Riace: le village des migrants démantélé. Le maire de Naples: "Une déportation"

Moins de deux semaines après l'arrestation du maire Domenico Lucano, la décision du ministère de l'Intérieur pour "irrégularités manifestes" dans la gestion des fonds publics

riace03
Le gouvernement italien a décidé de transférer tous les migrants inclus dans le système d'accueil de la ville calabraise de Riace, la cité considéré comme un exemple positif d'intégration entre migrants et citoyens italiens, mais qui a récemment fait la une de l'actualité nationale pour l'arrestation du maire, Domenico Lucano.

La disposition est contenue dans une circulaire du 9 Octobre diffusé par le Département des libertés civiles et de l'immigration du ministère de l'Intérieur (PDF). Cette disposition établit le transfert des demandeurs de protection internationale de Riace à d'autres installations dans les 60 jours et le retour de tous les fonds en raison de "irrégularités évidentes" dans la gestion des fonds publics affectés à la réception. La décision, qui n'a été rendue publique qu'hier soir, a déjà fait l'objet de nombreuses critiques, d'autant plus que le modèle d'accueil de Riace a souvent été décrit comme efficace et positif. Toutefois, les fonds réservés à Riace avaient déjà été suspendus il y a plusieurs mois, précisément en raison de certaines irrégularités constatées par les inspecteurs du ministère de l'intérieur.

L'ordre de transfert des migrants est arrivé une semaine après l'arrestation du maire de Riace, Domenico Lucano, le "maire insoumis" qui avait inventé ce modèle d'accueil des migrants. Lucano a été accusé d'aide et de complicité à l'immigration clandestine et d'illicite dans l'attribution directe du service de collecte des déchets. Lucano a été également accusé d'organiser des "mariages de complaisance" entre citoyens italiens et femmes étrangères afin de permettre à celles-ci de rester sur le sol italien.

Le maire de Naples, Luigi de Magistris, qui a toujours soutenu l'action du marie calabrais et a fait de Naples une "ville d'accueil pour les migrants" en invitant tous les maires du Sud de l'Italie à désobéir à la fermeture des ports décidée par le ministre de l'intérieur Salvini a dit à la presse: "La déportation des migrants de Riace est un acte violent et inhumain. Au lieu de chasser les mafieux ou de déporter les victimes des trafiquants de la mort. C'est une honte!". Oui, c'est une honte pour l'Italie et pour toute l'Europe.

@marco_cesario

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.