marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2021

« Grâce à Dieu », le séparatisme, c’est les autres

« Le secret de la confession s'impose à nous et en cela, il est plus fort que les lois de la République. » Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, le 6 octobre 2021.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quiconque a lu ou entendu cette déclaration d’une des plus hautes autorités de l’Église catholique en France ne pouvait que s’attendre à de très vives réactions de celles et ceux qui discourent à longueur d’année et sur tous les plateaux de télévision à propos de « séparatisme », de « communautarisme », de « laïcité » et des « valeurs de la République ».

Ou pas ?

Avez-vous entendu des appels à la dissolution de la Conférence des évêques de France ? Cette organisation a-t-elle été qualifiée « d’ennemie de la République » par le ministre de l’Intérieur ? La « communauté catholique » a-t-elle été sommée de se désolidariser des propos de cet évêque ? Un projet de loi va-t-il être déposé cette semaine sur le bureau de l’Assemblée pour durcir les sanctions pénales contre les auteurs de tels propos ? Les lieux de culte ou les établissements d’enseignement catholique où sévissent des auteurs de violences sexuelles vont-ils être fermés par décret du ministre de l’Intérieur ?

Non, rien de tout cela.

Le président de la République, chanoine de Saint-Jean-de-Latran, a au contraire salué « l’esprit de responsabilité de l’Église française ». « Je souhaite que ce travail puisse se poursuivre dans la lucidité et l’apaisement », a-t-il ajouté. Rien ne presse en effet puisque cela dure (et continue) depuis des décennies et  ne concerne que quelques centaines de milliers de personnes.

Le Premier ministre, qui préside le Comité Interministériel de la laïcité, n’a rien trouvé à dire sur le sujet.

Finalement, à la demande du président de la République, le ministre de l’Intérieur a « invité » Mgr de Moulins-Beaufort à venir en début de semaine prochaine « afin de s'expliquer sur ses propos »  (voir ici). On a connu M. Darmanin bien plus virulent, quand il déclarait par exemple, le 1er février dernier : « Nous ne pouvons plus discuter avec des gens qui refusent d'écrire sur un papier que la loi de la République est supérieure à la loi de Dieu. »

Il est à présent prêt à discuter avec de tels gens. Enfin, pas les mêmes évidemment. S’il avait la moindre inquiétude, que Monseigneur se rassure : sa réunion avec le ministre de l’Intérieur va se dérouler dans une ambiance très cordiale. Après tout, le président de la République, son épouse, le Premier ministre, les ministres de l’Intérieur, de l’Éducation Nationale, de l’Économie, des Affaires Étrangères, de la Justice, etc… tous ont fait leurs études dans des écoles privées catholiques. Le linge sale va donc (peut-être) se laver en famille et, à coup sûr, entre gens de bonne famille. Se fâcher avec les électeurs catholiques à six mois des élections, ce serait insensé, n’est-ce pas ?

Pour paraphraser le cardinal Barbarin, « grâce à Dieu », le séparatisme, c’est les autres.

© Na ! @na_dessinateur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre