Non seulement le taux de chômage en France est très élevé, mais il touche tout particulièrement les jeunes. Ce que constatait encore récemment le site Toute l'Europe, et que l'OCDE a clairement exposé dans un graphique tiré de ses statistiques. Dans le taux d'emploi global, la France est également mal classée.

Peut-on valablement ne pas penser au bilan d'une politique dont l'obsession affichée depuis trois décennies, et notamment depuis l'Acte Unique Européen de 1986, a été de "réformer le modèle français" afin de "rejoindre l'Europe" et instaurer la "modernité" ? Eurostat semble plaider que la situation était bien meilleure avant 2008, et qu'elle aurait été dégradée par la crise économique et financière. Mais qu'en est-il des conséquences des accords du Conseil Européen de Barcelone de mars 2002 (travail, retraites...), dont l'application effective n'a pas été immédiate ? C'est de la fin de l'année 2010 que date l'adoption de la loi dite "de réforme des retraites".

Sans oublier, dans le domaine de l'éducation, la stratégie de Lisbonne adoptée en mars 2000. Ce n'est qu'en août 2007 que la loi dite "relative aux libertés et responsabilités des universités" a été adoptée, et le processus s'est encore longtemps poursuivi autant dans le domaine universitaire que dans l'ensemble de l'éducation.

De même, s'agissant de la France, les privatisations se sont soldées par des délocalisations industrielles, financières et technologiques avec un affaiblissement progressif des moyens de l'Etat. Il en a résulté une véritable spirale, tous gouvernements confondus, et l'évolution s'est encore considérablement aggravée après 2008. Le passage aux 35 heures, mis en place à partir de 2000, avait provisoirement mis à la montée du chômage. Mais sur le fond, le processus s'est poursuivi et la progression du chômage a repris dans les années plus récentes.

Dans ces conditions, le chômage des jeunes en France est-il autre chose qu'une conséquence du fonctionnement du système ?

Quant à la situation sur le plan international, les alertes de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) mettent en évidence la situation de détresse de nombreux jeunes dans des pays en voie de développement. S'agit-il, à nouveau, d'autre chose que d'une conséquencfe du fonctionnement du système en place ?

La Radio des Nations Unies souligne : "OIT: le chômage mondial des jeunes repart à la hausse", et même Zone Bourse rapporte "Pôle emploi : Le chômage des jeunes augmente dans le monde". On trouve un résumé en français du rapport de l'OIT à l'adresse http://www.ilo.org/global/research/global-reports/youth/2016/WCMS_513746/lang--fr/index.htm , et le rapport en anglais sur le lien http://www.ilo.org/global/research/global-reports/youth/2016/WCMS_513739/lang--fr/index.htm

 S'agissant de la France, voir aussi mon article L'Enigme Bogdanov et le chômage des jeunes (I) .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.