marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

406 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2021

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Faut-il transformer le CICE en bons d'achat pour les patrons ?

« On sait bien, si on regarde les choses en face, que parfois il y a des achats d'écrans plats plus importants au mois de septembre. » - Jean-Michel Blanquer, le 29 août 2021.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Interrogé le 29 août dernier par un journaliste de France 3 à propos d'une tribune d’une députée du Modem sur l’utilisation de la manne financière des aides de l’État, le ministre de l’Économie a jugé intéressante l’idée de transformer les aides publiques aux entreprises en bons d'achat pour les patrons afin de s’assurer que ces subventions ne puissent servir à autre chose qu'à créer des emplois ou à investir.

Ses propos ont immédiatement soulevé une vive polémique. D’aucuns y ont vu une nouvelle expression du mépris de classe vis-à-vis de ces « premiers de cordée » qui « prennent des risques » et « créent des richesses » et ont dénoncé la stigmatisation dont ils faisaient une fois de plus l’objet. Une partie de la classe politique et de la presse prétend en effet que le CICE, mais aussi le crédit impôt recherche et de manière générale les baisses de cotisations sociales patronales ou de l’impôt sur les sociétés, sont détournés de leur objet et sont avant tout utilisés pour augmenter la rémunération des dirigeants d’entreprises et les dividendes  versés aux actionnaires.

La proposition de la députée Modem sur laquelle a rebondi le ministre de l’Économie consisterait donc à transformer les aides financières accordées par l’État en bons d’achat dont l’utilisation serait strictement encadrée. Ces bons d'achat ne pourraient servir qu’à augmenter les salaires, à financer de nouvelles embauches ou des investissements en France. En aucun cas, ils ne pourraient permettre de verser des dividendes supplémentaires aux actionnaires ou à augmenter la rémunération des dirigeants.

Ainsi, alors que des millions de nos compatriotes perçoivent sans aucun contrôle une allocation annuelle de plusieurs dizaines de milliers de centimes d’euros qu'ils dilapident en achats d’écrans plats, ce sont une fois encore les plus méritants de nos concitoyens, souvent contraints de vivre dans les ghettos d’Auteuil-Neuilly-Passy, qui sont désignés à la vindicte populaire par un gouvernement et une majorité qui mènent contre eux une véritable guerre de classe.

----

Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. 

© Sanaga

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes