C'est la guérilla de l'information qui a coulé François Fillon

Avant l'affaire Fillon, le système était parfaitement verrouillé. A cause de ce baillonnage de l'information, les médias en plein discrédit étaient contraints de redorer leur image en nous faisant quelque coup médiatique pour faire croire qu'ils ne nous cachent rien

 Les médias ne risquent pas de s'en vanter : la chute de François Fillon a été provoquée par la guérilla de l'information, c'est à dire par la pression des vérités interdites que justement ils nous cachent et qui n'ont pas besoin d'eux pour circuler par rediffusion spontanée grâce à internet ou encore en version papier

Les arguments tels que le fameux « complot » ou le « cabinet noir » de sont que des chimères inventées pour les besoins de la cause. La réalité est beaucoup plus simple :

 

A – Avant l'affaire Fillon, le système était parfaitement verrouillé

Tous les médias français, y compris Le Canard Enchainé, Mediapart et le Nouvel Obs, étaient complètement baillonnés sans en avoir l'air

Notamment, une rédactrice en chef adjointe du Nouvel Obs avait été licenciée en juin 2016, pour délit d'opinion,. Voir sur internet : « Aude Lancelin virée de L’Obs : un chef-d’œuvre de management très politique »

Quant à Mediapart, il était coincé financièrement depuis son redressement fiscal de 2015, conséquence d'une loi votée au début de la présidence Sarkozy 2008 par des politiciens hostiles à la liberté d'expression.

Le fabulateur du cabinet noir est un partisan passionné de cette loi scélérate de 2008, comme cela est prouvé par l'article intitulé : «Redressement fiscal de Mediapart : quand Fillon se saborde sans s'en apercevoir », et aussi:

« Pire que la corruption : le verrouillage du système », pdf, une page:  « La chape de plomb est la première de toutes les corruptions parce qu'elle donne le champ libre à toutes les autres »

On peut par ailleurs facilement montrer que, côté censure et pensée unique, Annie Genevard, le bras droit de Fillon  va encore plus loin que lui en cachant mieux son jeu

B - Le verrouillage de l'information était et est encore assuré concrètement par des dizaines de milliers d'hommes de l'ombre, discrètement fournis par le camp politique adverse, qui surveillent les forums, les blogs, et les diffusions importantes de courriels

Voir par exemple :

« Contre la liberté d'expression : les embusqués du KGB-français » (février 2015)

et:

« Les embusqués du KGB-français ont encore frappé » (MARS 2017)

Les raisons de cette secrète complicité droite-gauche sont expliquées dans un article intitulé :

« La chute du parti de Fillon entrainera automatiquement celle de la mafia communiste, sa complice », 1 p.

L'origine historique de cette complicité est donnée dans l'article :

« 2007 : la gaffe de Sarkozy qui finira par sauver la France - résumé », une page

Cette complicité est un piège pour Fillon, Genevard et compagnie, car elle leur a fait croire qu'ils pouvaient mentir effrontément sans jamais être démasqués. Voir par exemple :

« Un record de 4 mensonges pour 4 lignes, signé Annie Genevard, bras droit de Fillon », pdf, une page

 

C - A cause de ce baillonnage de l'information, les médias en plein discrédit étaient contraints de redorer leur image

La comparaison de ce qu'ils nous cachent et de ce que nous arrivons à connaître sans passer par eux les mettait dans la nécessité impérative de lancer quelques alertes pour redorer leur image en nous faisant croire qu'ils ne nous cachent rien

Une première preuve de ce besoin de coup médiatique est donnée par l'alerte donnée par Carole Barjon, rédactrice en chef adjointe du Nouvel Obs, à travers un livre fort instructif intitulé :

« Mais qui sont les assassins de l'école ? », paru fin septembre 2016.

Le Nouvel Obs a encore enfoncé le clou avec l'article intitulé : « Les assassins de l'école habitent rue de Grenelle »

A travers l'expression choc « assassins de l'école », il s'agissait de corriger l'image du média ternie quelques lois plus tôt par l'éviction d'Aude Lancelin

Mais le coup le plus spectaculaire est bien sûr celui qui a concerné François Fillon

Le candidat de la droite se prêtait tout particulièrement à ce genre d'opération en raison du double jeu avec lequel lui et son équipe trompent leur public dans différents domaines sensibles tels que le chantage à l'emploi, la politique éducative ou la déstabilisation de la société française

 

D – Après la déferlante médiatique de l'affaire Fillon, la chape de plomb est revenue au galop, mais la guérilla de l'information continue

Dans la crainte d'une chute globale du parti de Fillon et de sa complice la mafia communiste, toute une propagande essaie maintenant de limiter les dégâts, en faisant croire que le candidat de la droite est le seul recours contre Marine Le Pen et aussi contre la gauche

Cette même propagande attaque Emmanuel Macron à la fois par la droite, en l'accusant d'être le remplaçant de Hollande, et par la gauche, en l'accusant d'être le candidat de la haute finance

Une chose est certaine : quel que soit le résultat des prochaines élections, grâce à la guérilla de l'information, rien ne sera plus comme avant.

L'affaire Fillon sonne le glas de l'entretien criminel de la naïveté populaire. Il était temps

 

E - Articles connexes :

« Un livre à la limite d'être censuré : « Mais qui sont les assassins de l'école française ? », 1 p.

« « Assassins de l'école » : l'expression divise la gauche et met en évidence la filouterie de la droite » 2 p.

 

Le présent article peut être chargé au format pdf, une page, en cliquant ici : « C'est la guérilla de l'information qui a coulé François Fillon »

 

Louis Rougnon Glasson (Ortograf-FR) doc g271-h03 mars 2017

.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.