Philip Roth / Mars 1933 - Mai 2018

Rien d'autre à dire

Ma colère et ma tristesse sont immenses !

Très mauvais signe : on a laissé partir le très grand Philip Roth, dont j'apprends qu'il vient de s'éteindre, sans le primer au Nobel de littérature !

C'est inepte.

 

Espérons qu'ils se rattraperont en n'omettant pas Milan Kundera.

Ils sont tous deux les plus grands du XXe : dernier siècle littéraire...

Le croira-t-on, j'ai pleuré ce matin. Ô comme c'est nunuche !

J'admirais son œuvre tout entière et donc, à travers elle, j'aimais cet homme qui vient de disparaître. je l'aimais vraiment et "à distance" : un "mon papa" en quelque sorte.

J'en arrive presque à penser qu'il est des vies qui valent mieux que d'autres, comme c'est moche...

Je suis si triste. Il n'y aura plus de nouveau livre à quérir. A chérir ? Pour nous élever au-dessus de nos sorts si étroitement exigus.

C'est une perspective d'intelligence pénétrante et de plaisir questionneur et provocateur que je perds.

J'aimerais qu'ici, soit Antoine Perraud, soit Dominique Conil, soit Mercadier nous régalent d'un bel article qui lui rendrait hommage.

Je suis sûre que ça finira par venir.

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-mains-dans-les-poches/article/270209/un-homme-de-philip-roth-a-reculons-vers-la-mor

 

Phillip Roth © PBS NewsHour

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.