Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2019

Karachi, procès tronqué

Lundi 7 octobre s'ouvrait devant le tribunal de grande instance de Paris la première audience consacrée au dossier «Karachi». Mais tous les mis en examen n'y seront pas présents: Édouard Balladur et François Léotard, membres du Gouvernement à l'époque des faits seront jugés à part, plus tard, par la Cour de justice de la République (CJR). Retour sur une anomalie qui pourrait durer...

Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire est hors norme. Elle remonte à un quart de siècle. Elle mêle à la fois les commissions et rétrocommissions sur ventes d'armes, le financement présumé de la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995 et l'attentat de Karachi dont ont été victimes le 8 mai 2012 — par rétorsion après la suppression des rétrocommissions sous la présidence Chirac (1995-2002) — quatorze personnes, dont onze techniciens français de la Direction des constructions navales le 8 mai 2012.

Sur l'affaire elle-même, on peut renvoyer aux papiers publiés par les organes de presse, et, de manière non limitative (je donne les références «en ligne») :

Ce n'est pas au fond de l'affaire que je vous invite à vous intéresser ici (sinon en rappelant que, jusqu'à l'intervention d'une décision ayant la force de la chose définitivement jugée, chacun bénéficie de la présomption d'innocence, comme il se doit). C'est bien à cette coupure des procédure que Le Monde mettait en évidence:

Copie d'écran de l'article du «Monde» du 7/10/19. © Gérard Davet et Fabrice Lhomme, «Le Monde». (Illustration aux fins de citation. Voir le lien vers l'article dans le texte).

Exception de juridiction
pour les membres du Gouvernement

Cette situation est parfaitement légale, et même constitutionnelle. Ce n'est pas une invention de la Ve République. Il n'était pas prévu dans les juridictions de même nature prévues par les constitutions républicaines antérieures que les Hautes Cours (1848, 1946, 1958-1993) ou le Sénat siégeant en Cour de justice (1875) jugeassent les éventuels complices des ministres. La seule exception à l'exception figurait dans les Constitutions de 1848 et 1875 qui lui confiaient, le cas échéant, le soin de juger les auteurs d'attentats contre la sûreté de l'État.

En 1993, le dispositif de la Haute Cour a disparu pour les membres du Gouvernement. Il a été alors remplacé par la Cour de justice de la République (CJR). Mais le problème demeure dans des affaires où les ministres et anciens ministres (y compris le Premier d'entre eux) ne sont pas seuls en cause. J'ai évoqué cette question dans un billet récent: «Juger les (anciens) ministres? Pourquoi il faut revenir au projet Hollande!» (1/10/19).

La procédure «Karachi» va se dérouler selon la procédure en vigueur. Comme je l'expliquais, il est prévu de supprimer la CJR, mais le projet de révision constitutionnelle se borne (en maintenant le filtrage, légitime, par une «commission des requêtes») à prévoir le jugement par une formation de la cour d'appel de Paris, ce qui ne règle pas le problème: ça resterait une formation spéciale, ne jugeant que les membres ou anciens membres du Gouvernement au titre de l'exercice de leurs fonctions. Techniquement, c'est ce qu'on appelle une juridiction «d'exception» par rapport aux juridictions «de droit commun», celles qui jugent normalement les affaires.

Je vous renvoie à ce même article qui rappelle ce qu'avait été la proposition Hollande-Ayrault-Taubira, la seule qui permettrait, une fois passé le filtrage des procédures par la commission des requêtes, de juger globalement tous les mis en cause. Faute de cela, on rend plus difficile, sinon impossible l'établissement de la vérité et des responsabilités propres à chacun... quand on ne permet pas à un ancienne personnalité politique de chercher à choisir ses juges («Nicolas Sarkozy et “ses” juges», 1/10/19).

En attendant, l'affaire Karachi va continuer à encombrer les juridictions et la presse. Nous sommes prêts à la vérité, mais sans doute pas près de l'obtenir. Dans leur article du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme concluaient en citant Marcel Schwob: «Toute justice qui dure est injustice.» À commencer par les familles de victimes d'un attentat «collatéral» qui relevait plutôt de l'extorsion de fond que du terrorisme, comme on l'avait pensé au départ.


[Ajout du 24/10/19] Sous le titre «Justice  : Procès Karachi et Cour de justice de la République», j'ai adressé une contribution au Monde.fr, publiée dans le «courrier des lecteurs» le 18/10/19): https://www.lemonde.fr/blog-mediateur/article/2019/10/18/le-monde-des-lecteurs-justice-proces-karachi-et-cour-de-justice-de-la-republique_6016060_5334984.html.

© Illustration; Clker-Free-Vector-Images/Pixabay.com, licence Pixabay (usage libre)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux