Loup Espargilière
Pigiste Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2016

Libération sous caution du journaliste Maxime Azadi, blogueur sur Mediapart

Le journaliste kurde de nationalité franco-turque Maxime Azadi, a été remis en liberté, mais moyennant caution, vendredi après-midi, après plus d’une semaine passée en détention en Belgique. Il avait été arrêté le 15 décembre à Turnhout en Belgique lors d’un contrôle de routine, alors qu’il faisait l’objet d’une « notice rouge » d’Interpol émise par les autorités turques. La menace d’une extradition vers la Turquie pèse toujours sur lui. 

Loup Espargilière
Pigiste Mediapart

Maxime Azadi, journaliste kurde de nationalité franco-turque, directeur de l’agence de presse en langue kurde Firat News (ANF) implantée aux Pays-Bas et rédacteur d’un blog sur Mediapart, a été arrêté et placé en détention le 15 décembre par la police belge lors d’un contrôle de routine. Il faisait l’objet d’une « notice rouge » d’Interpol (souvent appelée par abus de langage « mandat d’arrêt international ») émise par les autorités turques. La police belge l’avait alors mis en détention en vertu des accords judiciaires qui lient l’Union européenne à la Turquie. Sa demande de remise en liberté était examinée ce vendredi par les juges de la chambre du conseil de Turnhout (une ville située à l’est d’Anvers), qui se sont prononcés en faveur de sa libération sous caution.

Pour autant, le journaliste n’est pas à l’abri d’une extradition future vers la Turquie réclamée par Ankara. Comme l’explique son avocat, Luc Walleyn, la cour d’appel devra rendre un avis juridique, puis le gouvernement belge rendra sa décision de poursuivre ou non la procédure d’extradition. Une décision qui n’est « pas pour tout de suite », reprend Luc Walleyn, qui prévient : « Nous continuerons à nous opposer à son extradition. »

Selon les fédérations européenne et internationale des journalistes (FEJ et FIJ), comme elles l’ont écrit dans une alerte conjointe publiée sur la Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe, c’est au motif officiel d’une « collaboration avec une organisation terroriste » que le journaliste a été arrêté.

Pour le comité de soutien à Maxime Azadi, il apparaît clairement que la notice rouge d’Interpol « est directement liée aux histoires qu’il a couvertes ». La déclaration, relayée par l’agence Firat, ajoute : « Un journaliste arrêté pour son travail dans un pays de l’Union européenne est une honte pour la démocratie et les libertés. L’arrestation de Maxime Azadi révèle l’extension à l’Europe des pressions turques sur la presse. » Deux jours plus tôt, la FIJ s’était émue d’une « arrestation qui constitue un dangereux précédent et est susceptible de menacer la sécurité des journalistes kurdes et turcs exilés en Europe ». Conjointement avec la FEJ, la FIJ entend « dénoncer cette violation manifeste de la liberté de la presse en Belgique au Conseil de l’Europe ».

Maxime Azadi.

Maxime Azadi avait récemment raconté sur son blog comment les autorités turques de régulation de la radio et de la télévision (RTÜK) avaient obtenu du groupe français de diffusion par satellite Eutelsat qu’il coupe la transmission de deux chaînes, Newroz TV et Med Nuçe TV. Le pouvoir turc avait accusé ces médias d’être financés par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par l’Union européenne comme une organisation terroriste.

Le tribunal de commerce de Paris avait finalement ordonné le rétablissement de la diffusion des deux chaînes sous peine d’astreintes financières. L’agence Firat a par ailleurs fait de la liberté de la presse l’un de ses chevaux de bataille, en témoigne un onglet spécialement dédié à ce thème sur son site Internet où les nombreuses arrestations de journalistes et les fermetures de médias pro-kurdes sont chroniquées par le menu.

Avant l’ouverture de l’audience devant le tribunal, une pétition réclamant la libération immédiate de Maxime Azadi avait totalisé plus de 2 500 signatures. Deux jours plus tôt, la Société des journalistes de Mediapart avait fait la même demande, détaillant la mainmise toujours plus grande de la Turquie d'Erdogan sur les médias pro-kurdes et la presse d'opposition en général.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon