Plus rien ne sera comme avant à Matignon : un glabre succède à un barbu

« Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. » Emmanuel Macron, le 16 mars 2020.

Plus de trois mois après avoir tenu ces propos dans une allocution où il annonçait le confinement, la nomination du nouveau Premier ministre est l’occasion pour le président de la République de démontrer qu’il ne s’agissait pas là de propos convenus.

Qu’on en juge :

Un glabre succède à un barbu ;

Un Gersois à un Normand ;

Un diplômé de la promotion Victor Hugo de l’ENA à un diplômé de la promotion Léopold Sédar Senghor de l’ENA ;

Un ancien membre de la Cour des Comptes à un ancien membre du Conseil d’État ;

Un maire LR d’une petite ville du Sud à un maire LR d’une grande ville de Normandie ;

Un proche de Nicolas Sarkozy à un proche d’Alain Juppé.

Rien ne sera donc plus comme avant, c'est l'évidence.

Pour le reste, « la rentrée sera très dure, il faut nous y préparer », a averti hier le président de la République dans un entretien à la presse régionale (voir ici). Son ancien Premier ministre s'y était préparé et son successeur devrait lui en savoir gré : les stocks de LBD et de grenades de désencerclement ont été remarquablement gérés (voir ici).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.