marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

394 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2022

Macron II : du sang, de la sueur et des larmes pour « les gens qui ne sont rien »

Entre deux séances de photo en sweat à capuche et avec une barbe de trois jours, le chef de la guerre sociale en France a daigné présenter son programme pour un éventuel deuxième mandat.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cinq ans de plus à cracher du sang. C’est ce qui attend les plus pauvres.

La retraite à 65 ans, c’est l’assurance qu'ils seront déjà morts au travail ou au chômage avant d’atteindre cet âge.

Une assurance chômage « plus stricte », c’est l’annonce d’une nouvelle baisse des allocations perçues par les chômeurs. En attendant sans doute la fusion avec le RSA.

Conditionner l'attribution du RSA à une activité à mi-temps, c’est accentuer la pression à la baisse sur les bas salaires en contraignant les allocataires à travailler à temps partiel pour une « rémunération » inférieure au SMIC.

« Monétiser les RTT », c’est faire comprendre à ceux dont les salaires sont faibles qu’ils n’ont qu’à sacrifier leurs jours de congés pour boucler leurs fins de mois.

« Poursuivre la modernisation du code du travail », c’est achever sa destruction afin de donner aux entreprises la possibilité de revoir les salaires à la baisse et le temps de travail à la hausse.

« Transformer l’État par le numérique », c’est rendre les services publics un peu plus inaccessibles aux plus précaires sous couvert de « simplifier les procédures ». Rappelons que les verbes « simplifier », « transformer » et « moderniser », tant prisés de la Macronie, se traduisent par « détruire » en bon français. 

Cinq ans de plus à sabler le champagne. C’est ce qui attend les plus fortunés.

L’exonération des droits de succession jusqu’à 150 000 € par enfant permettra à un couple avec deux enfants de transmettre 600 000 € sans payer un centime, à quoi il faut ajouter 100 000 € d’exonération pour les autres membres de la famille. Cette mesure ne bénéficiera qu’aux 10% les plus riches (plus de 90% des ménages ont un patrimoine net inférieur à 600 000 € - voir ici).

La suppression de la CVAE pour toutes les entreprises, c’est un n-ième cadeau fiscal qui permettra une nouvelle hausse des dividendes versés aux actionnaires.

Toutes les mesures visant à réduire les prestations sociales (retraite, chômage) et à faire pression sur les salaires (RSA, droit du travail) se traduiront par une réduction supplémentaire de la part des salaires dans la valeur ajoutée, et donc par une augmentation de celle des profits et in fine des dividendes.

Cinq ans de plus à mourir dans l'indifférence. C'est ce qui attend les réfugiés qui n'ont pas la bonne couleur de peau.

« Créer une force des frontières » (en complément à Frontex ?), c’est faire le choix de laisser mourir en Méditerranée toujours plus de gens qui ne cherchent qu’à fuir la guerre, la misère et la faim.

« Expulser plus efficacement ceux qui ne sont pas éligibles au droit d’asile » tout en promettant un « accueil facilité des combattantes et combattants de la liberté », c’est institutionnaliser le racisme d’État que l’on observe à l’occasion de la guerre en Ukraine. Il y a d’un côté ceux qui fuient une guerre menée par le « camp du mal » et de l’autre ceux qui fuient une guerre menée par le « camp du bien », parfois avec les armes que la France leur a vendues. Les premiers sont blancs ; les seconds ne le sont pas.

Ce qui précède ne donne qu'un aperçu du programme le plus anti-social et le plus réactionnaire qui ait jamais été présenté par un candidat à l'élection présidentielle ayant de grandes chances d'être élu. C'est le moment de rappeler les mots de Brecht : « Ceux qui se battent peuvent perdre, ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart