Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

3 Éditions

Billet de blog 14 oct. 2018

Riace: le village des migrants démantélé. Le maire de Naples: "Une déportation"

Moins de deux semaines après l'arrestation du maire Domenico Lucano, la décision du ministère de l'Intérieur pour "irrégularités manifestes" dans la gestion des fonds publics

Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement italien a décidé de transférer tous les migrants inclus dans le système d'accueil de la ville calabraise de Riace, la cité considéré comme un exemple positif d'intégration entre migrants et citoyens italiens, mais qui a récemment fait la une de l'actualité nationale pour l'arrestation du maire, Domenico Lucano.

La disposition est contenue dans une circulaire du 9 Octobre diffusé par le Département des libertés civiles et de l'immigration du ministère de l'Intérieur (PDF). Cette disposition établit le transfert des demandeurs de protection internationale de Riace à d'autres installations dans les 60 jours et le retour de tous les fonds en raison de "irrégularités évidentes" dans la gestion des fonds publics affectés à la réception. La décision, qui n'a été rendue publique qu'hier soir, a déjà fait l'objet de nombreuses critiques, d'autant plus que le modèle d'accueil de Riace a souvent été décrit comme efficace et positif. Toutefois, les fonds réservés à Riace avaient déjà été suspendus il y a plusieurs mois, précisément en raison de certaines irrégularités constatées par les inspecteurs du ministère de l'intérieur.

L'ordre de transfert des migrants est arrivé une semaine après l'arrestation du maire de Riace, Domenico Lucano, le "maire insoumis" qui avait inventé ce modèle d'accueil des migrants. Lucano a été accusé d'aide et de complicité à l'immigration clandestine et d'illicite dans l'attribution directe du service de collecte des déchets. Lucano a été également accusé d'organiser des "mariages de complaisance" entre citoyens italiens et femmes étrangères afin de permettre à celles-ci de rester sur le sol italien.

Le maire de Naples, Luigi de Magistris, qui a toujours soutenu l'action du marie calabrais et a fait de Naples une "ville d'accueil pour les migrants" en invitant tous les maires du Sud de l'Italie à désobéir à la fermeture des ports décidée par le ministre de l'intérieur Salvini a dit à la presse: "La déportation des migrants de Riace est un acte violent et inhumain. Au lieu de chasser les mafieux ou de déporter les victimes des trafiquants de la mort. C'est une honte!". Oui, c'est une honte pour l'Italie et pour toute l'Europe.

@marco_cesario

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau