Le Veau d'or (Ilf et Petrov), chapitre 8

Les habits neufs de l'"Antilope". Les cauchemars d'un monarchiste. La peinture aux graminées.

Chapitre 8

Une crise de genre

 

     À plus de trois heures du matin, l’ « Antilope » traquée s’arrêta au bord d’un ravin. En contrebas se trouvait une ville aux contours nets comme ceux d’un gâteau posé sur une assiette. Des vapeurs matinales de diverses couleurs flottaient au-dessus. Des craquements à peine perceptibles et de très légers sifflements parvenaient aux Antilopiens descendus de voiture. Sûrement les habitants qui ronflaient. Une forêt dentelée parvenait aux abords mêmes de la ville. La route y descendait en faisant des lacets.

     — Voilà une vallée paradisiaque, dit Ostap. Il est agréable de mettre à sac ce genre de ville au petit matin, avant que le soleil ne tape. C’est moins fatigant.

     — C’est justement le petit matin, fit remarquer Panikovski en regardant le capitaine d’un air obséquieux.

     — Silence, les Apaches ! s’écria Ostap. En voilà un vieillard remuant ! On plaisante, il ne comprend pas.

     — Que fait-on de l’ « Antilope » ? demanda Kozlewicz.

     — En effet, dit Ostap, on ne peut plus maintenant descendre en ville à bord de ce baquet vert. On nous arrêterait. Il va nous falloir emprunter la voie des pays les plus avancés. À Rio de Janeiro, par exemple, on repeint d’une autre couleur les automobiles volées. Cela pour un motif purement humanitaire – dans le but que le propriétaire précédent  ne s’afflige pas en voyant un étranger conduire sa voiture. L’ « Antilope » a acquis une réputation sulfureuse, elle a besoin d’un signe de croix.

     On prit la décision d’aller en ville à pied et de s’y procurer de la peinture ; quant à la voiture, on lui trouverait un abri sûr en dehors de la ville.

     Ostap descendit rapidement dans le ravin par la route et aperçut bientôt une bicoque en rondins, de guingois et aux petites fenêtres scintillant d’un bleu de rivière. Une remise, derrière la maisonnette, semblait un bon endroit pour cacher l’ »Antilope ».

     Pendant que le Grand Combinateur réfléchissait au meilleur prétexte permettant de s’introduire dans la bicoque et de sympathiser avec ses occupants, la porte s’ouvrit et un monsieur respectable en caleçon de soldat à boutons métalliques noirs sortit vivement sur le perron. Des favoris blancs très corrects se voyaient sur ses joues d’une pâleur de paraffine. Ce genre de physionomie eût paru fort commune à la fin du siècle dernier. La plupart des hommes, à cette époque, arboraient ce genre d’ornementation pileuse réglementaire, la marque d’un bon sujet, bien soumis. Mais, à présent que ces favoris ne s’étalaient plus au-dessus d’un uniforme bleu foncé, pas plus qu’ils ne côtoyaient une décoration civile sur un ruban de moire ou les pattes de col ornées d’étoiles dorées d’un conseiller secret, ce visage n’avait plus l’air naturel.

     — Oh, Seigneur, marmotta l’habitant de la maisonnette en rondins en tendant les bras vers le soleil levant – Dieu, oh Dieu ! Toujours les mêmes rêves ! Les mêmes rêves !

     S’étant ainsi lamenté, le vieil homme se mit à pleurer et à courir en traînant les pieds sur un sentier faisant le tour de la maison. Il fit fuir un coq fort ordinaire, qui s’apprêtait à chanter pour la troisième fois et s’était mis pour cela au milieu de la cour ; dans son emportement, le coq fit quelques pas précipités et perdit même une plume, mais il se ressaisit bientôt, sauta sur la clôture d’osier tressé et, depuis cette position sûre, informa le monde que c’était le matin. Sa voix se ressentait toutefois de l’émotion causée par le comportement indigne du maître des lieux.

     « Ces maudits rêves » – la voix du vieillard parvint à Ostap.

     Bender examinait attentivement l’étrange personnage, dont les favoris ne se voyaient plus maintenant que sur la figure ministérielle de quelque portier de conservatoire.

     Entretemps, le monsieur étrange, ayant achevé de faire le tour, réapparut près du perron. Il ralentit alors et disparut dans la bicoque avec ces mots : « Je vais faire encore un essai. »

     « J’aime les vieillards, murmura Ostap. Avec eux, on ne s’ennuie jamais. Attendons donc le résultat de cet essai mystérieux. »

     Ostap n’eut pas longtemps à attendre. Un gémissement lamentable se fit entendre, en provenance de la maisonnette, et le vieillard ressortit sur le perron, se mouvant à reculons comme Boris Godounov au dernier acte de l’opéra de Moussorgski.

     — Retire-toi de moi ! Arrière ! s’écria-t-il d’une voix dont les intonations rappelaient Chaliapine. Toujours le même rêve ! A-a-a !

     Il se retourna et, trébuchant, entravé par ses propres jambes, se dirigea droit sur Ostap. Trouvant que le moment était venu d’agir, le Grand Combinateur sortit de derrière son arbre et serra dans une solide étreinte l’homme aux favoris.

     — Quoi ? Qui est-ce ? Qu’est-ce que c’est ? Quoi ? cria le vieillard en émoi.

     Ostap desserra prudemment son étreinte, prit la main du vieil homme et la secoua cordialement.

     — Je compatis ! s’exclama-t-il.

     — C’est la vérité ? demanda le maître de la bicoque en se serrant contre l’épaule de Bender.

     — Bien sûr que c’est la vérité, répondit Ostap. Moi-même, je fais souvent des rêves.

     — Et de quoi rêvez-vous ?

     — De différentes choses.

     — Mais encore ?

     — De choses et d’autres. C’est mélangé. Ce qu’on appelle dans le journal « De partout, à propos de tout » ou « Panorama du monde ». Par exemple, j’ai rêvé avant-hier des funérailles du mikado, et hier du jubilé de la brigade des pompiers de la rue Souchtchevskaïa.

     — Dieu ! dit le vieillard. Dieu ! Quel heureux homme vous êtes ! Quel heureux homme ! Dites-moi, il ne vous est jamais arrivé de rêver d’un Gouverneur général ou même… d’un ministre impérial ?

     Bender ne fit pas de difficultés.

     — Si fait, dit-il gaiement. Comment donc. D’un Gouverneur général. Vendredi dernier. J’en ai rêvé toute la nuit.  Et je me souviens qu’il y avait à côté de lui le chef de la police en pantalon bouffant à broderies.

     — Ah, que c’est bien ! dit le vieil homme. Et n’auriez-vous pas rêvé de la visite que fit Sa Majesté l’Empereur à Kostroma ?

     — À Kostroma ? Si, j’ai fait ce rêve. Attendez, c’était quand ?… Oui, c’est cela, le trois février de cette année. Sa Majesté l’Empereur et à ses côtés, je me rappelle, se tenait le comte Frederiks, vous savez, le ministre de la Cour impériale.

     — Ah, Seigneur mon Dieu ! fit le vieil homme tout ému. Mais pourquoi restons-nous là ? Entrez, je vous prie. Excusez-moi, vous n’êtes pas socialiste ? Vous n’êtes pas membre du Parti ?

     — Que dites-vous là ? dit Ostap avec bonhommie. Moi, membre du Parti ? Je suis un monarchiste sans-parti. Un serviteur du tsar et le père de mes soldats. En gros, levez-vous, mes faucons, devenez des aigles, assez de chagrin…

     — Du thé, ne prendrez-vous pas une tasse de thé ? bredouilla le vieillard en poussant Bender vers l’entrée.

     Outre l’entrée, la bicoque ne contenait qu’une seule pièce. Aux murs étaient accrochés des portraits de messieurs en redingotes d’uniforme civil. À en juger d’après leurs pattes de col, ces messieurs avaient autrefois servi au Ministère de l’Instruction publique. Le lit était en désordre et témoignait du fait que le maître des lieux y passait les heures les plus agitées de sa vie.

     — Cela fait longtemps que vous menez une telle vie d’anachorète ? s’enquit Ostap.

     — Depuis le printemps, répondit le vieillard. Je m’appelle Khvorobiov. Je pensais commencer ici une nouvelle vie. Et qu’en est-il résulté ? Vous allez comprendre…

     Fiodor Nikititch Khvorobiov était monarchiste et haïssait le pouvoir soviétique, qu’il trouvait répugnant. Ancien recteur d’académie, il s’était retrouvé directeur local du secteur de méthodologie pédagogique du Proletkult. Ce qui lui inspirait du dégoût.

     Il n’était jamais arrivé, tant qu’il avait occupé ses fonctions, à comprendre le sens du mot « Proletkult », ce qui ne faisait qu’accroître son mépris pour ce terme. Il frissonnait de dégoût à la simple vue des membres de la section syndicale, de ses collègues et des visiteurs du secteur de méthodologie pédagogique.  Il avait pris en grippe le mot « secteur ». Oh, ce secteur ! Fiodor Nikititch prisait tout ce qui était élégant, notamment la géométrie, et il n’aurait jamais imaginé que, de cette belle notion mathématique, désignant une portion de disque, l’on pût faire quelque chose d’aussi trivial.

     À son travail, Khvorobiov avait de nombreuses raisons d’être furieux : les réunions, les journaux muraux, les campagnes pour les emprunts. Même chez lui, son âme fière ne pouvait trouver la quiétude : là où il habitait, il y avait aussi des réunions, des journaux muraux et des campagnes pour les emprunts. Les gens qu’il côtoyait ne parlaient que de choses à ses yeux d’une parfaite goujaterie : de leur traitement , qu’ils appelaient leur paye, du « mois d’aide à l’enfance » et de la signification sociale de la pièce Le train blindé.

     Il n’y avait nulle part moyen d’échapper au régime soviétique. Lorsque, tout affligé, Khvorobiov déambulait par les rues de la ville, des phrases odieuses lui parvenaient de la foule des promeneurs :

     « … Nous avons alors voté son exclusion de l’équipe de direction… »

     « … Pour ce qui est de votre Commission de contrôle, je lui ai dit, il y a aussi la Chambre de conciliation… »

     Et, regardant tristement les affiches appelant les citoyens à atteindre en quatre ans les objectifs du Plan quinquennal, Khvorobiov répétait, exaspéré :

     « Exclure ! De l’équipe ! Chambre de conciliation ! En quatre ans ! Pouvoir de brutes ! »

     Lorsque le secteur de méthodologie pédagogique passa à la semaine continue et que les jours de repos de Khvorobiov ne furent plus les dimanches mais des jours cinquièmes indiqués en violets, le dégoût lui fit solliciter et obtenir son départ à la retraite, et il s’en alla vivre loin au-delà des limites de la ville. Il le fit pour échapper au nouveau régime qui s’était rendu maître de sa vie et l’avait privé de repos.

      Le monarchiste solitaire demeurait assis des journées entières au-dessus du ravin et, regardant la ville, s’efforçait de penser à des choses agréables comme le Te Deum à l’occasion  de la fête du saint patron de tel ou tel membre de la famille impériale, les examens au lycée, les gens de sa famille ayant travaillé au ministère de l’Instruction publique. Mais, à sa grande surprise, ses pensées revenaient aussitôt au monde soviétique, à des choses désagréables, donc.

     « Que se passe-t-il à présent, dans ce maudit Proletkult ? » se demandait-il.

     Après le Proletkult, il se souvenait d’épisodes absolument révoltants comme les manifestations commémorant le premier mai ou les journées d’octobre, les soirées familiales au club des travailleurs, avec cours politique et bière, le budget semestriel du secteur de méthodologie pédagogique.

     « Le pouvoir soviétique m’a tout enlevé, se disait l’ancien recteur d’académie, mon rang, mes décorations, le respect que l’on me portait et l’argent que j’avais à la banque. Il a même modifié mes pensées. Mais il y a un domaine où les bolcheviks ne peuvent pénétrer, celui des rêves que Dieu envoie à l’homme. La nuit m'apportera la paix. Je verrai dans mes rêves ce que j’ai plaisir à voir. »

     La toute première nuit qui suivit, Dieu envoya un rêve affreux à Fiodor Nikititch. Il se vit assis dans le couloir d’un service administratif, éclairé par une lampe à pétrole. Il savait qu’on allait, d’un instant à l’autre, l’exclure de l’équipe de direction. Une porte métallique s’ouvrit brusquement, laissant passer des employés qui criaient : « Il faut accroître le fardeau de Khvorobiov ! » Il voulait s’enfuir, mais rien à faire.

     Fiodor Nikititch se réveilla au milieu de la nuit. Il adressa une prière à Dieu, lui expliquant qu’il s’était visiblement produit une fâcheuse méprise, et que ce rêve, destiné à un responsable, peut-être même à un membre du Parti, n’était pas parvenu à la bonne adresse. Lui, Khvorobiov, désirait, pour commencer, voir en rêve le tsar sortir de la cathédrale de la Dormition.

     Rassuré, il se rendormit mais, au lieu du visage du monarque adoré, il vit aussitôt celui du camarade Sourjilov, président de la section syndicale.

     Et ainsi, chaque nuit, méthodiquement et de façon incompréhensible, Fiodor Nikititch était visité par les mêmes rêves soviétiques déjà subis. Il rêvait des cotisations, des journaux muraux, du sovkhoze « Le Géant », de l’inauguration de la première cuisine industrielle, du président de la Société des Amis de la crémation et des vols soviétiques au long cours.

     Le monarchiste pleurait dans son sommeil. Il n’avait pas envie de voir les  Amis de la crémation. Il voulait voir le député d’extrême-droite  à la Douma, Pourichkiévitch, le patriarche Tikhone, le gouverneur de la ville de Ialta, Doumbadzé, ou à tout le moins un simple inspecteur des écoles. Mais rien à aire. Le régime soviétique avait même forcé la porte des rêves du monarchiste.

     — Toujours ces rêves, toujours les mêmes ! conclut Khvorobiov d’une voix remplie de larmes. Ces maudits rêves !

     — Vous êtes dans de sales draps, dit Ostap avec compassion, comme on dit, les conditions de l’existence déterminent la conscience. Puisque vous vivez en pays soviétique, vos rêves doivent aussi être soviétiques.

     — Pas une minute de répit, se plaignait Khvorobiov. Juste quelque chose, au moins. Je suis prêt à tout accepter. Que ce soit Milioukov au lieu de Pourichkiévitch. C’est tout de même un homme ayant fait des études supérieures, et il est monarchiste dans l’âme. Mais non ! Seulement ces antéchrists soviétiques.

     — Je vais vous aider, dit Ostap. Il m’est déjà arrivé de soigner des amis et des connaissances par la méthode de Freud. Le rêve en lui-même n’est rien. Ce qui compte, c’est d’éliminer la cause du rêve. La cause essentielle de vos rêves est l’existence du pouvoir soviétique. Mais je ne peux pas l’éliminer pour l’instant. Je suis trop pris, en ce moment. Voyez-vous, je suis un sportif en tournée, j’ai présentement une petite réparation à faire sur mon automobile, alors permettez-moi de la mettre dans votre remise. Et pour ce qui est de la cause de vos rêves, ne vous faites pas de bile. Je l’éliminerai à mon retour. Laissez-moi juste terminer la course.

     Abruti par ses pénibles rêves, le monarchiste s’empressa d’autoriser le gentil et compatissant jeune homme à utiliser sa remise. Il jeta un manteau sur sa chemise de nuit, mit des caoutchoucs à ses pieds nus et sortit dans la cour à la suite de Bender.

     — Je peux donc avoir de l’espoir ? demandait-il en trottinant derrière son hôte matinal.

     — N’en doutez pas, lui répondait négligemment le capitaine. Dès que c’en sera fini du pouvoir soviétique, vous vous sentirez tout de suite mieux. Vous verrez !

     Une demi-heure plus tard, l’ »Antilope » était dissimulée chez Khvorobiov, restant sous la surveillance de Kozlewicz et Panikovski. Bender et Balaganov allèrent en ville chercher de la peinture.

     S’acheminant vers le centre-ville, les frères de lait allaient à la rencontre du soleil.Des pigeons gris se promenaient sur les corniches des maisons. Aspergés d’eau, les trottoirs en bois étaient propres et frais

     Pour l’homme sans poids sur la conscience, c’est un plaisir de sortir de chez lui par une telle matinée, de s’arrêter quelques instants devant sa porte, de sortir de sa poche une boîte d’allumettes décorée d’un avion ayant une figue à la place de l’hélice, avec l’inscription « Réponse à Curzon », d’admirer un peu le paquet de cigarettes neuf avant d’en allumer une et d’effrayer, d’une fumée semblant venir d’un encensoir, une abeille à l’abdomen galonné d’or.

     Bender et Balaganov tombèrent sous le charme de la matinée, des rues propres et des pigeons ignorant l’appât du gain. Il leur sembla un moment n’avoir aucun poids sur la conscience, être aimé de tout le monde, ils se sentirent comme des fiancés allant retrouver leurs promises.

     Soudain, un homme avec un chevalet pliant et une boîte de peinture en bois poli dans les mains leur barra le passage. Il avait l’air extrêmement ému d’un homme venant de s’échapper en sautant par la fenêtre d’un bâtiment en feu, ayant seulement pu sauver son chevalet et sa boîte de peinture.

     — Excusez-moi, dit-il d’une voix sonore, le camarade Charnel-Baiser vient sans doute de passer ici à l’instant, vous ne l’avez pas rencontré ? Il n’est pas passé ici ?

     — Nous ne rencontrons jamais des gens pareils, dit grossièrement Balaganov.

     L’artiste heurta la poitrine de Bender, dit « pardon »  et s’élança plus loin.

     — Charnel-Baiser  ? bougonna le Grand Combinateur, qui n’avait pas encore déjeuné. J’ai connu une sage-femme qui s’appelait Méduse-Gorgone, et je n’en faisais pas tout un plat, je ne cavalais pas dans les rues en criant : « Vous n’auriez pas aperçu la citoyenne Méduse-Gorgone, par hasard ? Elle était dans le coin. » Voyez-vous ça !  Charnel-Baiser !

     Bender n’avait pas terminé sa tirade que lui sautaient dessus deux hommes avec des chevalets noirs et des coffrets à études en bois poli. Ils étaient différents à tout point de vue. L’un d’eux était visiblement convaincu qu’un artiste se devait d’être poilu, et l’abondance de sa pilosité faciale en faisait le substitut de Henri de Navarre en URSS. Sa moustache, ses boucles et sa barbiche donnaient beaucoup de mordant à son visage plat. L’autre était tout simplement chauve et sa tête était lisse et glissante comme un abat-jour en verre.

     — Le camarade Charnel… dit le substitut d’Henri de Navarre, hors d’haleine.

     — … Baiser, poursuivit l’abat-jour.

     — Vous ne l’avez pas vu ? cria Navarre.

     — Il doit se promener par ici, expliqua l’abat-jour.

     Bender écarta Balaganov qui ouvrait déjà la bouche pour émettre un juron et dit avec une politesse offensante :

     — Nous n’avons pas vu le camarade Charnel, mais si ledit camarade vous intéresse réellement, dépêchez-vous. Un autre travailleur le cherche, un peintre du genre artilleur, à l’allure.

     S’accrochant avec leurs chevalets et se bousculant, les deux peintres partirent en courant. Au même moment, un fiacre déboucha du coin de la rue. À l’intérieur se trouvait un gros père dont le bedon suant se devinait sous les plis de sa tunique. L’aspect général du passager évoquait une ancienne publicité pour un onguent breveté, qui débutait ainsi : « La vue d’un corps nu couvert de poils est repoussante. » Il était facile de deviner la profession du ventripotent. Il retenait contre lui un grand chevalet fixe contenant à n’en pas douter des couleurs.

     — Allo ! cria Ostap. Vous cherchez Baiser ?

     — En effet, confirma l’artiste obèse avec un regard douloureux à Ostap.

     — Faites vite ! Vite ! Dépêchez-vous ! cria Ostap. Trois peintres vous ont déjà devancé.   De quoi s’agit-il ? Que se passe-t-il ?

     Mais le cheval, faisant sonner ses fers contre les rudes pavés, avait déjà emporté le quatrième représentant des arts plastiques.

     — Quelle ville de culture ! dit Ostap. Balaganov, vous avez sûrement remarqué que les quatre citoyens qu’il nous a été donné de rencontrer étaient tous les quatre peintres. Curieux.

     Quand les frères de lait s’arrêtèrent devant une droguerie, Balaganov chuchota à l’adresse d’Ostap :

     — Vous n’avez pas honte ?

     — De quoi ? demanda Ostap.

     — De vous apprêter à payer la peinture en bon argent ?

     — Ah, c’est de ça que vous parlez, dit Ostap. Je reconnais que j’ai un peu honte. C’est bête, évidemment. Mais que faire ? Nous n’allons pas courir au Comité exécutif demander de la peinture pour l’organisation de la « Journée de l’alouette ». Ils nous la donneraient, mais ça nous ferait perdre toute une journée.

     Les multiples couleurs de la peinture en poudre se trouvant dans les pots, les cylindres de verre, les sacs, les tonnelets et les paquets de papier déchiré, avaient l’attrait du cirque et donnaient à la boutique un air de fête.

     Le capitaine et le mécanicien de bord se mirent à choisir la peinture en chicanant.

     — Le noir est trop funèbre, disait Ostap .Le vert ne convient pas non plus : c’est la couleur de nos espoirs détruits. Le mauve, non. C’est bon pour le chef de la Police judiciaire, de rouler dans une voiture mauve. Le rose est vulgaire, le bleu banal, le rouge trop suiviste. Il va nous falloir repeindre l’ « Antilope » en jaune. Ce sera voyant, mais joli.

     — Et vous ? Vous êtes peintres ? demanda le vendeur dont le menton était légèrement poudré de vermillon.

     — Oui, peintres, répondit Bender. Nous peignons des batailles et des marines.

     — Alors, ce n’est pas ici qu’il faut venir, dit le vendeur en enlevant les pots et les paquets.

     — Comment ça, pas ici ? Et où donc ?

     — En face.

     Le commis conduisit les deux amis à la porte et montra de la main l’enseigne se trouvant de l’autre côté de la rue. On y voyait une brune tête de cheval, et, en lettres noires sur fond bleu : « Avoine et foin ».

     — C’est juste, dit Ostap. Grains et fourrage pour le bétail. Mais en quoi cela concerne -t-il des peintres comme nous ? Je ne vois pas le rapport.

     Il y en avait pourtant un, et très substantiel. Ostap le découvrit dès que le commis commença à leur expliquer.

     La ville avait toujours aimé la peinture, et quatre peintres du coin avaient fondé le groupe « Le chevalet dialectique ». Ils faisaient le portrait des responsables, écoulant les toiles à la pinacothèque locale. Avec le temps, le nombre des officiels non encore portraiturés diminua, ce qui à son tour diminua sensiblement les revenus des dialecticiens du chevalet. Mais ils s’en sortaient encore. Le temps des souffrances commença avec l’arrivée en ville d’un nouveau peintre, Théophane Moukhine.

     Sa première œuvre fit grand bruit. C’était le portrait du gérant du trust de l’hôtellerie. Théophane Moukhine laissa loin derrière les dialecticiens. Son portrait du gérant n’était ni une peinture à l’huile, ni une aquarelle, ni un dessin au fusain, pas plus qu’une détrempe, un pastel, une gouache ou un dessin au crayon. Il l’avait exécuté à l’avoine. Et quand Moukhine amena en fiacre le tableau au musée, le cheval tirant la voiture regardait autour de lui avec nervosité, en hennissant.

     Plus tard, Moukhine se mit à utiliser également des grains d’autres sortes.

     Ses portraits au millet, au blé et aux graines de pavot eurent un succès écrasant, ainsi que ses esquisses hardies au maïs et au gruau de sarrasin ou ses paysages au riz et ses natures mortes au mil.

     Il travaillait maintenant à un portrait de groupe. Une grande toile représentait une réunion de l’équipe régionale du Plan. Théophane réalisait ce tableau avec des haricots et des pois. Mais dans le fond de son âme, il restait fidèle à l’avoine qui avait lancé sa carrière et détrôné les dialecticiens du chevalet.

     — Évidemment, il y a davantage à faire avec l’avoine  ! s’écria Ostap. Et Rubens et Raphaël étaient des nigauds, eux qui s’échinaient avec leur peinture à l’huile. Nous aussi, nous sommes des idiots dans le genre de Léonard de Vinci. Donnez-nous de la peinture émaillée jaune.

     Tout en payant le vendeur loquace, Ostap lui demanda :

     — À propos, qui est donc ce Charnel-Baiser ? Nous ne sommes pas d’ici, vous savez, nous ne sommes pas au courant.

     — Le camarade est une éminente figure du Centre, il est originaire d’ici. Il est arrivé de Moscou pour un congé.

     — Je vois, dit Ostap. Merci pour l’information. Au revoir !

     Dehors, les frères de lait aperçurent les dialecticiens du chevalet. Ils se tenaient tous les quatre à un carrefour, la mine triste et languissante, tels des tziganes. Près d’eux dépassaient leurs chevalets réunis comme des fusils en faisceau.

     — Alors, mes braves, ça va mal ? demanda Ostap. Vous avez manqué Charnel-Baiser ?

     — Oui, gémirent les peintres. Il nous a filé entre les doigts.

     — Théophane a mis le grappin dessus ? demanda Ostap en montrant qu’il connaissait bien le sujet.

     — Ce bousilleur est déjà en train de le peindre, répliqua le successeur de Henri de Navarre. À l’avoine. Je reviens à ma première manière, qu’il dit. il se plaint d’une crise du genre, cet épicier.

     — Et où se trouve l’atelier de ce petit affairiste ? s’enquit Ostap avec curiosité. J’ai envie d’y jeter un coup d’œil.

     Ayant beaucoup de temps libre, les artistes se firent un plaisir de conduire Ostap et Balaganov chez Théophane Moukhine. Théophane travaillait dans son petit jardin, en plein air. Le camarade Charnel, homme visiblement timide, siégeait devant lui sur un tabouret. Sans oser respirer, il regardait le peintre qui, tel le semeur représenté sur un billet de trente roubles, prenait à pleine main de l’avoine dans un panier de tille pour la jeter sur la toile. Moukhine fronçait les sourcils. Les moineaux le gênaient. Ils voletaient insolemment du côté de la toile, qu’ils picoraient en y subtilisant certains détails.

     — Vous allez toucher combien pour cette toile ? demanda timidement Charnel.

     Théophane suspendit ses semailles, regarda son œuvre d’un œil critique et répondit pensivement :

     — Oh, je pense que le musée m’en donnera deux cent cinquante .

     — Ça fait tout de même cher.

     — De nos jours, l’avoine est hors de prix, dit Moukhine d’une voix mélodieuse. Ce que c'est cher, l’avoine !

     — Alors, que donne le lopin de terre ? demanda Ostap en passant la tête à travers la barrière du jardin. Je vois que la campagne de semailles avance bien. Cent pour cent de réussite ! Mais tout cela, c’est de la gnognotte à côté de ce que j’ai vu à Moscou. Un peintre y a composé un tableau avec des cheveux. Un grand tableau, en plus, avec de nombreux personnages, et conséquent sur le plan idéologique, bien que l’artiste ait utilisé  les cheveux de citoyens sans-parti – une erreur. Mais du point de vue idéologique, je le répète, il se défendait très bien. Son titre était : « Le grand-père Pacôme et son tracteur au pâturage de nuit ». Un tableau tellement rebelle qu’on ne savait tout bonnement pas quoi en faire. Les cheveux, dessus,  se redressaient parfois. Et un beau jour, ils sont devenus tout blancs et il n’est pas resté trace du grand-père Pacôme et de son tracteur. Mais l’artiste avait eu le temps de décrocher quinze cents roubles pour sa trouvaille. Aussi, ne vous faites pas trop d’illusions, camarade Moukhine ! L’avoine va germer un de ces jours, vos tableaux se couvriront d’épis et vous ne récolterez plus rien.

     Les dialecticiens du chevalet le soutinrent avec de gros rires. Mais Théophane ne se troubla pas.

     — Cela sonne comme un paradoxe, observa-t-il en se mettant de nouveau à ensemencer.

     — Très bien, déclara Ostap en prenant congé. Semez le raisonnable, le bon et l’éternel, nous verrons bien ! Adieu à vous aussi, mes braves. Oubliez la peinture à l’huile, passez aux mosaïques composées d’écrous, de crampons et de vis. Un portrait fait d’écrous ! Voilà une idée splendide !

     Les Antilopiens passèrent la journée à repeindre leur voiture. Au soir, elle était méconnaissable et brillait de toutes les nuances du jaune d’œuf.

     Le lendemain, à l’aube, l’ « Antilope » transfigurée quitta sa remise hospitalière et mit le cap au sud.

     — Dommage de ne pas avoir pu prendre congé du maître de maison. Mais il dormait d’un sommeil si doux que je n’ai pas voulu le réveiller. Peut-être rêve-t-il à présent de ce qu’il attendait depuis si longtemps : il voit le métropolite Deuloge bénir les cadres du Ministère de l’Instruction publique le jour du tricentenaire de la Maison des Romanov.

     Mais au même moment, derrière eux, venant de la maisonnette en rondins, se fit entendre le cri plaintif qu’Ostap connaissait déjà :

     — Toujours ce rêve ! hurlait le vieux Khvorobiov. Dieu, oh, Dieu !

     — Je me suis trompé, observa Ostap. Il faut croire qu’il n’a pas rêvé du métropolite Deuloge, mais de la session plénière du groupe littéraire « La Forge et la Ferme ». Qu’il aille au diable, sapristi ! Les affaires nous appellent à Tchernomorsk.    

 

         

 

 

Notice synthétique

 

     Ce chapitre a été intégralement rajouté à l’édition (livresque) de 1933  (note trouvée chez A. Préchac). Il est très riche en allusions historiques et culturelles. D’où la longueur de cette notice.

     Le début du chapitre me fait bien sûr penser à la sinistre nouvelle Dans le ravin de Tchékhov…

     J’ai traduit par « Apaches » le terme russe désignant ironiquement une troupe criminelle urbaine par « la compagnie en or ».

     « Elle a besoin d’un signe de croix » : suffisamment ironique. A. Préchac a traduit, en interprétant, par « repeindre », les deux verbes bénir et repeindre étant, en russe, assez proches… A-t-il pensé à une erreur de recopiage du texte ?

     Conseiller secret : rang très élevé (deuxième ou troisième) dans la hiérarchie crée par Pierre le Grand, le Tchin.

     « Toujours les mêmes rêves » : allusion bouffonne au Boris Godounov de Pouchkine (dont Moussorski s’inspirera pour son opéra). C’est au début du monologue de Grigori, se réveillant alors que le père Pimène écrivait (note trouvée chez A. Préchac, et vérifiée).

     Plus loin : « Ces maudits rêves » nous renverra chez Gogol, Le Révizor, acte III, scène 5, le gouverneur (note due à I. Chtcheglov et vérifiée). L’allusion à Boris Godounov se poursuivra encore plus loin : « Retire-toi de moi ! »

     Kostroma est l’une des villes de « l’Anneau d’or » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kostroma   Nicolas II y avait fait un pèlerinage en 1913 (note due à I. Chtcheglov)

« Serviteur du tsar et un père pour mes soldats » pastiche un vers du poème Borodino de M. Lermontov. La phrase suivante reproduit le début d’une chanson de soldats (note due à I. Chtcheglov et vérifiée). Nos deux auteurs continuent, via Ostap Bender, à s’en donner à cœur joie.

     À propos du comte Frederiks : https://fr.wikipedia.org/wiki/Woldemar_Freedricksz

     Le Proletkult est un mouvement d’éducation culturelle du prolétariat datant de 1917, déjà sous le gouvernement Kerenski, devenu institution nationale à partir d’octobre (précision trouvée chez A. Préchac).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Proletkoult#:~:text=Proletkoult%20(ou%20Proletkult)%20est%20un,russe%20%C2%AB%20Culture%20du%20prol%C3%A9tariat%20%C2%BB.

     Étude plus savante :

https://www.persee.fr/doc/litt_0047-4800_1976_num_24_4_2059

 

     Alain Préchac rapproche le dégoût éprouvé par l’ancien haut-fonctionnaire monarchiste de celui exprimé – « En effet, je n’aime pas le prolétariat » – par le professeur Préobrajenski dans la nouvelle Cœur de chien* de M. Boulgakov. Ilf, Petrov et Boulgakov avaient travaillé ensemble dans les années vingt au journal « Le Sifflet ».    

     « Pouvoir de brutes ! » peut renvoyer au livre prophétique de Dmitri Mérejkovski – le mari de Zinaïda Hippius –, Le Mufle-roi (L'Avènement de Cham).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dimitri_Merejkovski

     Le Train blindé est une célèbre nouvelle — traitant de la guerre civile – de V. Ivanov (1927), dont l’auteur fit ensuite une pièce mise en scène par Stanislavski.

     Quant au plan quinquennal à réaliser en quatre ans, c’est un slogan stalinien ! Nos auteurs prennent des risques, tout en ayant pris soin de placer la critique dégoûtée dans la bouche d’un tenant de l’Ancien régime… (note trouvée chez A. Préchac, et complétée).

     Le repos du septième jour fut supprimé en août 1929 – pour des raisons économiques mais aussi antireligieuses. On se reposait désormais tous les cinquièmes jours, de manière individuelle, pour réaliser une « semaine ininterrompue ». Ce qui introduisit une grande pagaille dans les services administratifs et fut abandonné en pratique, puis officiellement supprimé en 1940 (note due à I. Chtcheglov).

     Cathédrale de la Dormition : la Dormition est, pour les orthodoxes, l’équivalent de l’Assomption chez les catholiques :

 https://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Dormition-ou-Assomption_a4850.html

     À propos du député Pourichkiévitch :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Pourichkevitch

     Sur le patriarche Tikhone : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tikhon_de_Moscou

     Sur Doumbadzé : https://fr.qwe.wiki/wiki/Ivan_Dumbadze

     Sur Pavel Milioukov : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavel_Milioukov

     Pour la figue, voir la notice du chapitre 1. Pour Lord Curzon, voir celle du chapitre 6.

    Le camarade Charnel-Baiser : j’ai traduit les noms, autrement l’ironie de Bender serait peu compréhensible… le festival des noms se poursuit.

     À propos du tableau fait avec des cheveux, voici la note due à Ivan Chtcheglov : « C’est à peine exagéré. Les tracteurs obsédaient tellement l’imaginaire collectif qu’un peintre réaliste pouvait parfaitement ne pas se rendre compte de l’absurdité de la présence d’un tracteur au pâturage de nuit. Toute cette « peinture nouvelle » à base de graminées ou de boulons et d’écrous (ce que propose Ostap) correspondait à une réalité qui allait se développer dans les années trente et que les auteurs avaient remarquablement pressentie (cf le témoignage d’Eugénie Guinzbourg dans Le vertige). »

J’ai lu Le Vertige il y a longtemps, je rechercherai le passage correspondant.

     « Semez le raisonnable, le bon et l’éternel » : ce pastiche de Nekrassov a déjà été rencontré au chapitre 6 : voir la notice.

     Sur le métropolite Deuloge : le nom est imaginaire. J’ai repris la traduction d’A. Préchac, qui l’accompagne de la note suivante d’I. Chtcheglov : le patriarche Tikhone avait placé Euloge à la tête de l’Église à l’étranger, ce qui lui valait la haine des journaux athées. Et les auteurs rient en pensant à leurs deux livres, Les douze chaises et Le Veau d’or

 

 

Répertoire général des traductions sur ce blog :

https://blogs.mediapart.fr/m-tessier/blog/280418/deuxieme-repertoire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.