Lénaïg Bredoux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

17 Billets

3 Éditions

Billet de blog 30 mai 2016

Comment Denis Baupin a (encore) refusé de nous répondre

Après une « mise en demeure », une demande de censurer une enquête publiée, et l’annonce d’une plainte en diffamation, le député de Paris, via son avocat, a cette fois posé des conditions inacceptables à la tenue d’un rendez-vous prévu samedi 28 mai. Explications.

Lénaïg Bredoux
Journaliste
Journaliste à Mediapart

C’est la suite d’une enquête menée sous tension depuis plusieurs mois. Mardi 24 mai, après avoir recueilli plusieurs témoignages de femmes évoquant de nouveaux faits pouvant relever de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle, visant Denis Baupin, nous sollicitons une entrevue avec le député de Paris, récemment parti d’Europe Écologie-Les Verts. Jusque-là, il s’est toujours refusé à nous répondre.

Le lendemain, bonne nouvelle : son avocat, Me Emmanuel Pierrat, indique à Cyril Graziani, journaliste à France Inter et coauteur de l’enquête, que son client est prêt à répondre à nos questions. Mais à deux conditions : que l’entretien soit enregistré, et qu’aucune phrase ne soit “off”. Le “off” signifie que les propos ne peuvent pas être cités, ou alors sans préciser qui les a prononcés. Cela tombe bien : nous voulions évidemment enregistrer la conversation et pas question, ici, d’avoir un échange “off” puisque nous sommes dans le cadre d’une enquête journalistique et que Denis Baupin n’est pas une source de celle-ci, mais directement visé par les nombreux témoignages que nous avons récoltés depuis plusieurs mois. Rendez-vous est pris pour samedi 28 mai, 13 heures, dans les bureaux de Me Pierrat.

Nous arrivons, Cyril Graziani et moi-même, avec une série de questions précises portant sur les nouveaux témoignages que nous avons recueillis. Mais Me Pierrat nous réunit d’abord pour fixer de nouvelles conditions : l’entretien ne pourra pas être diffusé à la radio ; il prévient qu’il pourrait se permettre d’intervenir dans la conversation si celle-ci « sort du cadre » ; contrairement à ce qu'il avait indiqué au téléphone, il demande finalement à ce que certains propos de son client soient “off”.  Son argument : pour se défendre, Denis Baupin peut être amené à donner des éléments sur les témoins qui pourraient lui valoir, selon son avocat, une « plainte pour atteinte à la vie privée ». Nous refusons. La situation est absurde : nous venons interroger Denis Baupin, dans le cadre du respect du contradictoire, mais nous ne pourrions pas citer certaines de ses réponses. Au bout d’un quart d’heure, Me Emmanuel Pierrat décide d’annuler l’entretien. Nous n’avons donc toujours pas vu Denis Baupin.

Cet épisode intervient après une série d’autres, pour le moins étonnants, décrits ici en détail par Edwy Plenel. Alors que notre première enquête était en cours, Denis Baupin, via son avocat, nous avait déjà sommé, le 8 avril, de ne rien publier. Il avait ensuite refusé de répondre à nos questions (lire dans la Boîte noire de notre enquête leur rappel chronologique). Finalement, le 10 mai, au lendemain de la publication de notre enquête, il avait annoncé le dépôt d’une plainte en diffamation contre Mediapart et France Inter. Avant de demander, le 12 mai, que nous supprimions purement et simplement notre article. Nous avions bien entendu refusé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier