marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2020

Sanofi se paye ouvertement la tête de Macron

La multinationale de l’industrie pharmaceutique s’apprête à supprimer 1000 emplois en France, quelques jours après avoir reçu la visite et les félicitations du président de la République.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 16 juin dernier, Emmanuel Macron se rendait dans les locaux de Sanofi à Lyon pour y couvrir de louanges l’entreprise et notamment son « cher Serge Weinberg », président du conseil d’administration et l’un de ceux qui, après la commission Attali de 2008, ont joué un rôle majeur dans l’accélération de la carrière du futur président de la République.

Ce jour-là, Sanofi annonçait un plan d'investissement de 600 millions d’euros en France, qualifié de « formidable » par M. Macron qui entend « développer un mécanisme de planification, de financement et d’organisation de la résilience industrielle française en matière de santé ». Le chef de L’État dévoilait à cette occasion le déblocage par l’État d’une enveloppe de 200 millions d’euros « pour financer des infrastructures de production comme de recherche et développement pour être en état de répondre aux besoins du temps et aux crises sanitaires » (voir ici).

Le 13 mai dernier, le PDG de Sanofi, Paul Hudson, avait affirmé dans un entretien à Bloomberg que les États-Unis seraient le premier pays à être servi dès qu’un vaccin contre le Covid-19 serait disponible car ils avaient été les premiers à financer la recherche sur ce vaccin. Après quelques protestations aussi bruyantes que dérisoires (voir ici), le message a bien été reçu à l’Élysée qui va donc débloquer des aides qui s'ajoutent aux 150 millions d’euros de crédit d’impôt-recherche (CIR) perçus chaque année par Sanofi.

Dix jours plus tard, la société annonce la convocation d’un CSE de Sanofi France lors duquel devrait être annoncée la suppression d’un millier d’emplois dans notre pays (voir ici). Au temps pour « la résilience industrielle française en matière de santé »… Visiblement, le CIR et les aides supplémentaires annoncées le 16 mai ne suffisent pas au « cher Serge Weinberg » et aux actionnaires qu’il représente. Et puisqu’il suffit de demander pour obtenir de l'argent public, pourquoi se gênerait-il ?

Après Renault, Air France et Airbus qui empochent les milliards d’euros d’aide publique accordés sans contrepartie par l’État et s’empressent d’annoncer dans la foulée licenciements et fermetures de sites, c’est au tour de Nokia (voir ici) et maintenant de Sanofi d’annoncer des suppressions d’emploi tout en empochant le CIR.

Si Nokia a attendu 4 ans avant de s’asseoir sur les promesses faites en 2016 au ministre de l’Économie d’alors (un certain … Emmanuel Macron), les dirigeants de Sanofi n’ont pas attendu plus de 10 jours pour se payer ouvertement la tête du président de la République qui s'était déplacé pour leur dire tout le bien qu’il pensait d’eux.

Ces gens sont cruels avec leurs obligés : ils ne se donnent même plus la peine de permettre aux dirigeants politiques qui leur servent la soupe de sauver la face. Qu’importe, lorsque Macron sera complètement démonétisé, ils en trouveront un autre qui mettra en œuvre avec le même zèle la politique qu’ils attendent de lui (subventions publiques, baisse des cotisations sociales et de la fiscalité). Car, comme disait Pouchkine : « Pourvu que l'on ait une auge, on trouvera les cochons. » 

Quant à Macron, son « cher Serge Weinberg », qui l’avait pistonné pour entrer à la Banque Rothschild en 2008, saura se montrer généreux et lui trouvera un point de chute fort bien rémunéré. En récompense des services rendus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay