Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

5 Éditions

Billet de blog 13 juin 2022

Alerte vague de chaleur ! Nommons-la « canicule TotalEnergies n°1 »

Les météorologues sont formels : nous allons devoir supporter une vague de chaleur peut-être sans précédent pour un début de mois de juin. Parce que ces épisodes vont devenir plus fréquents, nombreux et intenses, donnons-leur un nom : celui des responsables du réchauffement climatique. Puisqu'il faut bien commencer un jour, appelons celle qui arrive « canicule TotalEnergies n°1 ». Explications.

Maxime Combes
Economiste, travaillant sur les politiques climatiques, commerciales et d'investissement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour les météorologues, c'est désormais acquis. Dans les jours qui viennent, nous allons devoir supporter une vague de chaleur peut-être sans précédent pour un début de mois de juin : 40°C ou plus dans le Sud, plus de 35°C au Nord. Une canicule exceptionnelle par sa précocité et sans doute aussi pour son intensité dans bien des régions du pays (et en Espagne). Liée à la remontée d'air subtropical torride, cette vague de chaleur pourrait conduire à des températures supérieures de 5 à 15 °C aux moyennes, sur plusieurs jours, avec des nuits à plus de 20°C.

Nommons la vague de chaleur "Canicule TotalEnergies n°1" ! © @MaximCombes

Les climatologues sont formels : le réchauffement climatique, généré principalement par la combustion des énergies fossiles, augmente la fréquence, l'intensité et la durée des vagues de chaleur. Ce résultat, comme le montre le dernier rapport du GIEC, est très robuste. Affirmer ce lien n'est pas hasardeux : aujourd'hui, c'est ne pas le mentionner qui n'est pas sérieux. Dans cet excellent thread sur Twitter, Christophe Cassou, climatologue, nous rappelle pourquoi.

Ainsi, si 43 vagues de chaleur ont été enregistrées depuis 1947, à peine 9 ont eu lieu avant 1989. Les 34 autres, soit 80%, ont eu lieu depuis 1989 : on compte « 3 fois plus de vagues de chaleur ces 30 dernières années que durant les 42 années précédentes » selon Météo-France. Et cela ne devrait qu'empirer : selon une étude publiée par la revue Science en septembre 2021, les enfants nés en 2020 subiront 7 fois plus de vagues de chaleur, 2 fois plus de sécheresses et incendies de forêts, 3 fois plus d'inondations et mauvaises récoltes qu'une personne née en 1960.

Le chaos climatique se conjugue donc au présent et nul n'en sortira indemne. L'insécurité est écologique et la catastrophe est aussi sociale : ce sont les plus pauvres, précaires et fragiles d'entre nous qui seront les plus touchés par ces phénomènes climatiques intenses.

Pourquoi alors appeler cette vague de chaleur « canicule TotalEnergies n°1 » ?

Nous sommes confrontés aux double ciseaux de la catastrophe climatique : d'un côté les politiques climatiques que les pouvoirs publics devraient mener d'urgence sont toujours édulcorées, rendues inoffensives ou remises à plus tard ; de l'autre, les entreprises du secteur des énergies fossiles continuent d'explorer de nouveaux gisements, d'en exploiter plus et de refuser d'arrêter d'investir.

Parce qu'elle est l'une des principales multinationales françaises, qu'elle continue à investir massivement dans les énergies fossiles et qu'elle est un acteur majeur du lobbying anti-climatique en France et en Europe, TotalEnergies incarne parfaitement une part conséquente de la responsabilité des catastrophes climatiques. Le chaos climatique n'est ni un accident ni une fatalité : les responsabilités sont inégalement partagées. Nommer les responsables est une exigence du temps présent.

Voici un petit florilèges des raisons qui peuvent donc justifier d'appeler les canicules à venir du nom de TotalEnergies et de lui accoler son occurrence :

  1. TotalEnergies fait partie des 20 entreprises qui ont le plus contribué au réchauffement climatique depuis 1965

  2. TotalEnergies était au courant de l’impact "potentiellement catastrophique" de ses activités sur le climat dès 1971, et n'a cessé depuis de nier, fabriquer du doute et freiner les politiques climatiques

  3. TotalEnergies s'apprête à ouvrir l'équivalent de 18 centrales à charbon rien qu'avec les projets pétro-gaziers qu'elle a dans les cartons d'ici 2025, alors que l'AIE a montré qu'il ne fallait plus investir dans de nouveaux projets gaziers ou pétroliers

  4. TotalEnergies et son PDG Patrick Pouyanné viennent ainsi d'annoncer « un jour historique » pour qualifier leur engagement dans le plus grand projet de gaz naturel liquéfié du monde, au Qatar.

  5. TotalEnergies continue de consacrer, selon ses propres données, plus de 70% de ses investissements au pétrole et au gaz, alimentant le réchauffement climatique et les vagues de chaleur ;

  6. TotalEnergies profite de milliards d'euros d'aides publiques (aides COVID19, aides BCE, plans de relance, plan France2030, aide inflation) mais refuse de s'engager dans la reconversion de son appareil productif
  7. TotalEnergies refuse d'envisager de fermer ses infrastructures dans les énergies fossiles alors qu'une étude récente montre qu'il faudrait en fermer la moitié pour conserver une chance raisonnable de ne pas dépasser 1,5°C.

  8. TotalEnergies profite de l'envolé des prix de l'énergie pour amasser des profits, augmenter la rémunération de ses actionnaires plutôt que d'investir massivement dans la transition énergétique

  9. TotalEnergies veut construire le plus grand oléoduc chauffé au monde (1 443 km), qui menace de nombreuses réserves et aires protégées et les deux plus grandes réserves d’eau douce d’Afrique de l’Est, les lacs Victoria et Albert (projets Tilenga et EACOP).

  10. TotalEnergies refuse d'enclencher une politique climatique digne de ce nom et continue de tergiverser et remettre à plus tard sa reconversion industrielle et technique, préférant faire voter à ses actionnaires des plans de greenwashing.

(liste non exhaustive)

Sur twitter, des spécialistes du climat et de la météo ont suggéré d'autres options pour nommer ces vagues de chaleur. Notamment celle consistant à ne pas se limiter à TotalEnergies mais de commencer par Aramco, puis de continuer avec BP, Chevron, et les autres, en changeant de lettre pour chaque nouvelle vague de chaleur. Une telle taxonomie mériterait sans doute une initiative internationale.

D'ici là, notre proposition nous semble plus simple et opérationnelle à court-terme. Y compris pour marquer les esprits et s'assurer de faire grossir la pression à la fois sur les pouvoirs publics et sur Patrick Pouyanné et la direction de TotalEnergies qui refusent catégoriquement de reconnaître que leurs investissements actuels dans les énergies fossiles sont climaticides.

Une telle appellation pourrait utilement être complétée : pourquoi ne pas prendre le nom d'Engie et procéder de la même manière pour chaque phénomène climatique pluvieux exceptionnel / inondation majeure ? Et, pourquoi pas également prendre le nom d'un des 63 milliardaires français qui brûle la planète avec leur mode de vie insoutenable pour nommer chaque mega feu auquel nous devrons faire face, comme le propose le journaliste Mickaël Correia (#megafeuBernardArnaud) ?

A débattre.

Vite.

D'ici là, appelons donc la vague de chaleur qui arrive la « canicule TotalEnergies n°1 »

Maxime Combes, économiste et auteur de Sortons de l'âge des fossiles ! Manifeste pour la transition (Seuil, 2015) et co-auteur de « Un pognon de dingue mais pour qui ? L’argent magique de la pandémie » (Seuil, 2022). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP