Lucy Embark
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 mars 2020

Coronavirus. Face au confinement, la France dans les pas de l'Espagne

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, l'Etat français semble appliquer les mesures prises par le gouvernement espagnol sur son territoire. Fermeture des écoles, des restaurants et des bars, confinement... Autant de points communs qui laissent penser que la France va prolonger le confinement pour 15 jours de plus, comme l'a fait ce dimanche 22 mars, le Premier ministre espagnol.

Lucy Embark
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Espagne, les mesures de confinement sont très strictes. © AFP

Mardi 10 mars, Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol annonce la fermeture des écoles et des universités à la suite de la pandémie du Covid-19. Jeudi 12 mars, c'est au tour d'Emmanuel Macron d'annoncer la même décision. Vendredi 13 mars, l'Etat espagnol ferme ses bars et ses restaurants. Le lendemain, la France applique elle-aussi la fermeture de ces établissements sur l'ensemble de son territoire, tandis que l'Espagne informe, dans la soirée, sa population de la mise en place du confinement. Emmanuel Macron le fait quant à lui le lundi 16 mars. 

A chaque fois, la France applique ce que son voisin espagnol met en place. Attestation pour se déplacer avec motif valable, amende en cas de non-respect du confinement... Il y a donc de fortes chances à ce que le chef de l'Etat français annonce le prolongement du confinement puisque Pedro Sanchez l'a décrété, sur son territoire, ce dimanche 22 mars, pour une durée de quinze jours, soit jusqu'au 11 avril. 

Durcissement des directives

Les mesures mises en places en Espagne sont actuellement plus sévères qu'en France. Il est notamment interdit de circuler dans la rue sans motif valable au risque de se faire arrêter ou de recevoir une amende de 600 euros.

Face à un confinement pas encore complètement respecté dans l'Hexagone, le gouvernement français devrait durcir ses mesures à l'image de l'Espagne avec notamment l'instauration d'un couvre-feu et l'interdiction de faire du jogging. Le Conseil d'Etat a demandé aussi au gouvernement de préciser le "degré d’urgence" des motifs de santé justifiant un déplacement ainsi que l'utilité de maintenir les marchés ouverts. Pour les rendez-vous médicaux, un justificatif du praticien pourrait être demandé en cas de contrôle. 

L'Assemblée nationale a déjà durci dans la nuit de samedi à dimanche les sanctions en cas de violation des règles. Les 135 euros d’amende forfaitaire passeront à 1 500 euros en cas de récidive dans les 15 jours. Quatre violations dans les trente jours pourront valoir 3 700 euros d’amende et six mois de prison au maximum, quand l'Espagne, elle, condamne jusqu'à un an de prison.

Dimanche soir, un total de 91 824 infractions pour non-respect des règles de confinement ont été constatées en France. On comptait le même jour 112 personnes décédées du Covid-19, portant le bilan à 674 décès. 

L'Espagne reste, quant à elle, le deuxième foyer de contagion en Europe. Le nombre de décès a bondi en vingt-quatre heures, avec 462 nouvelles victimes. Plus de 87 % des personnes décédées du virus avaient plus de 70 ans. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar