M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2020

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

L’Ezbiékieh (Nikolaï Goumiliov)

Voici un poème écrit par Goumiliov en 1917, alors qu'il tente de rejoindre — ou a déjà rejoint – le Corps expéditionnaire russe en France. Il y est question d'une femme – Akhmatova ? – et de suicide. Le poète était en effet suicidaire. En 1921, lorsque les bolcheviks l'accusèrent de comploter contre le régime, il ne se donna même pas la peine de se disculper...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Très courageux – il est même suicidaire –, le poète Nikolaï Goumiliov a été décoré pour sa bravoure au début de la Guerre. En 1917, il décide de gagner le front de Salonique en rejoignant le Corps expéditionnaire russe à Paris (https://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_exp%C3%A9ditionnaire_russe_en_France). Il passe par la Suède, la Norvège et l’Angleterre, où il fait la connaissance de Yeats et de Chesterton. Le poème qui suit a-t-il été rédigé à Londres ou à Paris ? Je l’ignore. Il y est question d’une femme qui tourmentait le poète, dix ans plus tôt. Là encore, incertitude. S’agit-il d’Anna Akhmatova, qui le tint à distance avant de l’épouser, finalement, en 1910 ? Pas sûr. Goumiliov tombait facilement amoureux, et il avait une passion pour l’Afrique…

L’Ezbiékieh

Que c’est étrange : dix ans juste se sont écoulés

Depuis que j’ai vu L’Ezbiékieh,

Ce grand jardin du Caire, que la pleine lune

Éclairait ce soir-là d’une lumière solennelle.

Une femme me tourmentait alors,

Et ni la fraîcheur du vent salé arrivant de la mer,

Ni le vacarme des marchés exotiques,

Rien ne pouvait m’apporter de consolation.

Je priais Dieu pour qu’il m’envoyât la mort,

Et j’étais prêt à la faire venir moi-même.

Mais ce jardin était en tout pareil

Aux bois sacrés du premier monde :

Les palmiers y levaient leurs frêles branches

Comme les jeunes filles vers qui Dieu descend,

Sur les collines, tels d’anciens druides,

Se pressaient les majestueux platanes,

Et la cascade blanchissait dans l’obscurité

Comme une licorne se cabrant ;

Les papillons de nuit voletaient

Au milieu des fleurs s’élevant en hauteur,

Ou au milieu des étoiles – car elles étaient si basses,

Ces étoiles pareilles au berbéris mûr.

Et je me souviens de m’être écrié : « Plus haute que le chagrin

Et plus profonde que la mort est la vie ! Accepte, Seigneur,

Le vœu que je fais librement : quoi qu’il arrive,

Quelles que soient les peines et les humiliations

Que me réserve peut-être le sort,

Je ne penserai pas à la mort légère

Avant d’être revenu, par un semblable clair de lune,

Sous les palmiers et les platanes de  L’Ezbiékieh. »

Que c’est étrange : dix ans juste se sont écoulés,

Et je ne peux m’empêcher de penser aux palmiers,

Aux platanes et à la cascade

Blanchissant comme une licorne dans l’obscurité.

Et je me retourne soudain, ayant entendu

Dans le hurlement du vent, dans le bruit que fait la rivière lointaine

Et dans l’effrayant silence de la nuit

Ce mot plein de mystère : L’Ezbiékieh.

Oui, seulement dix ans mais, pèlerin maussade,

Je dois de nouveau partir, je dois de nouveau voir

La mer, les nuages et les visages étrangers,

Tout ce qui ne me séduit plus,

Entrer dans ce jardin et y renouveler mon vœu

Ou dire que, l’ayant accompli,

Me voici désormais libre… 

1917

Le poème lu en russe :

https://audio-books.club/book.php?book=%D0%9F%D0%BE%D1%8D%D1%82%D1%8B+%D1%81%D0%B5%D1%80%D0%B5%D0%B1%D1%80%D1%8F%D0%BD%D0%BE%D0%B3%D0%BE+%D0%B2%D0%B5%D0%BA%D0%B0&ID=5597

Allez au n° 147 et poussez le son... 

Répertoire général des traductions de ce blog :

https://blogs.mediapart.fr/m-tessier/blog/280418/deuxieme-repertoire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost