Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2019

Thi Tra My Pham, probable victime dans le camion charnier en Essex

Thi Tra My Pham, une jeune femme de 26 ans venait du Vietnam et voulait s’installer en Angleterre. Elle a quitté sa famille dans l’espoir d’y mener une vie meilleure. Elle n'a pas donné signe de vie depuis mardi dernier. Son corps est probablement parmi les 39 cadavres retrouvés dans un camion, près de Londres.

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thi Tra My Pham, une jeune femme de 26 ans venait du Vietnam et voulait s’installer en Angleterre. Elle a quitté sa famille dans l’espoir d’y mener une vie meilleure que ce que lui offrait son environnement. C’était le 3 octobre dernier. Sans doute avant de partir s’était-elle procuré des papiers d’identité chinois. Puis, passeport en poche, elle a entamé sa longue traversée. Avec ses compagnons de fortune elle est allée de camions en camions, ne pouvant donner de ses nouvelles à ses parents qu’entre deux étapes. Elle a avalé les kilomètres ainsi, terrée, interdite et totalement vulnérable aux décisions de ses passeurs. Elle s’en est remise à eux et au hasard de la vie pour parcourir sa longue route, une route difficile à établir, pleine de périls. Mardi dernier, selon toute vraisemblance elle s’est retrouvée dans un conteneur qui l’a menée de Belgique à sa destination finale : l’Angleterre. Arrivée et attrapée par les autorités, elle en avait déjà été renvoyée quelques jours auparavant. Ce mardi-là, à 22h30, alors qu’elle tentait sa seconde chance, enfermée dans le camion frigorifique, Thi Tra My Pham a envoyé un message à sa mère.

« Je suis vraiment, vraiment désolée maman et papa, mon voyage à l’étranger a échoué. Je meurs, je n’arrive plus à respirer. Je vous aime beaucoup maman et papa, je suis vraiment désolée maman. »

Ce sont les mots qu’elle a écrits. Des excuses en guise d’adieu. Ces mots ont cette étrange douceur qu’ont toutes les images que j’ai pu voir de migrants morts pendant leur périple. Ils dégagent une douceur et une tristesse infinies. Je me souviens d’Aylan, le petit garçon presque endormi sur le sable ; je me souviens de ce jeune homme écrasé par un camion sur l’autoroute de Calais ; de cette petite fille prise dans le tee-shirt de son jeune père aussi, de leurs corps échoués sur une rive du Rio Grande. Et maintenant il y a ces mots, désespérés, qui murmurent d'affreuses souffrances : celle du corps qui se tord et des ongles agrippent, la souffrance de l’étouffement où chaque seconde est peut-être plus douloureuse qu’un coup de couteau dans la chair ; et avec elle, la souffrance de se croire coupable de son échec, coupable de la tristesse de ses parents, coupable de tout ce qui l’a menée là. Ces paroles, prononcées à bout de souffle, résonnent tandis que tout est fini. Alors, totalement impuissant, en apprenant ces mots on  se met à imaginer le pire : Thi Tra My Pham, asphyxiée, morte dans la culpabilité.

Ces images, ces mots, à la fois doux comme le repos absolu et aussi violents que des champs de bataille, arrivent trop rarement jusqu’à nous. On nous épargne trop. Que les médias cessent de nous épargner ces souffrances. Car alors que les chefs d’États se renvoient les migrants comme des balles de ping-pong en vertu du règlement de Dublin, qu’est-ce qui pourrait leur faire changer de politiques, si ce n’est notre dégoût et notre révolte ? Qui est en mesure d’établir une réelle liberté de circulation à part nous-mêmes ?

Comment ? Ce que je dis n’est pas sérieux ? Je m’en moque. Ces images et ces mots, ce sont des histoires, des filles et des fils. Ces enfants, ce sont des années d’amour transformées en une douleur sans fond. On ne peut pas l’oublier. Alors, qu’est-ce que ça veut dire, « pas sérieux », quand c’est de vies, qu’il s’agit ?

Pour Cédric Herrou, interpellé ce matin par la police à la frontière franco-italienne pour son aide aux migrants. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Écologie
« Les Antilles font partie des zones les plus menacées par la submersion marine »
Virginie Duvat, coautrice des 5e et 6e rapports du Giec, détaille les impacts prévus du dérèglement climatique aux Antilles et plus largement sur les petites îles. Elle plaide pour une « révolution » dans les « politiques publiques ».
par Amandine Ascensio (Guyaweb)

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre