Maréchal, le voilà !

« Le maréchal Pétain a été pendant la Première Guerre mondiale aussi un grand soldat» Emmanuel Macron, le 7 novembre 2018.

Pour un président de la République qui dénonçait la « lèpre nationaliste » il y a encore quelque mois, l’idée de rendre « hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire » en 1918 était déjà passablement saugrenue.

Célébrer les vainqueurs de cette effroyable boucherie et « en même temps » l’amitié entre les peuples, cela relève du grand écart. Et ceci sans aucune analyse des causes de cette guerre comme le relève Vingtras dans son billet (14/18 l'intolérable vérité). Et en passant sous silence la féroce répression des mutineries de 1917.

Parmi ces maréchaux que le président de la République honore, certains ont d'ailleurs laissé quelques souvenirs dans les guerres coloniales menées par la France. Ainsi, Galliéni, responsable de la « pacification »  de Madagascar qui fit des centaines de milliers de morts.

Et puis, il y a Pétain, à qui M. Macron a donc jugé « légitime » de rendre hommage à l'occasion de la commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 (avant qu’un communiqué de l’Elysée ne fasse machine arrière et que le ban et l'arrière-ban de la Macronie n'allument des contre-feux).

Hommage à celui qui fit arrêter les dirigeants politiques qui s’opposaient à la capitulation de juin 1940 !

Hommage à celui qui a rédigé et promulgué le statut des juifs en 1940 !

Hommage au dirigeant qui a collaboré avec le régime nazi !

Hommage au dirigeant qui a approuvé la rafle du Vel d’Hiv et envoyé des dizaines de milliers de juifs vers les camps de la mort !

Hommage à celui qui a été condamné à « l’indignité nationale » en 1945 !

Avec M. Macron, le ridicule côtoie le plus souvent l’indignité.

Comme lorsqu’il conseillait récemment à une retraitée de cesser de se plaindre. Faisant écho au Maréchal, déjà :

petain-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.