Maadifalco
Citoyenne du monde optimiste, oui !
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2016

Il messaggio del Silenzio (1/5) - Une enquête personnelle autour des pizzini.

Récit chronologique d'une enquête réalisée en 2010 sur les pizzini de Bernardo Provenzano. Des fragments de papier comportant un message codé destiné à l'administration de l'organisation criminelle sicilienne cosa nostra. Un mode de communication, jadis utilisé par César, qui fut l'unique moyen pour le chef suprême de relayer ses ordres pendant une cavale qui dura 10 années.

Maadifalco
Citoyenne du monde optimiste, oui !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Province de Caltanissetta © Maadifalco

A l'instar des employés de justice et enquêteurs qui évoluent à partir d'indices pour reconstituer un système, j'ai appréhendé l'identité d'une société par l'observation des détails révélateurs de l'ensemble de son fonctionnement. En étudiant les pizzini, le mécanisme de la parole sicilenne s'est révélé. Une parole qui suggère plutôt qu'elle ne dit. Que cela soit dans la syntaxe des pizzini qui s’efforce de conserver intact le secret, ou dans le mode d'expression de ses habitants, la Sicile s'exprime en signes. Et tout l'art d'y (sur)vivre réside dans l’interprétation de son langage subtil.

La prise de connaissance de l'histoire, de mécanismes de communication et des réflexes ancestraux de la Sicile sont donc essentiels à la compréhension d'une société qui a vu naître le crime organisé.

Voici le récit chronologique d'une enquête personnelle.

Mardi 17 Novembre 2009 - La capture de Provenzano

Il est tard. J'erre sur la page actualité de google et au hasard des clics je tombe sur un article qui conçerne la mafia sicilienne:

Domenico Racuglia, présumé n°2 de Cosa Nostra en cavale depuis 1993 a été arrêté ce dimanche 15 novembre, en début de soirée, dans un appartement de la région de Trapani.

Ce dimanche 15 novembre, en début de soirée, alors que  j'écoutais Parla più piano dans mon appartement parisien, une opération anti-mafia allait triompher à Trapani quelques heures plus tard...

L'article raconte que cet après-midi là, Racuglia, recherché depuis 15 ans , avait allumé la télé et que les rayonnements de l'écran avaient alerté les policiers en planque dans un appartement en face du sien. La télévision l'avait trahi. Non pas le son, mais la luminosité de l'écran.

Cette synchronicité entre le fil de ma pensée et la bataille qui se déroule sur l'île m'émeut presque. Comme si j'avais été le témoin inconscient et absent d'un événement clef dans la lutte anti-mafia par le simple fait d'avoir écouté l'air de Nino Rota. Comme si la Sicile elle-même avait soufflée à mon oreille cette musique familière et mélancolique, suppliant mes pensées de converger vers elle.

En retraçant l'enchaînement des arrestations de mafiosi sur la période des cinq dernières années, je découvre une histoire qui m'était inconnue. Celle de Bernardo Provenzano, célèbre boss mafieux arrêté dans sa cachette à la suite d'une longue investigation.

Région de Calatanissetta © Maadifalco

11 Avril 2006. La Sicile, région de Trapani. La route qui mène vers Corléone, les étendues de blés blonds. Au milieu, une bergerie. A l'intérieur, un vieux monsieur qui tape sur sa machine. A sa droite, des petits rouleaux de papier, les pizzini, à sa gauche des lettres fraîchement écrites. Sur sa table incarnant le bureau général de l'organisation, la machine à écrire est entourée d'une Bible annotée de commentaires et d'un dictionnaire. Bernardo Provenzano, 73, chef suprême de cosa nostra se cache. Il vit reclut dans sa bergerie et ne reçoit que de rares visites. Son seul moyen de communiquer avec l’extérieur sont des morceaux de papier. Soigneusement pliés et entourés d'un papier collant, ils reposent sagement dans une boîte en bois dans l'attente d'être confiés au fidèle postier qui les disséminera sur l'île. Voilà ce qu'ont découvert les policiers lorsqu'ils ont pénétré la cachette du boss.

Cette romanesque description du vieux monsieur rédigeant ses commandements seul à sa table dépasse la fiction. Comment est-il possible qu'au vingt et unième siècle, ère de la communication, le chef d'une puissante et tentaculaire organisation criminelle ait eu recours à une méthode aussi archaïque que le pizzino ? Une vidéo de la capture dénichée sur youtube confirme le récit journalistique.

Les images de la capture du boss

Une quinzaine de policiers, tous cagoulés de peur d'être reconnus, entourent un vieux monsieur assis sur sa chaise. Bernardo Provenzano, mutique et impassible, observe les inconnus qui fouillent son intimité. La caméra balaie la pièce. Un tableau représentant la cène agrémenté d'effigies de saints orne l'un des murs. En haut d'une étagère sont pliés des couvertures chaudes pour l'hiver, et sur la table à manger se trouvent un bol de ricotta fraîche et de la chicorée sauvage. La gazinière est tâchée d'une sauce tomate tout juste préparée. Ce détail m'évoque mon grand-père. Leurs modes de vie rudimentaires se ressemblent, à la différence que mon grand-père est resté analphabète toute sa vie alors que Provenzano a fini par maîtriser l'écriture; si bien qu'elle est devenue son principal instrument de commandement, et sa raison de continuer à exercer son devoir malgré la clandestinité. En témoignent le dictionnaire et les deux machines à écrire, deuxième trophée des enquêteurs.

Les images ne mentent pas. Le parrain tout puissant vivait comme un ermite et les pizzini étaient sa voix. Une voix cachetée, secrète, que l'on se passe de mains en mains, avant d'en révéler le cri. Une voix dont les répercussions tragiques se feraient entendre dans le monde entier.

Suite de l'enquête

Partie 2: Cosa nostra, le royaume des discours incomplets

https://blogs.mediapart.fr/maadifalco/blog/060216/il-messaggio-del-silenzio-25-cosa-nostra-le-royaume-des-discours-incomplets

Partie 3: L'étrange insularité de l'âme, rencontre avec Jean-Yves Frétigné et Marcelle Padovani

https://blogs.mediapart.fr/maadifalco/blog/050216/il-messaggio-del-silenzio-35-entretiens-avec-jean-yves-fretigne-et-marcelle-padovani

Partie 4: Décryptage du code Provenzano

https://blogs.mediapart.fr/maadifalco/blog/060216/il-messaggio-del-silenzio-45-le-code-provenzano

Partie 5: "Un peuple qui paye le pizzo n'est pas un peuple libre"

https://blogs.mediapart.fr/maadifalco/blog/060216/il-messaggio-del-silenzio-55-un-peuple-qui-paye-le-pizzo-nest-pas-un-peuple-libre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr