Alexis Corbière : le peuple contre les minorités

Le député France Insoumise récidive et tient à un journal raciste, homophobe, transphobe et sexiste le discours que son lectorat attend sur les droits des minorités.

File:Alexis Corbière Jardin 4colonnes.jpg

Dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles Alexis Corbière déclare1 :

« Ceux qui ont polémiqué contre moi [à propos du mariage pour tous, dont le député a récemment posé la remise en cause comme une possibilité de référendum d'initiative citoyenne légitime] ont par là même montré leur profond mépris de notre peuple, vu comme une populace réactionnaire voulant supprimer des droits si difficilement obtenus. »

Parmi celles et ceux qui ont « polémiqué » avec Alexis Corbière se trouvent des homosexuel-les furieux-ses de voir la remise en cause de leurs droits pris comme gage démocratique. J'en fais partie. Selon Corbière, je méprise le peuple.

Le député insoumis le confirme, pour lui, la défense des droits des minorités sexuelles est posée contre le peuple et contre la démocratie : « J'assume qu'il ne peut exister à mes yeux des institutions démocratiques qui interdisent par définition d'aborder certains sujets si un nombre significatif de citoyens le souhaitent. » C'est assez dire que les homos et les trans ne font donc pas partie du peuple (sauf s'ils et elles ne polémiquent pas avec Alexis Corbière) et que leurs droits est un défi à la démocratie.

Alexis Corbière n'a pas de mots assez forts pour condamner « l'oligarchie » qui affirmerait, « quand le débat bloque » : « le peuple est raciste [ou homophobe, sexiste, transphobe] , antiécologiste, antidémocratique ou conspirationniste ». C'est pourquoi il s'empresse de donner un entretien à un journal raciste2, homophobe, sexiste, transphobe, antiécologiste, antidémocratique et conspirationniste, pour expliquer au lectorat – tout le monde sait à quel point Valeurs Actuelles, propriété d'hommes d'affaires libanais et français, après avoir été celle de Dassaut ou du laboratoire Pierre Fabre, est lu par « le » peuple – que la démocratie vaut bien la remise en cause des droits des homos comme Paris valait bien une messe.

Alexis Corbière assume au nom de la démocratie qu'on puisse par référendum remettre en cause les droits des minorités (auxquelles il n'appartient pas : c'est toujours plus facile) mais n'assume pas un débat où ses positions seraient critiquées, et ses erreurs corrigées : il ne l'assume pas puisqu'il renvoie ses critiques à un mépris du peuple et de la démocratie. Renoncer aux droits des homos, OK, c'est démocratique les défendre, non. Belle conception du débat. Il illustre ainsi la fragilité hétérosexuelle : prêt à exposer les homos à la violence qu'ils et elles vivent à chaque débat sur leurs droits, il est incapable quant à lui de supporter la moindre critique contre son discours.

Le député insoumis peut bien faire croire qu'il ne méprise pas « le » peuple. En lui mettant sur le dos ses propres contradictions de politicien, il prouve le contraire. Il peut bien nous dire qu'il est un des « fervents partisans » du mariage pour tous. En prenant à nouveau, spontanément, sa remise en cause comme un gage de démocratie et de souveraineté populaire, en refusant, face au lectorat de Valeurs Actuelles, de prendre comme exemple la mise en place d'un droit nouveau (PMA, filiation, changement d'état civil pour les trans, arrêt des mutilations génitales pour les personnes intersexe, etc.) ou des exemples dans tout autre domaine (par exemple l'abrogation de la loi de 2004, le droit de vote des étrangers, la régularisation de tous les sans-papiers, l'interdiction d'enfermement des mineur-es) , il témoigne assez de la faiblesse de son engagement sur les droits des minorités. Et en prétendant se battre pour la souveraineté populaire et une réforme institutionnelle censée apporter plus de démocratie, tout en se livrant à une vulgaire chasse aux voix sur les terres des droites extrêmes pour les élections européennes, Alexis Corbière montre que le « en même temps » n'est pas réservé à la seule République en Marche et nous rappelle que les minorités seront toujours sacrifiées par celles et ceux qui confondent se battre pour la démocratie et bouffer à tous les râteliers.

Image de Une :  Jean-Luc Hauser [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], de Wikimedia Commons

----------------------

1Voici le passage intégral :

« On a voulu faire croire que je voulais remettre en cause le mariage pour tous. Absurde. J'ai été l'un de ses fervents partisans, ce depuis de longues années. Mais j'assume qu'il ne peut exister à mes yeux des institutions démocratiques qui interdisent par définition d'aborder certains sujets si un nombre significatif de citoyens le souhaitent. Ceux qui ont polémiqué contre moi ont par là même montré leur profond mépris de notre peuple, vu comme une populace réactionnaire voulant supprimer des droits si difficilement obtenus. »

2 Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les réponses qu'apporte le député aux nombreuses questions sur l'immigration et le « multiculturalisme ». En bref, alors que l'enfermement des enfants explose, que les migrantEs dorment de plus en plus à la rue, que la durée de rétention a augmenté, que l'Aquarius ne peut plus sauver les vies, que le bilan en vies humaines noyées s'alourdit, que les mineurs isolés voient leurs droit refuser, leur scolarité menacée, etc. Alexis Corbière a pour priorité de dire qu'il n'est pas No Border et que le cassoulet et le couscous sont la preuve que tout va bien.


https://twitter.com/Melusine_2/status/1080846375959650306

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.