peu les protocoles que subissent les enfants, ne se sont emparées de ce sujet.

Je les avais déjà interpelées en février-mars 2021 à travers un texte que leur avais envoyé : Protocole sanitaire à l’école : la souffrance des enfants étouffée. Sans réponse.

En mai-juin dernier, nous avions mené une enquête dans l’école de mes enfants, dont les résultats étaient sans appel : les mesures sanitaires nuisent de façon importante au bien-être des enfants, et les parents, en majorité, ne souhaitaient pas que les mesures sanitaires soient renouvelées. Transmis à la mairie de Grenoble, aux parents délégués, et à l’équipe pédagogique de l’école, l’enquête n’a suscité aucun écho, et les résultats ont été superbement ignorés.

Voici le compte-rendu complet de notre questionnaire, réalisé à l’école Clémenceau de Grenoble : https://static.mediapart.fr/files/2022/01/18/compte-rendu-enque-te-ressenti-des-enfants-e-cole-cle-menceau-grenoble-juin-2021-copie-1.pdf

Voici enfin où nous en sommes. J’ai soumis une pétition en ligne sur le site de la mairie de Grenoble. Peut l’appuyer toute personne résidant ou payant une taxe foncière (via un commerce par exemple) dans cette ville.

Voici ci-dessous le lien vers l’interpellation citoyenne, et le texte de l’interpellation :

https://www.grenoble.fr/interpellation/60/2423-demande-d-enquete-afin-de-mesurer-les-effets-des-mesures-sanitaires-sur-les-enfants-dans-les-ecoles-de-grenoble.htm

Demande d'enquête afin de mesurer les effets des mesures sanitaires sur les enfants dans les écoles de Grenoble

Depuis le 8 novembre, le masque est redevenu obligatoire en classe dans les écoles élémentaires de l’Isère. À partir du jeudi 9 décembre et le relèvement au niveau 3 du protocole sanitaire, alors qu’il était obligatoire en classe mais pas en récréation, le masque redevient obligatoire même pendant les pauses en plein air.

Cela fait maintenant un an que le port du masque est obligatoire à l’école pour les enfants comme les adultes, de sept à dix heures par jour pour certains enfants.

À ce port du masque s’ajoutent d’autres mesures comme l’interdiction des brassages entre niveaux et entre classes, la distanciation physique, le lavage des mains.

Combien de temps les enfants seront-ils encore obligés de subir ces contraintes, pour des effets sanitaires très incertains ?

Les enfants s’adapteront, ils n’ont pas le choix ; mais leur adaptation ne signifie pas que ces mesures sont sans conséquences pour leur développement.

Depuis plusieurs mois, des professionnels de l’enfance, psychiatres, psychologues, orthophonistes[1], et des universitaires alertent sur les conséquences des mesures et le climat scolaire qu’elles entrainent sur les apprentissages, le bien-être des enfants, leur santé mentale. Encore récemment, la lettre du CNRS mettait en avant les travaux de deux chercheuses, dont l’une de l’Université Grenoble Alpes, sur les difficultés d’apprentissage chez certains enfants causées par le port du masque des enseignant.e.s[2].

En juin dernier le Comité consultatif national d’éthique donnait ainsi son avis :

« Les gestes barrières [...] ne sont pas des comportements naturels et le sont encore moins chez les enfants et les adolescents qui sont coutumiers d’une certaine proximité dans leurs rapports aux autres. La répercussion délétère sur la population pédiatrique de toutes les mesures prises doit engager une réflexion sur la préservation d’une santé globale qui ne peut se limiter à l’impératif d’une non-contamination [...] »[3]

Selon les recommandations de l’OMS, qui demande à ce que l’impact des mesures « anti-Covid », et en particulier le masque, soient évaluées sur les enfants, nous avons effectué en tant que parents délégués une enquête évaluant le « ressenti et le bien-être des enfants par rapport aux mesures sanitaires à l’école » à l’école élémentaire Clémenceau en mai 2021.

Cette enquête, forcément limitée, révèle cependant des résultats inquiétants : 75% des enfants se sont dit gênés par le masque, 93% ont envie de l’enlever. Plus inquiétant : 62% des enfants déclaraient éprouver de la gêne à respirer, et un peu moins de la moitié (42%) disaient éprouver une gêne pour parler. De nombreux enfants se sont dit gênés de voir leurs camarades masqués, et plus d’un quart des enfants déclaraient avoir plus de difficultés à comprendre ce que dit leur maitre/maitresse. Ils sont plus d’un tiers à avoir l’impression d’être moins bien compris.

Cette situation dure depuis un an. Veut-on qu’elle se poursuive ?

Nous demandons que la mairie de Grenoble organise d’urgence une vaste enquête pluridisciplinaire afin de mesurer les effets de toutes les mesures sanitaires sur les enfants à l’école. Cette enquête devra évaluer le ressenti des enfants quant aux mesures sanitaires, l’effet de ces dernières sur les apprentissages et leur bien-être, ainsi que la modification du climat scolaire. Un volet étudiant le ressenti des équipes pédagogiques serait également le bienvenu.

Nous demandons à la ville de Grenoble, membre du réseau des villes-Santé de l'OMS, de lancer cette enquête si possible via ses moyens propres (service de santé scolaire par exemple), et si nécessaire en s'associant avec les autres acteurs institutionnels et professionnels compétents en la matière (Education nationale, université...)

Cette enquête doit être menée au plus vite au sein des écoles du réseau des écoles grenobloises, et pourra être étendue à d'autres villes du réseau Villes-Santé de l'OMS.

« L’arc humaniste » promu lors des campagnes électorales ne doit pas être une vaine intention : il faut maintenant le mettre en application, particulièrement lorsqu’il s’agit de l’enfance, qui est, selon le Comité consultatif national d’éthique, « la réserve d’énergie, d’engagement et d’initiative pour l’avenir commun. »

---

[1] Collectif, « L’appel des orthophonistes contre le retour du masque à l’école primaire », 15 novembre 2021. https://www.lefigaro.fr/vox/societe/l-appel-des-orthophonistes-contre-le-retour-du-masque-a-l-ecole-de-primaire-20211115. Voir également : Collectif, « Les bébés face aux masques : chronique d’une catastrophe annoncée », 8 mars 2021. https://www.lefigaro.fr/sciences/les-bebes-face-aux-masques-chronique-d-une-catastrophe-annoncee-20210308.

[2] Maëva Garnier, Agnès Piquard-Kipffer « Quel est l’impact du port du masque par les enseignants ? | La parole à la science », Podcast CNRS, 9 novembre 2021. https://www.youtube.com/watch?v=wLSqsG2k7ZE

[3] Comité consultatif national d’éthique, Enjeux éthiques relatifs à la vaccination contre la Covid-19 des enfants et des adolescents, 9 juin 2021, p. 6. C’est nous qui soulignons. https://www.ccne-ethique.fr/fr/actualites/enjeux-ethiques-relatifs-lavaccination-contre-la-covid-19-des-enfants-et-des-adolescents.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte