Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

937 Billets

15 Éditions

Tribune 29 sept. 2020

La coopérative «Smart en France» et ses 4 000 intermittents menacés par Pôle emploi!

Dans une lettre ouverte, syndicalistes, universitaires et artistes s'indignent de la décision « incompréhensible » et « sans fondement » de Pôle Emploi de « radier » les coopérative « SmartFR » et « La Nouvelle Aventure » menaçant ainsi 4 000 artistes et techniciens du spectacle et de l'audiovisuel. « C’est tout un monde artistique qui est une fois de plus fragilisé par cette décision ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Lettre ouverte à Madame le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion,
Madame la Ministre de la Culture,
Madame la Secrétaire d’Etat chargée de l’Économie sociale, solidaire et responsable

Mesdames les Ministres, 

Tandis que votre Gouvernement annonce qu’il n’abandonnera pas le secteur de la culture, nous avons appris que la société coopérative d’intérêt collectif « SmartFr » et la société coopérative de production « La Nouvelle Aventure » ont fait l’objet d’une décision incompréhensible de la part de Pôle Emploi Services

En effet, début septembre, 4000 intermittent·es du spectacle salarié·es et sociétaires de ces deux coopératives « Smart » ont reçu, de façon simultanée, un courrier identique qui menace de les priver de leurs droits à l’allocation chômage s’ils continuent à travailler dans ces cadres coopératifs après le 1er octobre 2020. 

Cette procédure, inédite dans sa forme, nous semble erronée dans ses fondements et scandaleuse dans le contexte actuel d’un secteur déjà mis à genoux par la crise sanitaire. 

C’est tout un monde artistique qui est une fois de plus fragilisé par cette décision – un monde qui ne tient pas forcément les têtes d’affiches, mais irrigue l’ensemble du territoire de création, d’imagination et d’émotion. L’art et la culture ne constituent pas des activités marginales. Elles ont diverti, ouvert des horizons, tenu le pays debout tout au long du récent confinement. Elles produisent, créent des richesses, contribuent largement à l’attrait de la France dont bénéficient tous les autres secteurs économiques. 

En interdisant de produire, on provoque un plan social qui ne dit pas son nom. 

Au-delà de la casse humaine annoncée, cette décision révèle la persistance d’une méconnaissance par les administrations des modèles coopératifs. Pourtant, dans les crises que nous traversons et face à l’urgence de la reconversion écologique, la coopération et le mutualisme constituent des manières de produire, de consommer, d’épargner, de travailler, de s’épauler, capables d’assurer la résilience de nos sociétés. 

Ces coopératives qu’on appelle « entreprises partagées » ont su ouvrir la voie féconde d’un autre rapport au travail : on y gère ensemble et démocratiquement une entreprise conçue comme un outil de production commun, permettant à chacun·e d’exercer son métier au sein d’un collectif fort, protecteur et solidaire. Jamais ces modèles - comme celui des coopératives d'activités et d'emploi - n’ont attiré autant l’attention, n’ont suscité autant d’intérêt. Pourquoi cette possibilité innovante serait-elle refusée aux artistes et technicien·nes ? Est-il si subversif que des professionnel·les s’associent pour protéger mutuellement leurs droits à bien pratiquer leurs arts et savoir-faire ? La puissance publique ne voit-elle pas son intérêt à favoriser une forme d’organisation qui garantisse la légalité et la couverture des activités créatives, leur pleine intégration (et cotisation !) au régime de Sécurité sociale, et la création d’emplois locaux ? 

Nous vous demandons, Mesdames les Ministres, de revenir sur une décision malheureuse, de rassurer les milliers de personnes touchées, et d’ouvrir, avec Smart et l’ensemble des acteurs du monde coopératif, le travail indispensable pour que ces modèles soient mieux connus, protégés, et encouragés.

Premiers signataires :

Dominique Méda, professeure de sociologie
Jérôme Saddier, président d’ESS France
Benoit Hamon, ancien ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire et à la Consommation
Bernard Latarjet, président de l’Office national de diffusion artistique
Jacques Landriot, président de la Confédération Générale des SCOP
Jean-Louis Bancel, président du groupe Crédit coopératif et de CoopFr
Le bureau exécutif du Synavi, Syndicat National des Arts Vivants
Hugues Vidor, président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire
Demi Portion, rappeur
Salah Amokrane, coordinateur Tactikollectif
Thomas Coutrot, économiste chef de département à la DARES
Steven Hearn, Scintillo
Papet J, musicien Massilia Sound System
Emmanuel Dockès, professeur de droit, spécialiste de droit du travail
Claude Didry, sociologue directeur de l’IDHES
Michel Bauwens, co-fondateur de la P2P Fondation
Antonio Casilli, professeur de sociologie à Telecom Paris
Benjamin Coriat, économiste spécialiste des communs
Antonella Corsani, sociologue économiste enseignante-chercheure à l’ISST
Isabelle Ferreras, maître de recherches FNRS, professeure à l'Université de Louvain
Bernard Friot, sociologue, économiste, co-fondateur de Réseau salariat
Frédérique Joly, directrice adjointe Arty Farty
Maxime Combes, porte-parole d’Attac France
Alexis Cukier, directeur du programme Travail et Démocratie au Collège international de philosophie
Jordi Castellano, président du groupe coopératif I&M
Thomas Lamarche, économiste directeur du Ladyss
Dominique Plihon, économiste
Noémie de Grenier, directrice générale de Coopaname
Olivier Leberquier, administrateur délégué Scop Ti
Fanélie Carrey-Conte, secrétaire générale d’Enercoop
Alice Penet, directrice générale d’Oxalis
Odile Chagny, co-animatrice du réseau Sharers & WOrkers
Julien Charles, sociologue coordinateur de recherches au CESEP
Jérôme Giusti, avocat spécialiste en droit de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies
Fatima Bellaredj, déléguée générale de la CGSCOP
Sandrino Graceffa, consultant ID.Est et doctorant Lise-Cnam
Rachid Cherfaoui, président de l’Institut Godin
Jérôme Pimot, co-fondateur du Collectif des livreurs autonomes de Paris
Arthur Hay, secretaire général CGT des coursiers à vélo de Gironde
Aurélien Alphon-Layre, responsable de la section syndicale CGT Smart
William Tournier, SUD Smart Grands Ensemble

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot