M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

292 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2022

Les Œufs funestes, chapitre XII (Mikhaïl Boulgakov)

La fin de la nouvelle. Pour obtenir une avance, qu'il réclamait par téléphone à la fin de 1924 et qu'un rédacteur de l'Almanach Niedra hésitait à lui accordait, Boulgakov improvisa une autre fin, décrivant l'évacuation de Moscou sur laquelle marchait une armée de boas géants ! (note trouvée dans la préface de Françoise Flamant à l'édition en Folio bilingue)

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LE DIEU GEL ENTRE EN SCÈNE1

     Dans la nuit du 19 au 20 août 1928, un gel inouï s’abattit, les vieux habitants n’avaient jamais rien vu de tel. Atteignant moins 18, il se prolongea quarante-huit heures. Exaspérée, Moscou boucla portes et fenêtres. La population comprit seulement à la fin du troisième jour que le gel avait sauvé la capitale et les espaces immenses dépendant d’elle et que le terrible malheur de 1928 avait frappés. Du côté de Mojaïsk, la cavalerie, ayant perdu les trois quarts de ses effectifs, était près de succomber, et les escadrilles porteuses de gaz ne parvenaient pas à arrêter la progression des abominables reptiles en direction de Moscou, sur un demi-cercle partant de l’ouest, du sud-ouest et du sud.

     Ils furent asphyxiés par le gel. Les troupes répugnantes ne supportèrent pas ces quarante-huit heures par moins dix-huit, et, dans la suite de la décade, quand le gel eut pris fin, ne laissant qu’une humidité détrempant la terre et imprégnant l’air, ainsi qu’une verdure calcinée par le froid inattendu dans les arbres, il ne restait plus personne contre qui livrer bataille. Le malheur avait pris fin. Les forêts, les champs, les vastes marais regorgeaient encore d’œufs de couleurs variées, parfois couverts de dessins étranges, absolument inconnus, sortant d’un autre monde, ces dessins que Rokk – disparu sans laisser de traces – avait pris pour de la crotte ; mais ces œufs étaient parfaitement inoffensifs. Ils étaient morts, dans chacun d’eux l’embryon avait péri.

       D’immenses étendues de terrain connurent encore longtemps la putréfaction d ‘innombrables cadavres des crocodiles et des serpents que le mystérieux rayon né rue Herzen dans les yeux d’un génie avait appelés à la vie, mais ils étaient désormais sans danger ; les fragiles créatures des torrides et putrides marais tropicaux avaient succombé en deux jours, laissant sur l’étendue de trois provinces une décomposition, une pourriture et une puanteur effrayantes.

     Pendant longtemps eurent lieu des épidémies, les maladies étant dues aux cadavres de reptiles et d’humains, et l’armée manœuvra longtemps encore, mais plus équipée de gaz, cette fois, mais de matériel du génie, de citernes à pétrole et de tuyaux pour nettoyer le terrain. Le nettoyage eut bien lieu, et au printemps 1929, tout était fini2.

     Et, au printemps 1929, Moscou recommença à danser, à briller et à faire tournoyer ses lumières et, comme auparavant, les engins mécaniques recommencèrent à se mouvoir en chuintant ; au-dessus de la coupole chapeautant l’église du Christ, un croissant de lune pendait, comme accroché à un fil, et, à la place de l’Institut qui avait brûlé en août 1928, un nouveau palais de la zoologie avait été construit, que dirigeait le maître de conférences Ivanov, mais Persikov n’était plus. On ne voyait plus le crochet persuasif formé par le doigt replié, on n’entendait plus la voix grinçante eet coassante. Le monde parla longtemps encore du rayon et de la catastrophe de 1928, puis le nom du professeur Vladimir Ipatiévitch Persikov se couvrit de brume et s’éteignit, comme ce même  rayon rouge qu’il avait découvert une nuit d’avril. Rayon que l’on ne réussit pas à obtenir à nouveau, bien que l’élégant gentleman et désormais professeur en titre Piotr Stepanovitch Ivanov eût fait quelques essais. La foule en furie avait détruit la première chambre noire, la nuit où Persikov avait été tué. Les trois chambres noires du sovkhoze « Le Rayon rouge » de Nikolskoïé avaient brûlé lors de la première bataille entre une escadrille et les reptiles, et l’on ne réussit pas à les reconstituer. Si simple que fût la combinaison des lentilles avec la réflexion des rayons lumineux sur les miroirs, on échoua à la réaliser à nouveau, en dépit des efforts d’Ivanov. Il fallait visiblement pour cela, outre la science, quelque chose de spécial, un je-ne-sais quoi qu’un seul être au monde avait possédé : feu le professeur Vladimir Ipatitch Persikov.

Moscou, octobre 1924

Notes

  1. Il s’agit d’un « Deus ex machina » de théâtre. L’expression employée par l’auteur est un peu inhabituelle. Et, bien sûr, le subterfuge est artificiel, au moins à l’époque – de nos jours, le dérèglement climatique permet de tout envisager : l’auteur voulait en finir, on lui a reproché cette queue de poisson (ou de serpent) finale.
  2. On rappelle que ce texte fut écrit en 1924. L’année 1929 sera, historiquement, celle du Grand Tournant de l’industrialisation à marche forcée (c’est le cas de le dire) et de la collectivisation, débouchant sur Holodomor en Ukraine, les procès de Moscou et la Grande Terreur de 1937…

——————————————————

Répertoire général des traductions de ce blog :

https://blogs.mediapart.fr/m-tessier/blog/280418/deuxieme-repertoire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay