Ils insultent les victimes de la Shoah (2) : Bouvet

L'universitaire condamne chez quelques musulman-es des références au passé nazi et vichyste, références auxquelles il a pourtant procédé lui-même pour se faire passer pour une victime de censure.

Début septembre, Laurent Bouvet compare des femmes portant le voile à des terroristes. Cet amalgame raciste suscite légitimement des réactions indignées, dont plusieurs qui pointent l'incompatibilité de tels propos avec la position qu'occupe l'intéressé au Conseil des sages de la laïcité. Le 23 septembre, Laurent Bouvet reprend dans un tweet des captures d'écran de plusieurs de ces réactions indignées qu'il accompagne du commentaire suivant : « Passion 'lettre à la Kommandantur' ».

selection-999-1166

Il s'agit là d'une allusion explicite à la dénonciation de juives et de juifs à l'administration militaire nazie sous l'Occupation. Parce que sa provocation antilaïque et raciste a suscité de vives critiques, Laurent Bouvet s'assimile donc à un juif des années 1940, dénoncé par des collabos – le ministre Jean-Michel Blanquer, à qui les réactions indignées s'adressaient, devenant la Kommandatur dans l'imaginaire métaphorique du fondateur du Printemps républicain.

Cette comparaison est évidemment une insulte pour toutes les victimes des collaborateurs et du système de destruction des juifs et des rroms par les nazis et leurs complices.

Lors de la marche nationale contre l'islamophobie du 10 novembre, plusieurs manifestant-es portaient un symbole, musulman, rappelant en même temps l'étoile juive. Quelques pancartes comparaient la situation des musulman-es aujourd'hui en France à celle des juif-ves dans les années 30 et 40 en Europe.

Les 10 et 11 novembre, Laurent Bouvet s'indignait sur Twitter de cette comparaison qu'il s'appliquait à lui-même sept semaines plus tôt.

selection-999-1165

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.