marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2021

Faut-il transformer le CICE en bons d'achat pour les patrons ?

« On sait bien, si on regarde les choses en face, que parfois il y a des achats d'écrans plats plus importants au mois de septembre. » - Jean-Michel Blanquer, le 29 août 2021.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Interrogé le 29 août dernier par un journaliste de France 3 à propos d'une tribune d’une députée du Modem sur l’utilisation de la manne financière des aides de l’État, le ministre de l’Économie a jugé intéressante l’idée de transformer les aides publiques aux entreprises en bons d'achat pour les patrons afin de s’assurer que ces subventions ne puissent servir à autre chose qu'à créer des emplois ou à investir.

Ses propos ont immédiatement soulevé une vive polémique. D’aucuns y ont vu une nouvelle expression du mépris de classe vis-à-vis de ces « premiers de cordée » qui « prennent des risques » et « créent des richesses » et ont dénoncé la stigmatisation dont ils faisaient une fois de plus l’objet. Une partie de la classe politique et de la presse prétend en effet que le CICE, mais aussi le crédit impôt recherche et de manière générale les baisses de cotisations sociales patronales ou de l’impôt sur les sociétés, sont détournés de leur objet et sont avant tout utilisés pour augmenter la rémunération des dirigeants d’entreprises et les dividendes  versés aux actionnaires.

La proposition de la députée Modem sur laquelle a rebondi le ministre de l’Économie consisterait donc à transformer les aides financières accordées par l’État en bons d’achat dont l’utilisation serait strictement encadrée. Ces bons d'achat ne pourraient servir qu’à augmenter les salaires, à financer de nouvelles embauches ou des investissements en France. En aucun cas, ils ne pourraient permettre de verser des dividendes supplémentaires aux actionnaires ou à augmenter la rémunération des dirigeants.

Ainsi, alors que des millions de nos compatriotes perçoivent sans aucun contrôle une allocation annuelle de plusieurs dizaines de milliers de centimes d’euros qu'ils dilapident en achats d’écrans plats, ce sont une fois encore les plus méritants de nos concitoyens, souvent contraints de vivre dans les ghettos d’Auteuil-Neuilly-Passy, qui sont désignés à la vindicte populaire par un gouvernement et une majorité qui mènent contre eux une véritable guerre de classe.

----

Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. 

© Sanaga

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali
Journal
Le socialiste portugais Antonio Costa rêve de majorité absolue
Les législatives anticipées se dérouleront le 30 janvier sur fond d’explosion des cas d’Omicron. L’abstention pourrait grimper. Le premier ministre espère parvenir à gouverner sans l’appui de ses anciens alliés de gauche, mais le pari semble difficile.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier