La chute du parti de Fillon serait fatale à sa complice la mafia communiste

La chute du parti de Fillon signifierait à la fois: 1°) la fin de sa complice la mafia communiste, 2°) la fin d'un fonctionnement politique qui trahit les classes moyennes françaises, 3°) et la fin d'un anachronisme : 27 ans après la chute du Mur de Berlin, c'est la droite française qui fait les beaux jours du dernier bastion communiste en Europe

 Cet article est une réponse à celui intitulé :

« L'assassinat politique de François Fillon »

dans les blogs de Mediapart également, par Régis Desmarais

 

Voila qui devrait faire sauter de joie ceux qui sont, au contraire, catastrophés par la chute de Fillon

Reconnaissons que les Fillon, Genevard, Sarkozy ont été géniaux pour leur faire croire qu'ils les défendaient, alors qu'il s'agissait de récupérer leurs votes en faisant semblant de combattre l'adversaire gauchiste

A - Ce qui a donné sa force et sa stabilité à l'appareil dirigeant français actuel, c'est une solide complicité entre une droite affairiste de tradition gaulliste, et une gauche intellectuelle issue du communisme. Celle-ci bénéficie d'un véritable monopole dans la gestion de l'Education Nationale et dans celle des médias, et ce monopole s'est maintenu sous tous les gouvernements de la Cinquième République

B - Cette complicité se joue à deux niveaux : côté scène, de courageux adversaires, côté coulisses : de parfaits complices

- comme on l'a vu, la guéguerre de façade jouée côté scène sert à faire croire que l'appareil dirigeant de chaque camp défend ses troupes contre le camp adverse, alors que la réalité est au contraire celle d'une parfaite complicité sur le dos des troupes en question

- dans les coulisses, au contraire, symbiose parfaite dans la répartition des tâches comme dans le partage du gâteau du pouvoir

L'origine de cette complémentarité remonte à la Libération, mais elle s'est confortée à partir des années 1980 et surtout après la chute du Mur de Berlin en 1989.

Ayant abandonné tout espoir d'établir leur dictature sur la France, les intellectuels communistes ont alors mis leurs talents au service de leur célèbre adversaire capitaliste. Celui-ci ne pouvait espérer meilleure aubaine, étant donné que, pour asservir les masses, on ne trouvera jamais rien de plus efficace que des gens ou des organismes se faisant passer pour leurs défenseurs

C – Conséquence : pour jouer la guéguerre de façade qui sert à tromper le public, la droite filloniste et la mafia gauchiste ne peuvent absolument pas se passer l'une de l'autre

Autrement dit :

a) Si la chute du tandem Fillon-Genevard se confirme, la nomenklatura du Mammouth et les syndicats d'enseignants ne seront plus capables de faire croire aux enseignants qu'ils les protègent contre un adversaire qui n'existe plus

La réforme imposée par Najat Vallaud-Belkacem à la rentrée 2016 était désapprouvée par 80% des enseignants. Donc, si la droite avait eu un projet de politique éducative valable à proposer, une majorité d'enseignants lui aurait été acquise (et je serais de ce nombre)

Or, la députée filloniste Annie Genevard a fait tout ce qu'il fallait pour que cette hypothèse ne se produise pas. Voir l'article intitulé :

« La droite va-t-elle perdre les élections à cause de son projet pour l'école ? » pdf, 3 pages (octobre 2016 donc antérieur à l'affaire Fillon)

et dans les blogs de Mediapart : posté le 06 10 2016

La chance de la nomenklatura du Mammouth pour garder ses troupes, ça a été l'effrayante nullité du projet de la droite pour l'école, dévoilé à partir de la rentrée 2015 par  la députée filloniste Annie Genevard qui en est chargée

On a donc ici un exemple où la dernière mafia communiste en Europe doit son salut à ses faux adversaires Fillon, Genevard, Sarkozy, et compagnie, et cette chance n'existera plus pour elle si ceux-ci chutent définitivement sans avoir de remplaçant

D - Sur l'origine historique de cette situation, voir :

a) « Le b-a-ba de l'immaturité politique française : les leaders politiques de droite ont pour mission de tromper l'électorat de droite », pdf, une page

Dans les blogs de Mediapart .

b) « 2007 : la gaffe de Sarkozy qui finira par sauver la France », dans les blogs de MDP:

et en version pdf, 6 pages

c) « Mai 68 : la propagande officielle vous a caché l'essentiel »

 

E – Ce double jeu, où un combat joué côté scène ne sert qu'à embobiner les électeurs, alors que côté coulisses les protagonistes sont de parfaits complices, est une spécialité toute particulièrede la députée filloniste Annie Genevard dans pratiquement tous les coups médiatiques qu'elle a pu nous jouer depuis la rentrée 2015, dans le cadre de la préparation des élections de 2017

Un exemple parmi beaucoup d'autres est détaillé par l'article intitulé

« Annie Genevard contre Najat Vallaud-Belkacem : l'astuce géniale pour tromper ses électeurs », pdf, 3 pages

En bref, la ministre socialiste NVB a imposé à la dernière rentrée scolaire une réforme qui consistait à remplacer d'un seul coup les programmes scolaires pour les neuf niveaux allant du cours préparatoire à la classe de troisième, et qui était désapprouvée par 80% des enseignants

a) Pour nous jouer côté scène le courageux combat servant à tromper ses électeurs, Annie Genevard a fait une protestation purement conventionnelle, généreusement médiatisée, où elle réagissait,  avec toute la modération nécessaire, contre l'ampleur de la réforme. Voir par exemple, dans sa lettre de démission adressée à Najat Vallaud-Belkacem : « La refonte des programmes de neuf niveaux en même temps est de l'avis de beaucoup une folie"

b) Pour ménager son pseudo-adversaire qui tire les ficelles de l'Education Nationale, notre députée filloniste a soigneusement « oublié » de dire

1°) que mettre en place une telle réforme dans de telles conditions était automatiquement la garantie assurée d'un travail de goujat.

Une preuve de ce travail de goujat est donnée par l'article intitulé « Le prédicat : nouvelle invention des assassins de l'école », dans les blogs de Mediapart

2°) elle a « oublié » de dire que l'objectif véritable de ce travail de goujat, ça ne pouvait être que le remplacement de tous les manuels scolaires des neufs niveaux concernés, un coup de commerce qui a occasionné aux communes et aux départements une dépense imprévue d'un coût total situé au bas mot dans les 500 millions d'euros

3°) qu'il s'agissait là d'un véritable travail de Pénélope, au sens habituel de cette expression, parce que Jean-Paul Brighelli, le journaliste boosteur d'Annie Genevard, a déjà annoncé que tout allait être repris à zéro à l'occasion de l'alternance politique prévue en 2017

4°) Annie Genevard a encore "oublié" de se demander pourquoi l'annonce de l'adoption de la réforme de l'orthographe est ensuite arrivée là comme un cheveu sur la soupe.

Seule explication possible de cette initiative de la ministre: la mise à jour orthographique était un précieux prétexte supplémentaire pour justifier le remplacement des manuels scolaires, en garantissant que leur lecture proposée aux élèves n'introduirait aucune source de confusion par rapport à la nouvelle norme orthographique en vigueur

F - Conclusion

Beaucoup d'autres exemples montrent bien, comme celui-ci, que les protestations d'Annie Genevard sont purement conventionnelles et qu'elles oublient soigneusement de révéler l'essentiel

- en tant que protestations avantageusement médiatisées, elles servent à faire croire à l'existence d'un véritable débat politique et à appâter ses électeurs

- si elles oublient l'essentiel, c'est pour se  ménager la parfaite complicité des héritiers du  communisme, dans une corruption globale qui ruine la France et la discrédite sur toute la planète

Dans ces conditions, la chute du parti de Fillon signifierait à la fois

- la fin de sa complice la mafia communiste,

- la fin d'un fonctionnement politique qui trahit les classes moyennes françaises,

- et la fin d'un anachronisme : 27 ans après la chute du Mur de Berlin, c'est la droite française qui fait les beaux jours du dernier bastion communiste en Europe

 

Ortograf-FR (Louis Rougnon Glasson)  doc g258-h03-C    mars 2017

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.