M. Macron a « demandé au gouvernement de faire preuve d’humanité ». Si, si !

Défense de rire, c’est authentique !

Le 30 janvier à l’Assemblée Nationale, Mme Pénicaud et les députés de la majorité ont refusé d’instaurer un congé de deuil de douze jours consécutifs pour le décès d’un enfant mineur (voir ce billet). Motif invoqué : cela pénaliserait les entreprises et comme l’a dit avec beaucoup de délicatesse Mme Sereine Mauborgne, députée LREM : « Il est un peu facile de s’acheter de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises. »

Or voilà que le Medef lui-même les a pris à contre-pied en demandant un nouveau vote sur cette disposition de la proposition de loi. D’où la réaction immédiate de M. Macron, rapportée dans une dépêche de l’AFP.

Ce qu’il leur demande est vraiment inhumain. Des ministres et des députés qui se dévouent corps et âme depuis juin 2017 pour faire la chasse aux chômeurs, précariser les salariés, réduire les allocations logement, diminuer les allocations de chômage et faire la poche des retraités devraient du jour au lendemain « faire preuve d’humanité ». C’est d’une violence !

Eux qui ont toujours anticipé les exigences du Medef depuis deux ans et demi ! Eux qui recopient dans leurs amendements les textes fournis par les lobbies, au mot près et avec tant d'exaltation ! C’est trop injuste !

Comment ne pas compatir avec eux en ces heures difficiles ? Comment auraient-ils pu penser un seul instant que M. Macron allait leur demander de renier tout ce pour quoi ils se sont engagés derrière lui ? Tant qu’il y est, ne va-t-il pas exiger d’eux qu’ils deviennent attentifs aux gueux et qu’ils prennent soin de ces pauvres qui coutent « un pognon de dingue » !

Ce qui se passe pourrait avoir des conséquences graves pour beaucoup d’entre eux, fragilisés par cette perte brusque de leurs repères. Une cellule de soutien psychologique doit donc être mise en place sans tarder pour Mme Pénicaud et les députés de la majorité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.