Désignation de l'assemblée représentative du m6r : un indéniable succès !

Ça y est, nous avons une belle assemblée représentative ! Voilà quelques mots sur le sujet, en m’appuyant sur tous les commentaires de la plateforme NLP (Nous le Peuple). D'abord je reviens sur la désignation de l'assemblée, et le bilan très positif qu'on peut en tirer. Ensuite quelques mots sur l'usage d'internet et la question de l'anonymat sur internet de façon générale, et pour les élections de l'assemblée représentative en particulier.

Le m6r s'est doté d'une assemblée représentative : en route vers l'auto-organisation !

La désignation de l'assemblée représentative est maintenant terminée, c'est un beau succès ! Depuis le début de cette phase de vote, nous avons eu environ 10 000 signatures supplémentaires (un regain significatif par rapport au mois de janvier ou le compteur s'était quelque peu ralenti), 12 000 inscrits sur la plateforme de discussion et de vote Nous le Peuple (NLP = Nous le Peuple). Pour mémoire, avant la phase d'élections, il y avait environ 9 000 inscrits (voir ici pour une analyse datant du 13 février, c'est-à-dire il y a à peine un mois, et encore, 10 jours avant, les inscrit étaient à 7000, et ont commencé à grimper dès l'annonce de l'organisation de la désignation de l'assemblée représentative). A l'heure où j'écris, il y en a 19 974 précisément, qui sera le 20 000ème ? Cela signifie que la participation des signataires au mouvement s'élargit et se renforce : plus il y a d'implication des signataires dans le mouvement, plus son action sur lui-même est légitime.

Avoir une discussion à une vingtaine de motivés sur une plateforme qui comporte 7 000 inscrits dont les 3/4 n'ont jamais rien publié aurait donné une légitimité au résultat bien moindre que celle qu'aura l'assemblée représentative, forte de la pluralité de sa désignation, forte du tirage au sort d'un quart de ses membres, forte des 10 000 suffrages qui se sont portés sur les quelques 1 000 candidat.e.s. Le peu de postes à pourvoir et le nombre de candidat.e.s par poste n'a découragé personne ! Tou.te.s ont fait l'effort de lire les professions de foi, de chercher des renseignements, parfois en réclamant davantage que celles qui étaient disponibles, même dans l'infernale circonscription d'Ile de France où il y avait plus de 200 candidat.e.s ! Même aux européennes où il y avait par exemple 31 candidatures en IdF pour lesquelles l'alignement des panneau électoraux devant les bureaux de votes était impressionnant ne peut rivaliser, ce record est pulvérisé !

 

103.jpg?b0b72f

Maintenant, le mouvement est entré dans une dynamique proprement impressionnante, par rapport aux balbutiements du début avec la pétition initiale et un site en construction… perpétuelle. Le mouvement grandit si vite que parfois on se dit qu'il faudrait rationaliser tout ça, mais déjà il faut passer à l'étape suivante ! Donc l'étape suivante, que nous avions anticipée (youpi, on s'envoie des fleurs!) c'est les réunions locales. Depuis la proclamation des résultats, fleurissent sur la plateforme des groupes locaux qui veulent s'organiser autour des nouveaux/elles élu.e.s, pour les charger de recommandations, propositions, mandats, afin que l'élection et la représentation aient pleinement leurs sens, c'est-à-dire des élu.e.s représentant effectivement celles et ceux qui les ont mandaté.e.s, et non pas en les déliant de toute obligation sitôt l'élection terminée.

Pour ce faire, a été mis au point un outil de réunion que l'on peut trouver ici. Pour proposer une réunion publiquement, c'est là, et pour voir les réunions existantes, c'est là ! C'est le moment de s'en emparer !

 f60.jpg?b0b72f

L'assemblée représentative se réunira physiquement quand le mouvement en aura les moyens ! La publication des comptes bancaires est pour bientôt, afin que chacun puisse vérifier à quoi sert ce qu'il donne. Il est hors de question que la participation à l'assemblée soit censitaire, c'est-à-dire qu'y participent seulement ceux qui en ont les moyens financiers. Donc le premier poste de dépenses pour la réunion de l'assemblée sera le remboursement des frais de transports des participants, calculez vite fait le prix que ça coûte… C'est pourquoi le mouvement a besoin de sous ! Si chacun donne 5€, sachant que nous sommes 83 154 signataires, ça fait 415 770€, de quoi financer fastoche la venue des signataires des DOM-TOM et de l'étranger ! Et si ceux qui ont un peu plus de moyens donnent un peu plus, anticipant que tout le monde ne voudra pas s'engager au point de donner de l'argent, on pourra facilement financer la réunion de l'assemblée, et d'autres projets que nous pourrions porter. Notre mouvement est aussi numérique donc pour les représentants qui n’auraient pas la possibilité de se déplacer, des solutions existent et seront mises en place si besoin est, mais le débat de vive voix est le meilleur moyen pour faire travailler cette belle assemblée !

M6R, et la politique à l'âge du numérique

Le pari du m6r, c'est de dire qu’un nouvel espace public de discussion politique existe, ce n'est plus la place publique, ce n'est plus l'usine, c'est internet : les réseaux sociaux, les blogs, les sites, les commentaires, etc. On parle sans doute plus de politique à un inconnu sur facebook qu'à son voisin de palier, ou son collègue de bureau, parce qu'on sait jamais si le chef n'écoute pas d'une oreille indiscrète.

C'est le pari initial, et il est largement gagné ! À titre indicatif, le PS aurait 60 000 adhérents à jour de cotisation, le m6r compte 83 523 signataires au moment où j'écris, c'est-à-dire qu'il est en train, parfaitement incognito, de dépasser le nombre d'adhérents que revendique le FN (et sans bénéficier du tapage médiatique permanent). L'UMP aurait plus de 268 000 adhérents, loin devant, mais aussi loin devant en moyens, en ancienneté, implantation, etc. Évidemment, ces chiffres correspondent à ce que les partis en question veulent bien communiquer de l'état de leurs forces, et le m6r de toute façon n'est pas un parti. Mais ça donne un ordre de grandeur ! Notre mouvement est l’expression même de la liberté des citoyen.ne.s, qui peuvent s’engager avec le degré qui leur correspond. Les uns préférant signer et recevoir les informations, les autres candidater et être un moteur des échanges sur NLP. Notre modernité repose sur la reconnaissance de notre diversité, de la richesse qu’elle représente et de savoir que la liberté des engagements de chacun s’exprime à différents niveaux, du signataire intéressé à l’informaticien bénévole dévoué.

112.jpg?b0b72f

L'engagement au m6r est plus facile, et moins « engageant » que prendre une carte et cotiser à un parti, et c'est très bien comme cela (que cela ne vous empêche pas de cotiser si vous en avez le moyens et que vous êtes volontaire, la location de serveurs a un coût!). C'est le gros avantage d'internet : rapide d'accès, 24h/24, et 7j/7 les discussions peuvent être riches et suivies par beaucoup plus de personnes que lors d'assemblée physiques, chacun peut prendre la « parole », même les timides.

Pour les personnes de ma génération, qui ont grandi avec l'évolution technologique, le fonctionnement de ces plateformes est complètement intuitif. Certes, Nous le Peuple a moins de fonctions que facebook, mais a l'immense avantage sur le géant états-unien de ne pas fonctionner sur de la pub, et de ne pas être un déserteur fiscal de compétition, donc l'un dans l'autre, je préfère Nous le Peuple. Et la plateforme correspond à ce dont nous avons besoin ! Mais pour les personnes de la génération de mes parents, c'est parfois plus compliqué, heureusement, les citoyen.ne.s investi.e.s sur la plateforme font preuve d'une immense gentillesse et patience en donnant à toutes celles et tous ceux qui posent des questions une grande aide et des réponses quant à l'emploi de telle ou telle fonction, ou manque d'information. Si bien que le problème est réglé rapidement. Merci à tout.e.s pour votre diligence et votre dévouement !

Donc pour les informations et leur circulation, oui, il y a de la place pour le progrès, mais chacun.e peut mettre la main à la patte en relayant ce qui lui paraît utile, et beaucoup le font déjà.

111.jpg?b0b72f

A toutes fins utiles, pour le m6r, vous pouvez trouver des informations :

- sur le site lui-même, particulièrement la rubrique actu.

- sur Nous le Peuple, le post épinglé en une reprend les actualités. C'est là que vous pouvez poser une question publique, et les internautes vont répondre, mais pour cela il faut s'inscrire. Si vous voulez poser une question particulière, écrivez à contact@m6r.fr.

- sur la page facebook, souvent actualisée, et le compte twitter officiels. Il existe d'autres groupes, attention, vous connaissez la règle, sur internet, chacun.e peut créer un groupe et se revendiquer de ce qu'il lui plaît, de nombreux groupes fleurissent, discutent, et c'est une vitalité réjouissante, mais, car il y a un mais, chacun raconte ce qu'il veut, souvent c'est vrai et authentique, mais ça peut aussi bien être n'importe quoi. Donc vérifiez les infos un tout petit peu ;-)

- Le blog de Jean-Luc Mélenchon, qui est à l'initiative du m6r, fait souvent état de l'avancée du m6r, notamment , ou . Il remet le mouvement dans sa perspective historique et politique. Le plus fort, c’est qu’il est lui-même impressionné par tout ce qui est fait au M6R !

- Ce modeste blog, mais j'écris quand je peux, c'est-à-dire pas souvent. Pourquoi un blog médiapart ? J'avais le vague espoir que le site hébergeur remarque le m6r, apparemment ce n'est pas encore le cas, mais si vous voulez y participer, et si vous trouvez ce blog utile, vous pouvez toujours en recommander les articles (il faut être abonné.e pour cela), et peut-être qu'à terme il accédera au statut enviable de « recommandé par les lecteurs » !

 

L'impatience dans l'attente d'une réponse…. et un peu d'indulgence !

Quelque chose ne marche pas, vous prenez votre clavier et écrivez à contact@m6r.fr, c'est là qu'on pourra vous aider ! Si vous avez un problème, dans la mesure du possible, soyez précis, si cela concerne NouslePeuple, précisez votre nom de citoyen et / ou le mail avec lequel vous vous êtes inscrit.e, ça évitera de faire perdre à la personne un temps précieux en jeux de pistes pour savoir à quel profil correspond la demande. Sauf que… nous recevons en moyenne 40 mails par jour, et les jours de grande affluence, un centaine, voire plus. Rien que ce dimanche 15 mars, dernier jour pour voter, nous avons répondu à 150 mails, de 7h30 du matin à minuit !

La plupart des mails sont techniques, précis, polis, concis, et peuvent être traités rapidement. D'autres, bon… vous n'imaginez pas ce qu'on reçoit parfois.


109.jpg?b0b72f

Pour toutes les personnes de bonne volonté qui me lisent, et qui peuvent être gagnées à juste titre par l'impatience au bout de la quatrième demande de réinitialisation de mot de passe qui ne permet toujours pas de se connecter, pas de panique, ça peut se régler en deux minutes ! Envoyez simplement un mail ! Un bénévole vous répondra dans les meilleurs délais. Dans la plupart des cas, vous n'avez pas, ou vous n'avez pas pu valider votre adresse mail. À quoi sert cette validation ? La quasi totalité des sites qui proposent un espace personnalisé le demandent, c'est simplement pour vérifier qu'on peut bien vous recontacter à nouveau, qu'il y a bien une personne physique en face de l'écran, non un robot, que vous ne vous êtes pas trompé.e en rentrant cette adresse (combien de fois la connexion est impossible parce qu'il y a un @fmail.fr ou @orangr.fr !). Dans les 9/10ème des cas, il n'y a pas de « bug », ou de volonté machiavelique de vous bloquer vous spécifiquement parce que la technologie vous hait et veut vous censurer, simplement une mauvaise utilisation de la plateforme, ou une bête erreur de frappe.

Je précise un bénévole, car au m6r, il n'y ni centre d'appel au Maroc ou ailleurs, ni robotisation, ni voix automatique ! Je connais la tentation d'insulter les robots, d'ailleurs je ne me prive pas de le faire chaque fois que la voix automatisée du péage vers chez moi me rackette d'1€20 pour passer sur l'autoroute. Mais là, ce sont de vrais gens qui lisent tous les messages :-) Donc des vrais gens, ça dort de temps en temps (sisi !), ça peut avoir un emploi salarié pour gagner sa vie – les rentiers engagés au m6r doivent être rares – , ça peut avoir autre chose à faire que de répondre à des mails à la minute, une vie personnelle par exemple, une famille. Bref, je ne vais pas refaire le topo complet, mais c'est juste pour dire, on fait ce qu'on peut, et c'est énorme.

Chaque fois que vous recevez un message, il vient de nos petits doigts et nos petits claviers… Tenez, rien que les newsletter, ça prend des heures et des HEURES à tout coder et mettre en forme ! C'est un travail fastidieux et pénible. On n'envoie pas une newsletter à 80 000 personnes comme on envoie un simple mail à son pote !

108.jpg?b0b72f

J'ai déjà un peu parlé par ici de qui nous sommes et des conditions dans lesquelles se fait la participation bénévole au m6r. Je dis « nous » par commodité, car je ne suis pas sûre de bien savoir qui cela désigne, à part l'ensemble imprécis de personnes ayant proposé leur aide au m6r, et accomplissant une tâche ponctuelle ou récurrente. Je ne pousserai pas la transparence jusqu'à donner noms, prénoms, numéro de sécurité sociale, etc., comme c'est parfois réclamé avec une insistance aussi spectaculaire qu'inutile, c'est juste hors de question. Chaque citoyen.ne anonyme a le droit au respect de son anonymat, et s'il/elle souhaite le garder, personne n'a à le/la forcer à se dévoiler sur internet. Et beaucoup ne peuvent pas donner leur identité pour des raisons professionnelles. 

L'anonymat sur internet

Ce qui m'amène à la question de l'anonymat sur internet, qui concerne tant la modeste auteure de ces lignes que n'importe lequel/laquelle des candidat.e.s à l'assemblée représentative, ou simple contributeur/trice sur la plateforme Nous le Peuple (NLP = Nous le Peuple). J'en parle surtout parce qu'il y a nombre d'articles sur la plateforme de citoyen.ne.s qui affirment qu'ils refusent tout net de voter pour un pseudo, que c'est une mascarade de démocratie, qu'ils votent seulement pour des personnes bien identifiées, et qu'il est impensable de voter pour Francoispedalo-75 ou Cornetàpiston18, parce que le pseudo est ridicule (je viens d'inventer ces pseudos, j'espère que personne ne les a pris :-s ). Certains pseudos correspondent l'état civil, d'autres masquent tout ou partie de l'identité de la personne qui détient le compte.

La méfiance vis-à-vis des pseudos est logique et parfaitement légitime. Un scrutin est efficace seulement si les votants sont en mesure de faire leurs choix de façon éclairée, c'est-à-dire avec tous les éléments pour comprendre en main. Cela n'est pas le cas s'il y a des pseudos, et si on vote pour des personnes qu'on ne connaît pas.

D'un autre côté, je me permets d'attirer l'attention de ceux qui sont tentés d'utiliser cet argument pour ne pas voter sur les considérations suivantes : d'abord, j'en ai déjà parlé ici, et surtout là, les élections que nous organisons au m6r sont inédites en tant qu'elle mobilisent autant de candidatures citoyennes ! Alors que les personnes se présentent sous leur vrai nom, ou sur un pseudo, ça ne changerait pas grand-chose aux renseignements que ça donnerait aux votants. Dans la plupart des cas, les personnes ont peut-être eu leur nom dans la presse pour un exploit sportif à 12 ans ou une participation à une pièce du théâtre au lycée, et c'est fini. La plupart d'entre nous, et ceux qui utilisent des pseudos, ne sont pas de personnes publiques, donc état civil publié ou pas, nous sommes de parfait.e.s inconnu.e.s. En revanche, nous devons tous prendre en compte le fait qu'un nom publié sur internet et diaboliquement facilement retrouvable : une recherche google, et hop ! Des tas d'informations personnelles, et dont on aimerait qu'elles soient confidentielles apparaissent. Alors si c'est juste une remise de prix d'un concours de pétanque, ou la fameuse pièce du lycée, c'est pas trop grave. En revanche, dévoiler un engagement politique publiquement est un choix qui doit être mûrement réfléchi.

On a tous vu des reportages à la télé où des employeurs retrouvaient sur facebook des photos de soirées un peu arrosées des candidats à un poste, ce qui les excluait du recrutement. On peut dire que ces candidats pourraient mieux gérer leurs paramètres de sécurité et que c'est tant pis pour eux. Il n'empêche que cette pratique existe, et que ça peut en dissuader plus d'un de mettre son nom, simplement son nom, publiquement sur un site internet politique, surtout un site tel que le m6r.fr. Nul doute qu'un engagement à l'UMP ou au PS ne susciterait pas ce genre de craintes. Nous vivons à une époque de crise économique, où les travailleurs/euses seraient presque sommé.e.s de remercier leurs patron.ne.s de bien vouloir leur donner du travail...

avenir%20en%20main.jpg?b0b72f

Donc merci pour tous les conseils de transparence, mais rien que pour les précaires, chômeurs/euses, étudiant.e.s, et tou.te.s les galérien.ne.s de la vie moderne, acceptons cette sécurité de l'anonymat sur internet pour tous. Il ne serait pas acceptable qu'au m6r, les seuls qui puissent se présenter en toute sécurité soient les retraité.e.s et les fonctionnaires ! (et encore, certains fonctionnaires ont le devoir de réserve sur certains sujets) Avec extension à celles et ceux dont l'emploi est protégé, et celles et ceux qui sont déjà tellement en galère que rien ne peut empirer leur situation (mais qui ont en général autre chose à faire que de se présenter à des élections). Non, pour les gens normaux, ne pas avoir son nom publié quelque part où on ne le souhaite pas, c'est un droit, c'est de la vie privée.

Alors vous allez me dire, oui, mais un engagement politique, c'est public, on n'a pas à se cacher. Certes pas, mais de là à proclamer son nom ouvertement, peut-être pas. Ou pas de façon obligatoire. Et si on ne veut pas dévoiler son nom, on n'a qu'à pas se présenter ! Certes, mais on retomberait dans l'écueil de l'élection censitaire par la situation sociale, pas franchement le but du m6r. Certains réclament état civil complet, profession, date de naissance, et j'en passe sans doute. Ça se discute évidemment, mais pour ma part je ne considère pas que cela soit exigible pour les raisons que je viens d'évoquer. Pour certains professions rares, rien que le prénom, la profession et la ville suffisent à identifier une personne ! Je ne vais pas donner aux autres des conseils que je ne m'applique pas, je choisis d'écrire sous pseudonyme, pour des raisons qui me regardent et dont je suis seule et unique juge, et j'estime que pour moi, comme pour n'importe qui dans la même situation, c'est là la fin de la discussion.

 

Prochain épisode : oui parce que ce billet commence à être long, je reviendrai dans ma prochaine note sur les questions de parité dont j'ai déjà parlé un peu, desquels il me semble qu'il faut reparler, au vu de certaines réactions à l'exigence de parité qui a été posée pour l'assemblée représentative.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.