M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2020

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Le Veau d'or (Ilf et Petrov), chapitre 6

Suite du feuilleton. Où l'on retrouve l'"Antilope-Gnou" et les quatre lascars en plein rallye...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chapitre 6

L’« Antilope-Gnou »

     Par saccades, la caisse verte s’était lancée avec ses quatre escrocs sur la route poussiéreuse.

     La voiture subissait la pression des forces naturelles comme un nageur au milieu d’une tempête. Une ornière venue à sa rencontre la déroutait subitement, un gros trou l’aspirait, elle était ballottée à droite et à gauche, et une poussière rougie par le crépuscule tombait en pluie sur elle.

     — Écoutez, l’étudiant, dit Ostap à l’adresse du nouveau passager qui s’était déjà remis de ses récentes émotions et siégeait, l’air insouciant, à côté du capitaine, comment avez-vous osé violer la convention de Soukhariev, ce traité respectable, entériné par le tribunal de la Société des Nations ?

     Panikovski fit mine de ne pas avoir entendu, et se tourna même de l’autre côté.

     — Et, plus généralement, vous avez les mains crochues, poursuivit Ostap. Nous venons d’être les témoins d’une scène abominable. Vous étiez poursuivi par des gens d’Arbatov à qui vous aviez volé une oie.

     — Des misérables, des riens du tout ! marmonna avec dépit Panikovski.

     — Ben voyons ! dit Ostap. Et vous, évidemment, vous êtes un médecin de campagne ? Un gentleman ? Alors écoutez : s’il vous vient à l’idée, en véritable gentleman, d’écrire sur vos manchettes, vous devrez écrire à la craie.

     — Et pourquoi ? demanda avec irritation le nouveau passager.

     — Parce qu’elles sont toutes noires. Ce ne serait pas de la crasse ?

     — Vous êtes un misérable, un rien du tout ! déclara vite Panikovski.

     — Vous me dites ça à moi, qui suis votre sauveur ? demanda gentiment Ostap. Adam Casimirovitch, arrêtez la voiture un instant. Merci. Choura, mon ami, rétablissez le statu quo, je vous prie.

     Balaganov ne comprit pas ce que signifiaient les mots « statu quo ». Mais le ton sur lequel ils avaient été prononcés le guida. Avec un mauvais sourire, il attrapa Panikovski sous les aisselles, le sortit de la voiture et le déposa sur la route.

     — Retournez à Arbatov, l’étudiant, dit sèchement Ostap. Les propriétaires de l’oie vous y attendent avec impatience. Et, étant nous-même des rustres, nous n’avons pas besoin de butors. En route.

     — Je ne le ferai plus ! implora Panikovski. Ce sont mes nerfs !

     — À genoux, dit Ostap.

     Panikovski mit tant d’empressement à tomber à genoux qu’on eût dit qu’on lui avait coupé les jambes.

     — Bien ! dit Ostap. Votre posture me satisfait. Vous êtes pris comme bonne à tout faire sous condition, jusqu’à votre premier manquement à la discipline.

     L’« Antilope-Gnou » reprit à son bord le rustre dompté et repartit en se balançant comme un corbillard.

     Une demi-heure plus tard, la voiture tourna pour s’engager sur la grand-route de Novozaïtsev et entra dans un bourg sans ralentir. Les gens s’étaient rassemblés près d’une maison en rondins sur le toit de laquelle s’élevait une antenne de radio noueuse et tordue. Un homme glabre sortit de la foule d’un air résolu. Il avait à la main une feuille de papier.

     « Camarades, cria-t-il d’un  ton sévère, notre séance solennelle est ouverte ! Permettez-moi, camarades, de tenir ces applaudissements… »

     Il avait visiblement préparé son discours et jetait déjà un coup d’œil à son papier mais, voyant que la voiture ne s’arrêtait pas, il raccourcit son laïus.

     « Rejoignez tous l’Association pour l’aménagement des routes ! dit-il précipitamment en regardant Ostap passer à sa hauteur. Mettons en route la production en série des automobiles soviétiques ! Le cheval de fer prend la relève de celui du paysan ! »

     Et, criant en direction de l’automobile qui s’éloignait, couvrant le brouhaha de félicitations partant de la foule, il plaça son dernier slogan :

     « L’automobile n’est pas un luxe, mais un moyen de transport ! »

     Tous les passagers de l’« Antilope », à l’exception d’Ostap, avaient ressenti quelque inquiétude en voyant cet accueil solennel. N’y comprenant rien, ils s’agitaient dans la voiture comme des petits moineaux dans leur nid. Panikovski, à qui, en général, déplaisaient les grands rassemblements de gens honnêtes, s’était craintivement accroupi, si bien que les villageois ne purent apercevoir que la calotte crasseuse de son chapeau de paille. Mais Ostap ne s’était nullement démonté. Ayant enlevé sa casquette à dessus blanc, il saluait dignement de la tête à droite et à gauche.

     « Améliorez les routes ! criait-il en guise d’adieu. Merci pour votre accueil ! »

     Et la voiture se retrouva à nouveau sur la route blanche qui fendait la vaste et paisible campagne.

     — Ils ne vont pas se mettre à notre poursuite ? demanda avec inquiétude Panikovski. C’était quoi, cette foule ? Qu’est-il arrivé ?

     — Tout simplement des gens qui n’avaient jamais vu d’automobile, dit Balaganov.

     — Suite de l’échange des impressions, observa Bender. Au tour du conducteur. Votre avis, Adam Casimirovitch ?

     Le chauffeur réfléchit, chassa au son de la matchiche un chien accouru bêtement sur la chaussée, puis émit l’hypothèse que la foule se fût rassemblée à l’occasion de la fête d’un saint local.

     — Il y a pas mal de fêtes de ce genre dans les villages, expliqua le conducteur de l’« Antilope ».

     — Oui, dit Ostap. Je me rends clairement compte, à présent, que je me retrouve en compagnie de gens incultes, en d’autres termes, de va-nu-pieds sans instruction. Ah, enfants, chers enfants du lieutenant Schmidt, pourquoi ne lisez-vous pas les journaux ? Il faut les lire. Ils sèment assez souvent le raisonnable, le bon et l’éternel.

     Ostap sortit de sa poche un numéro des Izviestia et lut à haute voix à l’équipage de l’« Antilope » un entrefilet au sujet de la course automobile Moscou-Kharkov-Moscou.

     — Nous nous trouvons à l’heure actuelle sur le trajet du rallye, dit-il, tout content de lui. Nous avons environ cent cinquante kilomètres d’avance sur la voiture de tête. Je suppose que vous comprenez ce que je veux dire ?

     Les sans-grade de l’« Antilope » gardèrent le silence. Panikovski déboutonna sa veste et gratta sa poitrine nue sous sa cravate de soie sale.

     — Ainsi, vous ne comprenez toujours pas ? Apparemment, il y a des cas où même la lecture des journaux n’apporte aucun secours. Hé bien, je vais vous expliquer plus en détail, bien que ce soit contre mes principes. Primo : les paysans ont pris l’« Antilope » pour la voiture de tête du rallye. Secundo : nous ne démentons aucunement, bien plus – nous allons prier toutes les organisations et toutes les personnes rencontrées de nous fournir leur assistance dans les règles, puisque nous sommes la voiture de tête. Tertio… D’ailleurs, les deux premiers points suffisent. Il est absolument clair que nous resterons en tête de la course un certain temps, à recueillir la crème et le meilleur de cette entreprise de haute culture.

     Le discours du Grand Combinateur fit une énorme impression. Kozlewicz jetait au capitaine des regards de chien fidèle. Balaganov fourrageait de ses deux mains dans ses mèches rousses en riant aux éclats. Panikovski, savourant à l’avance un gain obtenu sans risques, poussait des hourras.

     — Bon, assez d’émotions, dit Ostap. La lumière baisse, je déclare la soirée ouverte. Halte !

     L’auto s’arrêta et les Antilopiens fatigués en sortirent. Les grillons champêtres forgeaient leur petit bonheur dans les blés mûrissants. Les passagers s’étaient déjà assis en cercle au bord de la route, tandis que la vieille « Antilope » ne se refroidissait toujours pas : tantôt sa carrosserie faisait entendre un craquement, tantôt c’était le moteur qui émettait un tintement.

     Inexpérimenté, Panikovski alluma un tel feu de camp qu’on eût dit qu’un village entier brûlait. Avec des reniflements, le feu partait de tous les côtés. Pendant que les voyageurs se battaient avec la colonne de feu, Panikovski courut dans les champs, courbé en deux, et revint en tenant un concombre arqué tiède. Ostap le lui arracha promptement en disant :

     — Ne faites pas de la nourriture une religion.

     Après quoi, il mangea lui-même le concombre. Le saucisson emporté par le prudent Kozlewicz fournit de quoi souper, et l’on s’endormit sous les étoiles.

     — Bien monsieur, dit à l’aube Ostap à Kozlewicz, préparez-vous pour de bon. Une journée comme celle qui nous attend aujourd’hui, votre baquet mécanique n’en a jamais connu par le passé, et n’en connaîtra jamais plus à l’avenir.

     Balaganov s’empara d’un seau cylindrique portant l’inscription « Maternité d’Arbatov » et courut chercher de l’eau à la rivière.

     Adam Casimirovitch souleva le capot de la voiture en sifflotant, plongea les mains dans le moteur et se mit à fouiller dans ses entrailles de cuivre.

     Adossé à l’une des roues, Panikovski regardait tristement et sans cligner de l’œil le segment de soleil couleur de canneberge apparu au-dessus de l’horizon. Son visage apparut, tout ridé, celui d’un vieillard par maints détails : les poches sous les yeux, les veines où l’on voyait battre le pouls et les plaques rouge fraise. On voit ce genre de visage chez  un homme qui a mené une longue vie d’honnêteté, qui a des enfants adultes, boit le matin du café sain de marque « Pour l’estomac » et signe « L’Antéchrist » les billets qu’il écrit pour le journal mural de l’institution où il travaille.

     — Voulez-vous que je vous raconte comment vous allez mourir, Panikovski ? demanda Ostap à brûle-pourpoint.

     Le vieillard tressaillit et se détourna.

     — Alors voilà. Un jour, vous reviendrez dans votre chambre froide et déserte de l’hôtel « Marseille » (quelque part dans un chef-lieu de district où vous aura conduit votre métier), et vous vous sentirez mal. L’une de vos jambes sera paralysée. Affamé et non rasé, vous resterez allongé sur une couchette en bois, et personne ne viendra vous voir. Personne n’aura pitié de vous, Panikovski. Pour éviter les dépenses, vous n’avez pas eu d’enfants, et vous avez abandonné vos femmes. Vous souffrirez toute une semaine. Votre agonie sera affreuse. Vous mettrez longtemps à mourir et vous lasserez tout le monde. Vous ne serez pas encore tout à fait mort que le bureaucrate gérant l’hôtel écrira déjà au Comité de ville pour se faire livrer un cercueil gratuit… Quels sont votre prénom et votre patronyme ?

     — Mikhaïl Samuelévitch, répondit Panikovski, défait.

     — … un cercueil gratuit pour le citoyen M. S. Panikovski. Mais ne pleurez pas, vous tiendrez bien encore un an ou deux. Maintenant, au travail. Nous devons nous occuper du côté culturel et propagandiste de notre expédition.

     Ostap sortit de la voiture sa trousse de voyage d’obstétricien et la posa sur l’herbe.

     — Voici mon bras droit, dit le Grand Combinateur en donnant de petites tapes sur le flanc rebondi comme une saucisse de la trousse. Tout ce dont peut avoir besoin un élégant citoyen de mon âge et de mon envergure s’y trouve.

     Bender s’accroupit au-dessus de sa trousse comme un illusionniste chinois itinérant au-dessus de son sac magique, et se mit à en retirer différents choses l’une après l’autre. Il retira d’abord un brassard rouge avec dessus, en lettres d’or, le mot « Direction ». Il posa ensuite sur l’herbe une casquette de milicien aux armes de Kiev, quatre paquets de cartes ayant toutes le même dos et une liasse de documents porteurs de cachets ronds et violacés.

     L’équipage de l’« Antilope-Gnou » au grand complet regardait la trousse avec respect. De nouveau objets continuaient à en sortir.

     — Vous, mes pigeons, disait Ostap, je suis sûr que vous ne pouvez pas comprendre qu’un honnête pèlerin soviétique dans mon genre ne puisse se passer d’une blouse de docteur.

     Outre la blouse, la trousse contenait un stéthoscope.

     — Je ne suis pas chirurgien, observa Ostap. Je suis neuropathologue, je suis psychiatre. J’étudie l’âme de nos patients. Et, je me demande pourquoi, je tombe toujours sur des âmes complètement stupides.

     Apparurent ensuite, retirés de la trousse : un alphabet pour sourds-muets, des cartes postales de bienfaisance, des insignes émaillés et une affiche représentant Bender lui-même portant un pantalon à jambes bouffantes et un turban. L’affiche annonçait :

Le Pontife est arrivé

(Illustre brahmane et yogi de Bombay)

Le fils du Costaud

Le favori de Rabindranath Tagore

JOCHANAAN MAROUSSIDZÉ

(Artiste émérite de l’Union Soviétique)

Numéros à la Sherlock Holmes

Le fakir hindou. La poule invisible.

Les bougies de l’Atlandide. La tente de l’Enfer.

Le prophète Samuel répond aux questions du public.

Matérialisation des esprits et distribution d’éléphants.

De 50 kopecks à 2 roubles la place.

     Un turban sale et taché fit son apparition à la suite de l’affiche.

     — Ce divertissement, je m’en sers très rarement, dit Ostap. Figurez-vous que ce sont surtout les progressistes, les directeurs de clubs de cheminots par exemple, qui mordent à l’histoire du brahmane. C’est un boulot facile, mais répugnant. Moi, ça me dégoûte d’être le favori de Rabindranath Tagore. Quant au prophète Samuel, on lui pose toujours les mêmes questions : « Pourquoi ne trouve-t-on pas de beurre ? » ou bien : « Êtes-vous Juif ? »

     Ostap finit par trouver ce qu’il cherchait : une boîte en fer-blanc laquée renfermant de petits pots en porcelaine contenant de la peinture au miel, ainsi que de petits pinceaux.

     — Une voiture de tête, il faut la décorer avec au minimum un slogan, dit Ostap.

     Et, sur une longue bande de toile de coton jaunâtre, il peignit en marron, en lettres d’imprimerie :

AVEC LA COURSE AUTOMOBILE, NOUS PORTERONS UN COUP

AUX ROUTES DÉFONCÉES ET AU LAISSER-ALLER !

     La bannière fut attachée à deux bouts de bois au-dessus de la voiture. Dès que celle-ci démarra, la bannière se redressa sous l’effet du vent et prit un air si crâne qu’on ne pouvait plus douter qu’il fût indispensable de porter un grand coup, grâce à la course, aux routes défoncées, au laisser-aller et, en même temps,  peut-être même au bureaucratisme. Les passagers de l’« Antilope » se raffermirent dans leur dignité. Balaganov mit sur sa tignasse rousse une casquette qui traînait toujours dans sa poche. Panikovski retourna ses manchettes et les laissa dépasser de deux centimètres de ses manches. Kozlewicz se souciait davantage de son automobile que de lui-même. Il l’avait lavée à grande eau avant de repartir, et le soleil se mit à jouer sur les flancs irréguliers de l’« Antilope ». Clignant gaiement de l’œil, le capitaine asticotait ses compagnons.

     — Village à bâbord ! cria Balaganov, la main en visière. On s’arrête ?

     — Nous sommes suivis par cinq engins de première classe, dit Ostap. Nos plans ne prévoient pas de rendez-vous avec eux. Il nous faut écrémer au plus vite. C’est pourquoi je fixe à Oudoïev notre prochaine halte. C’est d’ailleurs dans cette ville que le fût de carburant doit nous attendre. En avant, Casimirovitch !

     — Faudra-t-il répondre aux souhaits de bienvenue ? demanda Panikovski, préoccupé.

     — En saluant de la tête et en souriant. N’ouvrez pas la bouche, autrement, Dieu sait ce que vous seriez capable de sortir.

     Le village fit bon accueil à la voiture de tête. Mais l’hospitalité habituelle prenait ici un tour étrange. Les gens avaient visiblement entendu dire que quelqu’un passerait, mais qui et dans quel but, ils n’en savaient rien. Du coup, à tout hasard, ils avaient ressorti toutes les maximes, tous les slogans des années précédentes. Le long de la grand-rue se tenaient des écoliers tenant des pancartes disparates et démodées : « Bienvenue à la Ligue du Temps et à son fondateur, le cher camarade Kerjentsev ! », « Les bourgeois ne nous font pas peur avec leur agitation, nous saurons répondre à l’ultimatum de Curzon ! », « Des crèches, s’il vous plaît, pour la survie de nos bébés ! »

     On voyait en outre une quantité de pancartes principalement rédigées en slavon et disant toutes : « Bienvenue ! »

     Tout cela défilait devant les voyageurs. Qui, cette fois, agitaient avec assurance leurs chapeaux. En dépit de l’interdiction, Panikovski ne put s’empêcher de sauter hors de la voiture pour crier de façon indistincte des salutations d’une grande inculture politique. Mais, avec le bruit du moteur et les cris de la foule, personne n’y comprit rien.

     — Hip, hip, hourra ! cria Ostap.

     Kozlewicz ouvrit le pot d’échappement, et la voiture lâcha une traîne de fumée bleue qui fit éternuer les chiens lancés à sa poursuite.

     — Où en est l’essence ? demanda Ostap. En avons-nous assez pour atteindre Oudoïev ? Ce n’est qu’à trente kilomètres d’ici. Et là-bas, on leur prendra tout.

     — Ça devrait suffire, répondit Kozlewicz d’un air dubitatif.

     — N’oubliez pas, dit Ostap avec un coup d’œil sévère à ses troupes, que je défends de marauder. Je ne tolérerai aucune violation de la loi. C’est moi qui commande la parade.

     Panikovski et Balaganov eurent l’air gêné.

     — Les habitants d’Oudoïev nous donneront eux-mêmes tout ce dont nous avons besoin. Faites de la place pour le pain et le sel.

     L’« Antilope » couvrit les trente kilomètres en une heure et demie. Kozlewicz se fit beaucoup de souci durant le dernier kilomètre, mettant les gaz et branlant du chef d’un air navré. Mais tous ses efforts, ainsi que les cris de charretier de Balaganov, furent vains. Le brillant finish qu’entrevoyait Adam Casimirovitch avorta faute d’essence. La voiture s’arrêta de façon honteuse au beau milieu de la rue, cent mètres avant l’estrade surélevée, décorée de guirlandes de branchages de conifères en l’honneur des automobilistes intrépides.

     Poussant de grands cris, la foule se précipita à la rencontre de la « Lorraine-Dietrich » venue de la nuit des temps. Les épines de la gloire s’enfoncèrent en un instant dans le noble front des voyageurs. Ils furent extraits sans façon du véhicule et secoués avec acharnement, comme des noyés qu'il fallait ramener à tout prix à la vie.

     Kozlewicz resta près de la voiture et l’on emmena tous les autres à l’estrade où l’on avait planifié un bref meeting de trois heures. Un jeune homme aux allures de chauffeur se fraya un chemin jusqu’à Ostap et lui demanda :

     — Où en sont les autres voitures ?

     — Elles ont pris du retard, répondit Ostap d’un air indifférent. Les crevaisons, les pièces qui cassent, l’enthousiasme de la population. Tout ça fait prendre du retard.

     — Vous êtes dans la voiture du capitaine ? Klieptounov est avec vous ?

     L’amateur de courses ne décollait pas d’Ostap.

     — J’ai retiré Klieptounov de la course, dit Ostap, mécontent.

     — Et le professeur Piéssotchnikov ? Dans la « Packard »?

     — Dans la « Packard ».

     — Et l’écrivaine Véra Cruz ? s’enquit avec curiosité le presque chauffeur. Elle, j’aimerais bien la voir ! Elle et le camarade Niéjinski. Il est aussi avec vous ?

     — La course m’a épuisé, vous savez, dit Ostap.

     — Et vous êtes en « Studebaker » ?

     — Vous pouvez considérer notre voiture comme une « Studebaker », dit hargneusement Ostap, mais jusqu’à maintenant, c’était une « Lorraine-Dietrich ». Vous êtes satisfait ?

     Mais le presque chauffeur ne l’était pas, satisfait.

     — Permettez, s’écria le jeune importun, mais il n’y a pas de « Lorraine-Dietrich » en course ! J’ai lu dans le journal qu’il y avait deux « Packard », deux « Fiat » et une « Studebaker ».

     — Allez vous faire foutre avec votre  « Studebaker » ! se mit à hurler Ostap. Qui est-ce, Studebaker ? C’est un parent à vous, Studebaker ? C’est votre papa, Studebaker ? Qu’est-ce que vous avez à coller aux gens ? On lui dit en bon russe que la « Studebaker » a été remplacée au dernier moment par une « Lorraine-Dietrich », et il continue ses salades ! « Studebaker » !

     Les officiels avaient depuis longtemps évacué le jeune homme qu’Ostap continuait à agiter les bras en marmonnant :

     «  Des connaisseurs ! Ce genre de connaisseurs, il faudrait les assommer ! Monsieur veut sa “ Studebaker” ! »

     Dans son discours de bienvenue, le président de la commission chargée d’accueillir les coureurs enchaîna tant de propositions subordonnées qu’il lui fallut plus d’une demi-heure pour s’en dépêtrer. Le capitaine de la course demeura fort inquiet tout ce temps-là. Il surveillait du haut de l’estrade les activités suspectes de Balaganov et de Panikovski, lesquels allaient et venaient dans la foule avec bien trop de vivacité. Bender les regardait avec des yeux terribles, signaux qui finirent par clouer sur place les enfants du lieutenant Schmidt.

     «  Je me réjouis, camarades, déclara Ostap dans son discours répondant à l’allocution du président, je me réjouis de troubler avec une trompe d’automobile le silence patriarcal de la ville d’Oudoïev. L’automobile, camarades, n’est pas un luxe mais un moyen de transport. Le cheval de fer prend la relève de celui du paysan ! Mettons en route la production en série des automobiles soviétiques ! Avec la course automobile, nous porterons un coup aux routes défoncées et au laisser-aller. J’en ai fini, camarades. Ayant au préalable mangé un morceau, nous poursuivrons notre long voyage. »

     Pendant que la foule entourant l’estrade écoutait, immobile, les paroles du capitaine, Kozlewicz déployait une grande activité. Il remplit le réservoir avec une essence qui, ainsi que l’avait annoncé Ostap, s’avéra extrêmement pure, mit sans se gêner de côté trois gros bidons de carburant, changea les chambres à air et les revêtements sur les quatre roues, fit main basse sur une pompe et même sur un cric. Ce faisant, il vida totalement tant la réserve que le dépôt opérationnel du secteur automobile d’Oudoïev.

     Le voyage jusqu’à Tchernomorsk était prêt, sur le plan de l’approvisionnement matériel. Certes, l’argent manquait. Mais cela n’inquiétait pas le capitaine. Les voyageurs avaient fait un excellent déjeuner à Oudoïev.

     — Il ne faut pas penser à l’argent de poche, dit Ostap. L’argent est épars sur la route, nous le ramasserons selon nos besoins.

     Entre l’antique cité d’Oudoïev, fondée en 794 et Tchernomorsk, fondée en 1794, il y avait mille ans de différence et elles étaient éloignées l’une de l’autre de mille kilomètres, sur des chemins de terre comme sur la chaussée de grandes routes.

      Différents personnages firent leur apparition, pendant ces mille années, sur cet axe reliant Oudoïev à la mer Noire.

     S’y déplacèrent des commis avec des marchandises de maisons de commerce byzantines. Sortant de la forêt bourdonnante venait à leur rencontre Rossignol-le-brigand, individu brutal portant un bonnet d’astrakan. Il s’emparait des marchandises et faisait périr les commis. Il arriva aussi à des conquérants d’emprunter cette route avec leurs troupes, et puis des paysans sur des charrettes, et aussi des pèlerins qui marchaient en chantant.

     La vie du pays changeait à chaque siècle. La façon de s’habiller se modifiait, les armes se perfectionnaient, les émeutes de la pomme de terre étaient réprimées. Les gens apprirent à se raser. Le premier ballon s’envola. Les jumeaux de fer – le bateau à vapeur et la locomotive à vapeur – furent inventés. Les automobiles se mirent à sonner de leur corne.

     Mais la route restait la même que du temps de Rossignol-le-brigand.

     Bosselée, enfouie sous les boues volcaniques ou couverte d’une poussière empoisonnée à l’instar d’une poudre contre les punaises, la route de la patrie s’étirait, passant les villages, les petites villes, les usines et les kolkhozes, elle s’étire comme un piège long de mille verstes. Sur les bas-côtés, dans l’herbe jaunissante et souillée, gisent des squelettes de charrettes et des automobiles épuisées, à l’agonie.

     Peut-être l’émigré, hébété à force de vendre des journaux au milieu des champs asphaltés de Paris, se souvient-il des chemins russes comme d’un charmant détail de son paysage natal : le croissant de lune se reflétant dans l’eau de la petite mare, la bruyante prière des grillons, le tintement du seau vide attaché à la télègue d’un paysan…

     Mais le croissant de lune a depuis longtemps reçu une autre affectation. Il pourra se refléter à la perfection sur le goudron de la chaussée. Les sirènes et les klaxons des autos  remplaceront la symphonie des seaux campagnards. Quant aux grillons, on pourra les écouter dans des réserves naturelles ; on y construira des tribunes et les citoyens, préparés par le discours préliminaire de quelque grillonologue chenu, pourront se repaître du chant de leurs insectes préférés.        

Notice synthétique

   L’Association pour l’aménagement des routes : le terme russe Avtodor désignait une sorte d’Automobile club, association de volontaires désireux de participer à l’amélioration des routes et au développement du transport automobile ; elle exista entre 1927 et 1935

     Le responsable qui, dans le village traversé, fait un laïus récite une batterie de slogans. Le cheval de fer désignait indifféremment l’automobile, le train ou le tracteur (note due à I. Chtcheglov). Ostap reprendra tranquillement les slogans en questions à Oudoïev, dans sa réponse à l’allocution du président…

     Merci pour votre accueil : merci est transcrit du français. À la différence de ses coéquipiers, Ostap utilise un vocabulaire à la fois gouailleur et précieux par moments, ce qui peut le rapprocher – outre le fait qu’il vole mais ne tue pas – d’Arsène Lupin.

     [Ils sèment assez souvent] « le raisonnable, le bon et l’éternel » : nouveau pastiche de Nekrassov – dans le poème « Aux semeurs » (note due à I. Chtcheglov).

     Rappel : les Izviestia, ce sont les Nouvelles.

     Déjà populaires avant la guerre, les rallyes automobiles reprirent à la fin des années vingt. On en profitait pour faire l’éducation politique des populations. Tout cela est parodié par nos deux auteurs, qui insistent sur l’arriération de la Russie profonde, remplie de gogos que l’on écrème (note due à I. Chtcheglov).

     Les grillons forgeaient leur petit bonheur : l’image est plus naturelle en russe, car le mot traduisant grillon est « le petit forgeron ».

     La colonne de feu : nouvelle réminiscence biblique : Exode 13, 21 (trouvé chez A. P).

     Bien monsieur : toujours simplement esquissé par la sifflante finale « s ». Ici, plaisamment.

     Jochanaan : Jean-Baptiste… https://fr.wikipedia.org/wiki/Salome_(op%C3%A9ra)

     À propos de l’invraisemblable affiche : le charlatanisme à base d’hindouisme et d’occultisme en tout genre était très développé dans les années vingt, sans doute encouragé par les autorités en tant que substitut à la foi orthodoxe. Ostap satisfait tous les goûts possibles. R. Tagore se fait épingler pour son admiration béate de la Russie soviétique, qu’il avait visitée en 1930 (note trouvée chez A. Préchac).

     Les pancartes qui datent et alignent tous les slogans possibles, dans le deuxième village traversé, témoignent du retard de la campagne sur la ville. Les journaux rapportaient que certains villageois ne connaissaient pas le sens des lettres URSS et confondaient  Kalinine avec Dénikine, ignorant même celui de Staline ! (note due à I.Ch.)

     Sur l’état des routes : à peine 1 % du kilométrage total des routes portait un revêtement dur, d’après les journaux de l’époque (note trouvée chez A. Préchac). 

     À propos de la « Ligue du temps » : c’était une association visant à la rationalisation du travail sur le modèle du fordisme-taylorisme, fondée par Kerjentsev, active entre 1923 et 1925 (note d’A. Préchac). Complément :

https://www.cairn.info/revue-diogene-2001-2-page-108.htm

     Sur Lord Curzon : https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Curzon

     Rappel : le slavon est l’ancienne langue ecclésiastique, issue du vieux-slave et toujours utilisée dans la liturgie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Slavon_d%27%C3%A9glise

     Il est possible que la petite ville d’Odoïev, dans la région de Toula, ait servi de modèle à celle, imaginaire, d’Oudoïev. Quant à Tchernomorsk, « fondée en 1794 », il s’agit bien d’Odessa :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Odessa

     À propos des « émeutes de la pomme de terre » :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89meutes_des_pommes_de_terre_(Russie)

     Signalons enfin que les trois derniers paragraphes du chapitre ont été rajoutés pour l’édition en volume, ils n’étaient pas dans le feuilleton. Il y a même une allusion à la Punaise de Maïakovski (note trouvée chez A. Préchac). J’ai conservé l’allusion en traduisant « poudre contre les punaises » ce qu’on traduit ordinairement par : « une poudre insecticide ».

Répertoire général des traductions de ce blog :

https://blogs.mediapart.fr/m-tessier/blog/280418/deuxieme-repertoire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda