Loïc Céry
Directeur du CIEEG (Centre international d'études Édouard Glissant) et du pôle numérique à l'Institut du Tout-Monde, Directeur des revues « La nouvelle anabase » et « Les Cahiers du Tout-Monde ».
Abonné·e de Mediapart

71 Billets

4 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2021

Pétition: contre un non-lieu dans le scandale du chlordécone

Pétition de Loïc Céry et Pierre Carpentier contre la menace d'un classement de la procédure judiciaire intentée dans le scandale du chlordécone. Mobilisation contre un non-lieu qui se profile dans l'un des plus graves écocides de notre temps, catastrophe majeure pour la Martinique et la Guadeloupe.

Loïc Céry
Directeur du CIEEG (Centre international d'études Édouard Glissant) et du pôle numérique à l'Institut du Tout-Monde, Directeur des revues « La nouvelle anabase » et « Les Cahiers du Tout-Monde ».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CONTRE UN NON-LIEU DANS LA SCANDALE DU CHLORDÉCONE, NOUS RÉCLAMONS UNE JUSTICE IMPARTIALE

Conjointement avec l'édition « Mémoires du colonialisme »

Après 15 ans d’instruction, après la mobilisation des populations concernées, après des milliers de morts du cancer dues à l’épandage du chlordécone pendant des dizaines d’années en Martinique et en Guadeloupe, des magistrats évoquent aujourd’hui la possibilité d’un non-lieu dans le dossier judiciaire en cours. Le prétexte : une possible prescription des faits et le constat que des pièces du dossier auraient été mystérieusement égarées. Dans leurs conclusions rendues publiques les 20 et 21 janvier 2021, deux magistrats du TGI de Paris ont ainsi signifié aux plaignants que tout ce processus risque fort de déboucher sur un classement de l’affaire. Et pourtant, il s’agit bien, ni plus ni moins, de l’un des plus graves scandales sanitaires français, et d’une catastrophe écologique majeure pour les Antilles. Il s’agit de l'empoisonnement d'une population entière, du fait des dérogations coupables accordées par les gouvernements français successifs, à des planteurs qui ont pu tranquillement continuer pendant des années de souiller les sols de Martinique et de Guadeloupe avec un poison nommé chlordécone, l’un des plus virulents et dangereux pesticides qui soient, agent toxique non biodégradable formellement interdit en France dite « hexagonale » depuis 25 ans et depuis 1976 aux États-Unis.

 La Martinique détient aujourd'hui le record mondial du nombre de cancers de la prostate au prorata de sa population, et celui du taux de mortalité lié à cette maladie. La Martinique et la Guadeloupe voient depuis plusieurs années une hausse exponentielle des cas d'accidents vasculaires cérébraux, de troubles neurologiques, de cancers du sein, des troubles de l'infertilité, et la liste est encore longue. Les liens entre cette dégradation accélérée de l’état sanitaire des populations et le rôle de ce pesticide illégal ont déjà été de longue date étayés par de nombreuses et solides études scientifiques. Les coupables sont pourtant connus. Des planteurs qui, en toute impunité, se sont vu accorder des dérogations par le gouvernement français, en contravention des normes sanitaires internationales. Aujourd’hui, après une procédure de près de 15 ans, et après des engagements d’indemnisation et de justice prises par l’actuel gouvernement, on tente de clore purement et simplement le processus en cours. N’hésitant devant aucun déni de justice, on signifie ce faisant aux populations martiniquaise et guadeloupéenne, que leur vie ne fait pas le poids devant les intérêts de ceux qui les ont empoisonnés, et qui ont souillé les sols de leurs îles pour 700 ans.

 Alors même que le crime d’écocide fait son entrée dans le droit européen et que le Parlement européen vient de demander sa reconnaissance en droit international par la Cour pénale de La Haye, alors même que nous vivons de manière inédite une conscientisation planétaire devant l’urgence écologique, alors même que les peuples du monde entier exigent aujourd’hui des États qu’il assument leurs responsabilités en la matière… ne voilà-t-il pas que ce début de l’année 2021 sonne le glas de la promesse de justice tenue aux Martiniquais et aux Guadeloupéens en considération du grave préjudice collectif qui leur a été imposé par ce scandale du chlordécone. Nous nous mobilisons aujourd’hui pour exiger que tout soit mis en œuvre pour que cessent ces manœuvres d’intimidation et ces menaces de classement d’un dossier accablant où sont concernées les vies de populations entières. Nous n’acceptons pas qu’une conception inique et coloniale des procédures se substitue au légitime et impartial exercice de la justice, surtout quand la vie de centaines de milliers d’êtres humains est concernée.

 Aujourd’hui, les Antillais se battent pour leur survie, et le respect de leur dignité. Nous entendons également par la présente pétition, exprimer notre solidarité avec les populations de Martinique et de Guadeloupe, et avec leurs élus unanimement mobilisés. Ne les laissons pas seuls face à un enterrement de première classe annoncé de la procédure intentée contre les profiteurs du chlordécone. Soutenons leur combat de toutes les façons que ça nous sera possible : pétitions, lettres ouvertes au président, adresses aux élus. C'est un combat pour la dignité de tous, et c'est un combat pour le respect des morts et des vivants. Ceci n'est pas le combat de quelques agités, ou de quelques esprits prétendument extrémistes : les Français doivent savoir qu'un écocide perpétré aux Antilles est aujourd'hui sur le point d'être ratifié par l'État, et « classé sans suites ». Les suites, elles existent déjà pour de bon : ce sont les morts du cancer en Guadeloupe et en Martinique, par dizaines de milliers. Laisserons-nous ces horreurs se perpétrer sans broncher ? Laisserons-nous ajouter l'inaction à l'ignoble ? Laisserons-nous se concrétiser la chronique annoncée et méprisante d’un non-lieu dans un cas qui concerne les vies des femmes, des hommes et des enfants de Guadeloupe et de Martinique ?  MOBILISONS-NOUS ici et maintenant, sans attendre.

Pour en savoir plus sur le scandale du chlordécone, voir ce document de France Télévisions (2018) : « Chlordécone : le scandale est-il devant nous ? »

SIGNEZ LA PÉTITION SUR CHANGE.ORG : 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart